DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Presse people
Grazia FranceGrazia France

Grazia France No. 468

Avec Grazia, découvrez chaque semaine un tourbillon de news, de styles et de people.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Societe Mondadori Magazines France
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
0,90 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
33,90 €(TVA Incluse)
51 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time1 min.
édito

Un dîner, un soir, des pizzas, un restaurant, quelques personnes qui discutent boulot et se demandent ce qu’il faut faire lorsque l’on est aspiré par quelqu’un dont on ne veut pas ou auquel on ne s’attendait pas. Certains disent en rigolant qu’il faudrait « coucher utile » et se demandent qui le fait déjà – symboliquement parlant, bien entendu. On se dit alors qu’il est grand temps, le froid dehors aidant, de faire des choses totalement inutiles. Parce que l’inutilité est la dernière forme de résistance face à un monde qui exige tout de vous, de la rentabilité à l’engagement, de la cohérence en tout à la productivité partout. Soyons inutiles, ça devrait nous faire un bien fou. La liberté est à ce prix, dit-on.…

access_time1 min.
les in 10 pensables

access_time3 min.
nora hamzawi

Mieux qu’un bijou de famille, mieux qu’un truc de valeur, un vieux bijou au sens propre, un truc que je n’avais pas porté depuis peut-être 1995. J’étais en train de fouiller dans des albums photos et des boîtes remplies de souvenirs et de cartes postales quand je suis tombée sur deux petits bracelets à ressorts en métal. Je ne sais pas si vous voyez de quels bracelets je parle ? Ceux qui étaient argentés, qu’on portait par cent et qu’on achetait au Prisu après s’être écœurée à sentir des parfums Eau Jeune. Si vous tapez « bracelet métal ressorts » sur Google vous pourrez les reconnaître. Ça m’a immédiatement replongée dans le passé. Moi qui regrettais d’avoir balancé tous mes journaux intimes, en fait il suffit de retrouver quelques objets pour…

access_time2 min.
sorties

CONCERT LE 9 NOVEMBRE À PARIS Rendez-vous Release Party à La Machine du Moulin Rouge, Paris 18. Cette « release party » célèbre la sortie du bijou post-punk Superior State signé Rendezvous, soit cinq garçons violents et tendus (ils sont en tournée dans toute la France, ne les ratez pas, c’est rageur). Pour fêter ce premier disque à domicile, ces jeunes Parisiens ont invité le légendaire producteur dark techno de L.A., Silent Servant… Le noir est une couleur. SOIRÉE LE 15 NOVEMBRE À LA MAROQUINERIE, PARIS 20 Pias Nites, carte blanche à Radio Elvis Carte blanche pour nuit intense, lors de cette soirée fomentée par le plus connu des labels indés, qui offre les manettes de son bal à Radio Elvis pour la sortie du deuxième album Ces Garçons-là. En mettant le feu à leurs souvenirs et…

access_time1 min.
3 obsessions

UNE MUSIQUE : Contre-Jour de Johan Papaconstantino (Bandcamp). Coup de foudre pour ce musicien. Il pose sa voix traînante en français sur de la musique grecque : tout simplement génial. Ses clips (J’aimerai) le sont aussi… Je l’écoute en boucle. UNE EXPO : « Gustav Klimt », jusqu’au 6 janvier, à l’Atelier des lumières (Paris 11 ). OK, rien ne vaut les originaux. Pourtant, multiplier les perspectives des œuvres projetées sur des murs permet de les relire. Sans tomber dans le côté Disney. UN LIVRE : Petites Morts de Charlotte Roche (Flammarion). Un texte poignant qui écorne le romantisme des recettes de « couples qui durent ». L’écrivaine use d’un langage brut, parle de sexe, de mort, de détails de la vie à deux. D’amour. PHOTOS : PIERRE-ANGE CARLOTTI; 2018 CTMG, INC/REINER BAJO;…

access_time7 min.
01 l’éternité, autrement

Cela a d’abord eu l’allure d’un jeu de piste : Robert Pattinson donne rendez-vous, « pour déjeuner », dans un restaurant huppé de Londres. La réservation est sous un nom d’emprunt, comme il se doit. Mais à l’heure dite, un SMS nous avertit que le lieu a changé. Ce sera un bar d’hôtel, plus calme. C’est effectivement vide, sinon un gamin à casquette de baseball qui tire sur une cigarette électronique en sirotant un thé, non, ça ne peut pas être lui. On informe notre contact que l’on est sur place, lequel nous demande de nous retourner : le gamin à casquette nous fait signe, et se marre. C’était bien lui, assis seul. On s’attendait à un staff. A un ou plusieurs agents, deux bodyguards – pourquoi pas. Rien, le…

help