La Revue du Vin de France

No. 654

Grâce à son savoir-faire et ses experts, La Revue du Vin de France vous apporte une information riche pour connaître, choisir et déguster les bons vins, constituer votre cave et multiplier les plaisirs de la découverte.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Revue du Vin de France
Fréquence:
Monthly
6,98 €(TVA Incluse)
59,99 €(TVA Incluse)
10 Numéros

dans ce numéro

3 min
l’avenir sans soufre

Les vins sans soufre en couverture de La Revue du vin de France. Eh oui, La RVF colle à l’époque, avec allégresse : l’intérêt pour ces vins peu ou pas protégés en SO2 a bousculé des hiérarchies que l’on pensait solidement établies et il convenait de s’y intéresser. Ce bouleversement s’est produit en moins d’une génération. Il fut un temps – pas si lointain, vingt ans tout au plus – où celui qui osait évoquer les vins sans soufre lors des séances de travail de La RVF ne récoltait que des ricanements. Souvent, alors, à juste titre. Me revient en mémoire cet épisode savoureux : se trouvaient là le fameux caviste de Saint-Nazaire, Jean-Luc Danto, et le chroniqueur Dominique Couvreur, un dénicheur de talents hors pair alors en charge des accords mets…

revuevinfr2110_article_003_01_01
11 min
françois-régis gaudry « la magie du vin délie les langues »

On parle de plus en plus souvent de vin dans vos livres et vos émissions. Qu’est-ce qui vous intéresse plus particulièrement ? La réunion entre culture et agriculture. La logique est la même lorsque je rencontre un arboriculteur qui produit des cerises. J’adore qu’on me parle de paysages, de sols, de botanique, d’ampélographie… C’est cet ensemble qui m’émeut, on le retrouve chez ceux qui font du fromage ou cultivent des légumes. J’aime la magie du vin qui délie les langues, apporte de la fluidité dans un dîner. J’adore l’état de griserie qui se développe au deuxième ou troisième verre. À la télé, dans votre émission Très Très Bon sur Paris Première, on peut voir des cartes des vins, des personnes trinquer et déguster. Avez-vous déjà eu des ennuis avec le CSA ? Paris…

revuevinfr2110_article_008_01_01
4 min
à épernay, la mue spectaculaire de l’avenue de champagne

Même Gilles de La Bassetière, président de la très chic maison de Venoge, s’en émerveille : « L’avenue de Champagne a fait sa révolution ! ». Il faut dire que le changement est spectaculaire. « Quand je suis arrivé chez de Venoge dans les années 1990, toutes les maisons de champagne étaient fermées le week-end » Eh bien, ce n’est plus le cas : la hiératique artère d’Épernay, l’avenue la plus champenoise au monde, s’est totalement transformée. Dès le printemps, et jusqu’à la mi-octobre, le spectacle est devenu permanent. Bars à champagnes, pique-niques, brunchs, dégustations, restaurations, chambres d’hôte ont investi les superbes hôtels particuliers et leurs jardins, sièges des marques ou résidences de leur propriétaire, parfois les deux. Jadis roide et austère, l’ancienne avenue du Commerce est devenue un spot où…

revuevinfr2110_article_014_01_01
2 min
il plante de l’aloe vera à la place de ses carignans !

L’expérience se passe à Fitou mais demain, elle intéressera peut-être d’autres régions en France. Dans son domaine château Champ des Sœurs, le vigneron Laurent Maynadier diminue la superficie de son vignoble. En quelques années, il est passé de 17 à 10 hectares plantés. Pour chaque cep arraché, il replante en bio du thym, du romarin, du ciste… qu’il revend pour faire des huiles essentielles. Ces temps-ci, il essaie aussi les figuiers de barbarie comme fruits de table et, plus surprenant, se met à l’aloe vera. Cette plante grasse effilée est aujourd’hui très recherchée en cosmétique pour les soins de la peau et la cicatrisation des brûlures. DES VIGNES TROP STRESSÉES En réalité, Laurent Maynadier essaie de réagir aux sécheresses à répétition qui mettent à mal son métier de vigneron. Stressées hydriquement, les…

revuevinfr2110_article_015_01_01
4 min
oiv : comment dijon a damé le pion à bordeaux

Début juillet : coup de tonnerre à Bordeaux. Le gouvernement annonce qu’il choisit Dijon pour accueillir le siège de l’Organisation internationale de la vigne et du vin, “l’ONU du vin”. Dès le lendemain, un titre de Sud-Ouest donne l’ampleur de la désillusion : “OIV : Emmanuel Macron aime-t-il Bordeaux ?”. Bordeaux, Dijon et Reims étaient en lice pour abriter l’OIV, installée à Paris depuis sa création en 1924. Le loyer devenant trop cher, il fallait reloger l’institution qui compte 48 états membres et réunit parfois des assemblées de 300 ou 400 personnes… Pas simple. La solution : installer l’OIV en région. Reims, capitale du champagne plus que du vin, ne pouvait rallier tous les suffrages. Fière de sa réputation, de ses vins, de ses châteaux, de sa Cité du Vin, Bordeaux se…

revuevinfr2110_article_016_01_01
4 min
un tire-bouchon comme testament !

Michel Audiard, quel personnage ! Mais attention, rien à voir avec le célèbre scénariste : volubile, ce Michel Audiard-là est bien vivant, sculpteur-fondeur à Rochecorbon, à deux pas de Vouvray. C’est un artiste connu pour ses taureaux monumentaux (on peut en voir dans une galerie chic de l’avenue Matignon, à Paris), ses De Gaulle tricolores et… ses merveilleux stylos, des pièces uniques en or, platine, argent, sertis de météorites, qui ont déjà séduit Bill Clinton, Madeleine Albright, Jacques Chirac, un ex-préfet de Moscou chasseur d’ours, des tycoons chinois, deux ou trois princes arabes et même Madonna ! Cette fois, l’artiste tourangeau, grand copain du chef Jean Bardet et doté d’un solide coup de fourchette, a décidé de s’adresser au monde du vin en réinventant un outil vieux comme le monde :…

revuevinfr2110_article_017_01_01