ZINIO Logo
EXPLORARMI BIBLIOTECA
Moda
Marie Claire - France

Marie Claire - France

821

Le Monde, la Mode, la Vie… Vous souhaitez…décoder toutes les facettes du monde sans tabou ni prisme déformant, découvrir les tendances mode et beauté les plus signifiantes, anticiper l’évolution de la vie des femmes. Alors chaque mois, profitez de Marie Claire !

Leer Más
País:
France
Idioma:
French
Editor:
Marie Claire Album
Periodicidad:
Monthly
COMPRAR NÚMERO
2,03 €(IVA inc.)
SUSCRIBIRSE
19,34 €(IVA inc.)
12 Números

en este número

1 min.
édito

Hope is a risk that must be run. » « L’espoir est un risque à courir. » Cette phrase superbe, manifeste anti-nihiliste, fut d’abord prononcée en français par Georges Bernanos – qui, catholique fervent, privilégiait d’ailleurs « l’espérance », d’ordre transcendantal voire religieux, à « l’espoir », plus modestement humain. « Hope is a risk that must be run » est aussi le titre d’un petit livre délicat(2) rassemblant des photos de Robert Adams. Cet artiste américain de 83 ans, humaniste et écolo, s’est rendu entre 1979 et 1983 aux envions d’une usine d’armes nucléaires du Colorado. Les protestations des citoyens ont abouti à la fermeture de cette usine en 1989, mais les dommages causés à l’environnement et à la santé publique persistent. Dans ce contexte sous tension, Robert Adams…

3 min.
contributrices

LOU ESCOBAR, PHOTOGRAPHE Elle a posé son regard pop sur le quartier de Belleville, à Paris, pour un shooting mode («Street fighter») à l’humour décalé. D’OÙ VENEZ-VOUS ? Je suis née et ai grandi en banlieue, dans une famille modeste. Mes parents sont issus de l’immigration. Très tôt, j’ai su que je voulais parcourir le monde et que ça serait ma vie. POURQUOI FAITES-VOUS CE MÉTIER ? Par désir profond de me connecter aux autres, même si, dit comme ça, ça sonne un peu « cheesy ». Ensuite parce que j’aime l’idée de pouvoir faire rêver. Je crois qu’il n’y a rien de plus beau. VOTRE MOMENT PRÉFÉRÉ PENDANT CE SHOOTING? La team. J’ai rencontré des gens talentueux. Mais je dois avouer qu’on a aussi beaucoup ri en tentant d’enflammer un bouquet, de ramener une motocross à…

1 min.
coulisses

1 min.
marguerite bornhauser

SOLAIRES, PROFONDES, GÉNÉREUSES: c’est ainsi qu’apparaissent les images de Marguerite Bornhauser. Née en 1989 à Paris d’un père poète et d’une mère peintre, cette jeune femme affiche un parcours déjà riche, qui l’a vue étudier en fac de lettres avant d’intégrer la prestigieuse École nationale supérieure de la photographie d’Arles, après un soupçon de journalisme. À l’actif de cette artiste prolifique, récompensée cet automne par le prix Photo London du photographe émergent, de nombreuses expositions et déjà plusieurs ouvrages. Avec toujours à l’œuvre un regard curieux et touche-à-tout, qui la conduit avec bonheur de la photographie de mode au portrait, d’une commande pour la presse à son travail personnel. Après nous avoir exposé sa passion pour les couleurs et les diptyques dans les deux précédents numéros, elle revient, pour ce…

4 min.
tocades

1 LES FIGURES ÉNIGMATIQUES DE GIDEON RUBIN Ces personnages sans visage, dont l’artiste peintre israélien a fait l’une des caractéristiques de son œuvre, opèrent comme des invitations irrésistibles à la rêverie. Abolissant le temps, les barrières identitaires, les affects, ils sont des gouffres dans lesquels se projeter, en même temps que des figures éternelles, universelles. À Paris, la galerie Karsten Greve expose ces jours-ci son travail des deux dernières années, inspiré de photos anciennes ou de peintres qu’il admire. À ne pas rater. « A stranger’s hand », galerie Karsten Greve, jusqu’au 16 janvier. galerie-karsten-greve.com 2 UNE BOISSON DÉTOX PLUS DE 38 % DE GINGEMBRE BIO, DU CITRON, DES HERBES ET DES ÉPICES, CET ÉLIXIR 100 % NATUREL SE BOIT PUR OU AVEC DE L’EAU PÉTILLANTE. LE DRINK RÊVÉ POUR UN DRY JANUARY SUPER-SEREIN. Entre…

3 min.
“les bonnes résolutions sont la possibilité d’une renaissance”

Chaque mois, la philosophe Marie Robert partage quelques principes pour rendre le quotidien plus léger. En ce début d’année, elle convoque Aristote pour interroger le sens de ces objectifs que nous fixons pour les mois à venir, moins futiles qu’ils n’y paraissent. «On a beau en rire, et faire comme ci tout cela n’était qu’un rituel idiot, pourtant, à chaque mois de janvier, la question revient dans les discussions murmurant à notre esprit une ritournelle lancinante. Quelles sont nos “bonnes résolutions” ? Souvent les réponses alternent entre banalités joyeuses et récits arides qui nous oppressent. Pour les uns, il s’agit de mieux ranger ses placards, de s’inscrire à un sport et de lire au moins trois pages par jour. Tandis que pour d’autres, l’ambition est de se séparer d’individus toxiques, de…