ZINIO logo
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Afrique Magazine

Afrique Magazine

Mars 2021
Ajouter aux favoris

Afrique Magazine, le mensuel francophone international.

Lire plus
Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
AM International SAS
Fréquence:
Monthly
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
3,99 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
38,99 €(TVA Incluse)
10 Numéros

dans ce numéro

3 min.
l’afrique face à l’urgence

Pendant que les pays riches s’écharpent pour accéder aux doses vaccinales, pendant que l’Europe se divise sous l’effet de ses égoïsmes, pendant que les Chinois et les Russes tentent d’utiliser leurs technologies vaccinales pour accroître leur influence, pendant que les États-Unis «mettent le paquet» avec une offensive à coups de milliards de dollars, l’Afrique tente de trouver une réponse à la crise du Covid-19. Avec son milliard et quelques d’habitants et ses structures de santé précaires, le continent est en danger, même si l’épidémie semble moins virulente ici qu’ailleurs. Un danger sanitaire pour les Africains eux-mêmes, malgré leur jeunesse et leur apparente résistance. Et vecteur d’un danger plus global pour « les autres ». Certains, cyniques, pourraient « penser » une Afrique devenue territoire endémique du Covid, un peu comme le…

2 min.
ikoqwe duo de choc

IKOQWE, c’est le chef de file de l’électro portugaise Pedro Coquenão, alias Batida (né à Huambo, en Angola, et élevé à Lisbonne), et le rappeur activiste angolais Luaty Beirão, alias Ikonoklasta. Amis de longue date, ils ont déjà collaboré sur deux disques avant de livrer aujourd’hui l’histoire d’un duo fictionnel venant d’une autre galaxie, Coqwe et Iko, qui découvre, stupéfait, le monde fou dans lequel nous évoluons. Le tout sur une trame mariant électro, rap et musiques traditionnelles angolaises. Son (beau) titre ? The Beginning, the Medium, the End and the Infinite. Ici, les deux personnages réagissent « en étant politiques, provocateurs ou simplement complètement stupides », commente Batida. Ce qui fait la richesse des chansons. « En tant qu’artiste, il est vraiment difficile d’éloigner les questions sociales de mes propositions,…

1 min.
nahawa doumbia l’hymne au mali

« NE PARS PAS. » C’est ce que signifie le titre de son nouvel opus, Kanawa. À qui la Malienne parle-t-elle ? Certainement pas à celui qu’elle aime : cette féministe dans l’âme a toujours milité pour les droits de ses sœurs. Non, elle parle aux jeunes de son pays, déchiré entre une politique exsangue et des attaques terroristes, où le chômage et la précarité sont indéniables, mais valent toujours mieux que de se retrouver sous une tente, dans le froid, dans un pays étranger et hostile. Dans Kanawa, elle chante aussi l’amour, la tolérance, les traditions et le pouvoir qu’on peut ressentir en affirmant ses convictions. Pour l’accompagner, des cordes maliennes, telles le n’goni et le kamale n’goni, des guitares, des percussions et boîtes à rythmes… Ainsi que sa…

1 min.
sounds

❶ Céline Banza Praefatio, Bomayé MusikAfrica C’est en français et en ngbandi que chante cette jeune artiste congolaise [lire p. 90], remarquée depuis quelques saisons pour la douceur pénétrante de son timbre, mais aussi la fermeté de son engagement. Cette ancienne ethnomusicologue cultive un folk acoustique et mélodique qui permet de mettre en avant ses textes. Le glaçant « Sur le pavé », « Legigi No Gbi » ou encore « Na Mileli » parlent d’un monde qui ne tourne pas toujours rond, et « Mbi Ndo Yemo » et « Mbi Gwe » des disparus qui nous manquent. ❷ Gaidaa Colors Live in NYC, ColorsxStudios Produite avec la structure Colors, cette poignée de chansons enregistrées en live à New York illustre ce que la soul peut offrir de plus élégant et authentique. Élevée aux…

1 min.
regards croisés

UN TOTEM CONSTELLÉ de tonalités pop, des tabourets dentelés d’éclats vifs, symboles d’une génération d’artistes incarnant une néo-esthétique entre l’Afrique et l’Amérique latine : la 193 Gallery poursuit son tour d’art contemporain africain avec un nouveau group show, « Colors of Abstraction 2 ». Cette exposition réunit trois artistes phares, dont l’Ivoirien Jean Servais Somian, designer et sculpteur hors pair qui excelle dans l’art du bois, sa matière de prédilection, en transformant des pirogues en sofas. La Marocaine Ghizlane Agzenai, elle, sublime la création de totems colorés et monumentaux, présentés en 3D en avril dernier via Emerge, projection murale sur l’un des plus hauts immeubles de Casablanca. Enfin, les œuvres de la Brésilienne Valentina Canseco évoquent la fameuse cagette, objet de récupération si présent en Afrique, que cette artiste ravive…

4 min.
jimmy jean-louis, citoyen du monde

AM : Qu’est-ce qui vous a intéressé dans Desrances, dont vous êtes aussi coproducteur ? Jimmy Jean-Louis : J’aime défendre des histoires méconnues, qui méritent une visibilité internationale. C’est un rôle complexe. Dans un contexte de guerre civile en Côte d’Ivoire, mon personnage est pris dans différents engrenages, jusqu’à plonger dans une certaine folie. Il veut à tout prix avoir un fils pour perpétuer son nom. Interrogeons-nous : pourquoi la transmission du nom se fait-elle par le père, et non par la mère ? Pourquoi les femmes n’ont-elles pas la place à laquelle elles ont droit dans la société? Et puis, ce héros, haïtien comme moi, est en quête de ses racines. J’ai aussi beaucoup de questions sans réponse à ce sujet. Savoir d’où l’on vient est très important pour mieux…