Chasse et Pêche
Le Chasseur Français

Le Chasseur Français HS No. 91

Chaque mois, retrouvez des reportages et des conseils pratiques concernant la chasse, la pêche, le jardin. Et en plus, des petites annonces classées au service de nos lecteurs.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Reworld Media Magazines
Lire plus
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
2,70 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
22,99 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

2 min.
une vie de chien

Ce ne saurait être l’effet du hasard: dans au moins quatre langues européennes, l’expression « vie de chien », a dog’s life en anglais, « Hundeleben » en allemand, « vida de peros » en espagnol désigne une existence peu enviable. Logique. Depuis que l’Homme a domestiqué le chien, il ne s’est pas toujours montré tendre avec lui. Qui ne se souvient de ces pauvres hères enchaînés à perpétuité à un mur de ferme qu’ils avaient – suprême ironie – la bonté de défendre. Tous les chiens, complices du chasseur en tête, n’avaient heureusement pas un aussi triste sort. Mais globalement, la servitude fut longtemps le lot commun de la gent canine. De cette relation que l’on qualifiera d’Ancien Régime, même si elle a largement survécu à la Révolution, nous sommes passés,…

3 min.
vous et vos chiens

Ce sont 542 propriétaires de chiens qui ont répondu au questionnaire diffusé au printemps dernier par le Chasseur Français et la Revue Nationale de la Chasse. Sans surprise, les chiens de chasse constituent l’écrasante majorité de la population canine étudiée. Premier enseignement de cette étude, qui portait sur le rapport des lecteurs avec leurs chiens, la provenance de leur animal : l’acquisition auprès d’un éleveur est majoritaire (46%). Les lecteurs ayant chosi leur animal auprès d’amis représentent 43% . Cette réalité se reflète dans les conseils d’acquisition que vous trouverez ci-après, et dont la conclusion essentielle est qu’il faut connaître parfaitement l’origine de votre futur chien pour maximiser les chances d’une relation heureuse avec lui. D’une courte majorité, les lecteurs interrogés n’ont pas l’intention d’organiser la reproduction de leur animal…

6 min.
maximisez les chances, minimisez les risques!

Prenez le temps, chez l’éleveur, d’observer la mère de votre futur chien Vous allez franchir le pas et adopter un chien. Oui, mais quelle sorte de chien ? Il en existe des centaines, adaptés à autant de modes de vie. Chien de chasse, de salon, de manchon, de compagnie, de berger… Cet hors série se propose de vous accompagner dans vos choix, et de répondre aux questions pratiques qui vont se poser à vous en cascade. Où loger le nouveau pensionnaire ? Comment le nourrir, l’éduquer, le transporter avec vous, le soigner ? Et pour commencer, où le trouver ? Vaut-il mieux s’adresser à un éleveur professionnel ou à un amateur ? Est-il préférable de choisir un chiot issu d’une bonne portée ou un chien adulte déjà éduqué ? Pas évident…

6 min.
où trouver votre chien?

Observez d’abord la propreté des lieux et voyez si les animaux paraissent gais… Pour minimiser les risques, visitez en priorité un élevage recommandé par une relation. Il existe des professionnels et amateurs passionnés, compétents, amoureux de leurs chiens. Mais aussi des chenils délabrés et crasseux, tenus par des vendeurs aussi ignares qu’âpres au gain. Ceux-là ont trouvé dans cette activité une rente nette d’impôt en faisant « saillir » quelques chiennes qui leurs donnent plusieurs portées chaque année, et qu’ils vont essayer de vendre le plus cher possible. Il est encore trop tôt pour en faire le bilan, mais la réglementation entrée en vigueur au 1 janvier 2016 (voir encadré) devrait compliquer la tâche de ces pseudo-éleveurs, dont la stratégie consiste souvent à présenter leurs étalons ou leurs lices dans le…

1 min.
l’examen probatoire d’achat

S’assurer que le chien est alerte, que son poil est brillant, que ses yeux sont expressifs, et que, tout comme les narines, ils ne présentent pas de pus. Sa température par voie rectale doit être de 38,5° à 38,7°. Sa peau ne doit présenter ni rougeurs, ni boutons, ni parasites. Ses oreilles doivent être propres, sans dépôt marron ni exsudat jaunâtre. Les dents doivent être bien blanches et adaptées les unes aux autres, sans dépassement en avant de l’une ou l’autre mâchoire, et sans tâches jaunâtres, ce qui signifierait des pertes d’émail dues à une maladie. Les pattes, excepté chez les bassets, ne doivent pas être arquées, gonflées ou déformées, signes de rachitisme ou de décalcification. L’ombilic, comme l’aine, ne doit pas présenter de hernies. Un mâle doit avoir ses deux testicules palpables. Un chien cryptorchide, dont…

1 min.
n’est pas éleveur qui veut !

L’ordonnance du 7 octobre 2015 distingue l’activité d’élevage proprement dite du commerce fait par un particulier. Dorénavant, toute personne vendant au moins un chiot issu d’une femelle lui appartenant (contre deux portées par an auparavant) sera considérée comme éleveur. Tout vendeur doit posséder des installations conformes aux règles et être immatriculés au SIREN (Système informatique du répertoire des entreprises). Tous doivent vendre des chiots identifiés de plus de 8 semaines. Cette loi veut assainir les pratiques des petites annonces, le numéro d’éleveur étant indispensable pour rester dans la légalité. La cession gratuite reste autorisée, de même que la revente d’un sujet adulte précédemment acquis. Une dérogation est possible pour les personnes produisant des animaux inscrits aux livres généalogiques, dans la limite d’une portée par an par foyer fiscal. En lieu…