ZINIO logo
TUTKIKIRJASTO
Liiketoiminta ja talous
Les Affaires

Les Affaires Octobre 2020 - 1re edition

Les Affaires est le leader incontesté des publications d'affaires. Votre source hebdomadaire d’information pour prendre les meilleures décisions.

Lue lisää
Maa:
Canada
Kieli:
French
Julkaisija:
Transcontinental Media G.P.
Jakeluväli:
Weekly
OSTA IRTONUMERO
2,83 €(sis. verot)
TILAA
42,53 €(sis. verot)
46 Numerot

tässä numerossa

3 min
une trop bruyante certitude

Rédactrice en chef par intérim Foyce Echaquan, George Floyd, Regis Korchinski-Paquet, Breonna Taylor… Les drames se suivent et se ressemblent. Il y a tellement de victimes de discrimination qu’il n’y aurait pas assez d’espace dans ce texte pour nommer celles d’une année, même pandémique. Qu’attendons-nous pour mettre fin à cette macabre rengaine? Les rapports des commissions s’accumulent et les recommandations se débattent dans la perpétuation d’un système qui n’est jamais profondément remis en question. Pire, il semble vraiment difficile pour certaines personnes de reconnaître son existence! Il nous faut changer le disque de l’« air du temps » qui veut que l’on vive tous et toutes à la même cadence, avec les mêmes pensées réglées comme du papier à musique. Pourquoi arrêter de faire jouer cette chanson « classique » qui a si…

5 min
« on entre dans l’ère de l’industrialisation du rançongiciel »

Qu’ont en commun le fabricant de montres connectées Garmin, le géant des centres de données Equinix, la chaîne américaine d’hôpitaux UHS et l’entreprise canadienne Groupe Santé Medisys? Toutes ces entreprises ont été victimes d’un rançongiciel au cours des derniers mois. Grâce à ces logiciels malveillants, les cybercriminels parviennent à chiffrer les disques durs d’entreprises et exigent des rançons pour en rendre le contenu à leur propriétaire. Est-ce que cette pratique est en progression? Oui, et les outils pour lancer des attaques sont de plus en plus sophistiqués, selon Damien Bancal, directeur du pôle Cyber intelligence à 8Brains. Les Affaires – Comment pensent les opérateurs de rançongiciels? Damien Bancal – Ce qui est terrible, c’est qu’ils utilisent exactement les mêmes techniques que pour du marketing. Ils peuvent tenter de se faire passer pour…

4 min
se tirer d’affaire, même pendant la deuxième vague

Je suis de celles qui, dès le 24 septembre, ont troqué les soupers entre amis pour les coronapéros virtuels. De celles qui n’ont pas remis les pieds dans les transports en commun dans les six derniers mois. Je m’y suis toutefois résolue pour les enregistrements des épisodes de Se tirer d’affaires dans nos bureaux, à l’angle de Peel et de René-Lévesque. C’était le début du mois de septembre, deux minces semaines avant le renforcement des mesures sanitaires. J’avais presque oublié le caractère sacré de ce rituel: tasse de café dans une main, bouquin dans l’autre, petits bâillements maintenant cachés par un masque, à circuler sous la ville. Le « bonjour », autrefois lancé nonchalamment, aujourd’hui appuyé par un contact visuel avec le gardien de sécurité du bureau. Un semblant de retour…

5 min
profitons du contexte favorable au transport collectif

Le transport collectif est le parent pauvre de la mobilité des personnes dans le Grand Montréal. La banlieue s’étale et l’automobile s’impose toujours. La ville se prétend moderne, mais elle n’a pas de lien sur rail pour connecter son centre-ville et son aéroport. C’est une honte quand on se compare à l’Europe et à l’Asie. Les planètes semblent toutefois s’aligner un peu plus en faveur du transport collectif. Il nous fallait une autorité régionale. On l’a eue en 2017. L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) planifie, organise et finance le transport collectif dans le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (82 municipalités, 4 millions d’habitants). Sa gouvernance fonctionne. L’ARTM perçoit tout l’argent qui finance le transport collectif (subventions, titres de transport, taxes sur l’essence et l’immatriculation, publicité, redevances, etc.). Son budget est…

6 min
faire jouer la diversité et l'inclusion… c'est payant!.

Les dizaines de milliers de personnes qui manifestent ponctuellement contre le racisme partout sur la planète estiment que l’inclusion de gens d’origine et de croyances multiples constitue une richesse pour leur société. Plusieurs aspirent également à une plus grande intégration de personnes issues de tout le spectre de genre, ainsi que de celui des capacités physiques et intellectuelles, dans toutes les facettes de la vie collective. Nombre de recherches confirment l’avantage de la diversité pour une entreprise, dont l’Enquête sur le milieu de travail et les employés de Statistique Canada. Pour chaque hausse de 1 % de la mixité des genres, elle calcule en moyenne un accroissement de 3,5 % du revenu et de 0,7 % de la productivité. En matière diversité ethnoculturelle, elle dénote une croissance de 2,4 %…

4 min
par-delà le « fit »

Kamel Djellal avait une belle vie en France. L’Algérien de 35 ans travaillait à Paris pour la Division du commerce électronique de la chaîne de supermarchés Carrefour, il était propriétaire de sa maison, il connaissait la sérénité avec sa femme et ses deux enfants. Puis, un beau jour de juin 2019, il est allé faire un tour à une Journée Québec, qui facilite le recrutement à l’international des entreprises québécoises. Comme ça, pour voir. Les représentants de Larochelle Groupe Conseil, une firme spécialisée dans le service-conseil en technologies de l’information, lui ont aussitôt mis le grappin dessus. « Ils ont dit les mots magiques, ceux qui m’ont fait réaliser que je pourrais encore davantage m’épanouir avec eux, raconte Kamel Djellal, des étincelles dans les yeux. Ils ont dit “directeur”, “des fonctions…