DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Actualité et politiques
GIVE

GIVE

G.I.V.E 1

Découvrez GIVE (Générosité, Innovation, Valeur, Émotion), le nouveau média dédié aux nouvelles générosités, porté par le groupe Condé Nast. La deuxième édition de GIVE est consacrée aux nouveaux héroïsmes, mis en avant dans cette situation critique que traverse le monde, avec au sommaire 3 parties : . "Héroïsmes" : la parole est donnée aux héros du quotidien qui se trouvent actuellement en première ligne : soignants, livreurs, boulangers ... . "Elévation" : donne les pistes pour se déployer ici et maintenant . "Longue Vue" : croise les regards et les points de vue pour interroger le monde demain

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Les Publications Conde Nast SA
Fréquence:
One-off
Lire plus

dans ce numéro

3 min.
principe d’exposition nomade

La curation dans l’art a considérablement évolué ces dernières années avec l’essor des réseaux sociaux, devenus plateformes de promotion professionnelle où nos envies et fantasmes se traduisent et se comptabilisent à coup de likes, swipes, commentaires et partages. Ainsi, les artistes reconnus de l’ère prédigitale, ont eu la possibilité d’élargir et de transformer leurs champs d’action pour ne pas retomber dans l’anonymat, alors que des artistes jusque-là inconnus sont devenus de puissants acteurs de l’art en quelques posts, utilisant Instagram comme un support d’exposition continu, une plateforme de partage sincère et une place marchande pour vendre leur production. La curation devient dès lors intuitive puisqu’elle n’est plus uniquement l’apanage du monde de l’art. Après le « rêve américain» nous découvrons le « rêve digital subjectif ». Subjectives mais pertinentes, ces nouvelles mécaniques…

8 min.
pourquoi avons-nous besoin de heros?

Joël Janiaud est un écrivain et philosophe français, auteur de Simone Weil: l’attention et l’action, Singularité et responsabilité et d’Au-delà du devoir, l’acte surérogatoire. Il a reçu, pour ce dernier ouvrage, la médaille d’argent du Prix La Bruyère de l’Académie Française, en 2008, destiné à l’auteur d’un ouvrage de philosophie morale. Le héros allège-t-il l’incertitude dans laquelle le monde est plongé? En quoi nous aide-t-il? Une crise nous confronte à de l’inconnu, de l’insécurité, mais aussi au risque de l’impuissance. On a le sentiment de subir les événements, de ne pas avoir de prise: c’est le cas en temps de guerre, d’épidémie, ou encore de catastrophe naturelle. Le héros se situe, lui, dans l’action: il affronte le problème, il fait face. Le héros ancien est très souvent un guerrier: il incarne la résistance…

9 min.
première ligne

« On se croirait dans Un Jour sans fin. » Thibaut Tenailleau, jeune directeur de l’hôpital franco-britannique de Levallois, cite cette comédie du temps qui s’arrête, pour désigner – avec des yeux malicieux et fatigués par des semaines sans précédent – l’incroyable quotidien de son hôpital. « Depuis la crise, ajoute-t-il, nos repères dans le temps ont considérablement changé, tout a volé en éclats. » Et surtout une révolution a eu lieu. En quelques jours, cet hôpital, qui rassemble 140 métiers et des dizaines de spécialités a réuni toutes ses équipes et ses énergies autour d’un seul but: accueillir des malades touchés par le Covid-19 et surtout ouvrir une unité de réanimation pour délester les établissements surchargés de l’Assistance publique. C’est l’histoire de tout un hôpital que nous avons voulu…

4 min.
laurie

Comment êtes-vous devenue livreuse? Ce n’est pas du tout ma formation de base mais cela faisait longtemps que je n’avais pas travaillé, j’en avais besoin et ça me correspondait bien. On est autonome, on part le matin, on fait notre route. Je fais ce métier depuis mi-novembre et ça me plaît, donc pour l’instant, j’aimerais bien continuer. En temps normal, qu’est-ce qui constitue l’essence de votre activité? La relation client et le fait de rendre service. Les clients sont toujours très contents de recevoir un colis qu’ils attendent avec impatience. On se sent utile. Je livre souvent les mêmes zones et les mêmes personnes, on s’attache à nos clients. Cela a-t-il changé durant le confinement? On sent une différence d’un point de vue pratique déjà. Les gens sont confinés chez eux, donc ça facilite notre…

4 min.
benjamin

En temps normal, qu’est-ce qui constitue l’essence de votre activité? J’ai trois boutiques de fleurs sous enseigne à Maisons-Alfort. Notre quotidien consiste à servir nos clients et à les accompagner dans tous les événements forts de leur vie, mais aussi à les aider pour les jardins, les intérieurs ou encore la décoration. Nous proposons aussi beaucoup d’ateliers. Notre métier évolue beaucoup malgré tout. Et, il va évoluer d’autant plus avec ce qui s’est passé. Cela a-t-il changé durant le confinement? En fait, il faut savoir que pendant les trois premières semaines du confinement, nous n’avons rien fait. Sous le choc après l’annonce du Premier ministre à 20 heures le samedi 14 mars, nous avons donné, avant de fermer nos portes, toutes nos fleurs aux maisons de retraite, à la mairie et aux hôpitaux…

3 min.
julien

Votre activité a-t-elle changé depuis le confinement? Beaucoup de choses ont changé. Avec l’interdiction de déplacement, nous découvrons de nouveaux visages qui, avant, faisaient le choix de faire leurs courses dans des grandes surfaces, et se retrouvent aujourd’hui à acheter dans des commerces de quartier. On a aussi un nouveau rôle de « conseiller », c’està-dire qu’on rassure les gens, on échange les informations qu’on a sur le Covid-19, on leur explique de faire attention à leur manière de consommer, d’éviter de payer en liquide… On est plus dans la prévention qu’avant. Le service a évolué avec les mesures sanitaires: plus de rôtisserie, ni de machines à jus d’orange, moins de caisses ouvertes. Votre rapport aux gens a-t-il été modifié pendant la pandémie? On ressent le soutien des gens. Au début de la…