Business et Finance
Mieux vivre votre argent

Mieux vivre votre argent No. 454

Payer moins d'impôts, faire un placement gagnant, réussir une bonne affaire immobilière, profiter des opportunités boursières, se préparer une retraite heureuse, assurer sereinement sa succession... Mieux Vivre Votre Argent, premier magazine de la presse patrimoniale, est conçu pour vous aider, chaque mois, à gérer facilement tous les aspects de vos finances personnelles.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Valmonde et Cie
Fréquence:
Monthly
Lire plus
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
3,59 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
13,99 €(TVA Incluse)
6 Numéros

dans ce numéro

3 min.
editorial

A force de voir les indices boursiers grimper de manière quasi ininterrompue depuis dix ans, les épargnants ont fini par considérer les actions comme dénuées de tout risque en pensant que leurs cours pouvaient monter à l’infini. Que nenni ! Il a suffi d’une crise sanitaire nommée coronavirus pour que cette mécanique bien huilée s’enraye et fasse ressurgir le spectre d’une récession mondiale. Résultat, le mois de mars 2020 devrait faire date au regard de la violence du krach qui vient de s’abattre sur les marchés. Et plus particulièrement cette séance du 12 mars, au terme de laquelle le CAC 40 s’est effondré de 12,28%, enregistrant sa plus forte baisse depuis sa création en 1987 ! Dur retour à la réalité pour les investisseurs jusque-là hypnotisés par les tonnes de…

5 min.
le coronavirus provoque un krach sur les actions !

Cela faisait plusieurs trimestres que la menace d’un krach boursier couvait. Elle a fini par se concrétiser, certes, plus tard que prévu, mais avec une violence inouïe puisque l’indice CAC 40 a plongé de plus de 35% en l’espace de trois semaines pour revenir à ses niveaux d’il y a sept ans. Personne n’oubliera la séance du 12 mars, marquée par une chute historique de 12,28%! Comment en est-on arrivé là? Le coronavirus a été l’élément déclencheur en se répandant à toute vitesse et en paralysant des pans entiers de l’économie mondiale. Après la Chine et l’Italie, de nombreux pays ont pris des mesures inédites et parfois radicales, comme aux Etats-Unis (interdiction des vols en provenance d’Europe), pour endiguer le phénomène. Pour ne rien arranger, l’Arabie saoudite s’est livrée à…

3 min.
les fonds euro-croissance bombent le torse

Le contraste est saisissant. Après des performances nulles ou négatives en 2018, les fonds euro-croissance ont affiché des gains compris entre 3 et 14% l’an dernier (voir tableau). Signe que ces supports financiers dépendent largement de la tenue des marchés d’actions. Rappel : présents dans certaines assurances vie, ces fonds garantissent le capital investi net de frais à un terme fixé au départ, huit ans au minimum. Un placement à long terme, dont il est difficile d’analyser les résultats sur la durée, trop peu d’assureurs présentant un historique suffisant. C’est toutefois le cas chez BNP Paribas Cardif, qui affiche +3,69% de performance annuelle (nette de frais de gestion) depuis le lancement de son offre en octobre 2010. Du côté de Generali, son fonds euro-croissance aura donné + 5,37% par an sur…

1 min.
analyse produits

BPE Emeraude La banque privée de La Banque Postale, BPE, lance un contrat d’assurance vie haut de gamme au ticket d’entrée de 50000 euros. Aux mains de CNP Assurances, l’atout de cette offre repose principalement sur des solutions de gestion déléguée (mandat d’arbitrage), au nombre de sept dont trois comportant des actions. En gestion libre, l’accès à des SCPI est possible. Attention aux frais toutefois! Ainsi faut-il ajouter 0,5% à 1% aux frais de gestion annuels en cas de mandat d’arbitrage. Et les nombreuses options d’arbitrage automatique en gestion libre sont aussi facturées au prix fort. + Assureur renommé ; offre financière complète. - Fonds en euros probablement faible ; frais assez élevés. Versement initial min.: 50000 euros. Versement complémentaire min.: 1500 euros (150 euros/mois). Frais sur versements: 2%. Frais de gestion libre /…

1 min.
des souscriptions en hausse dans le crowdfunding

D’après le baromètre de l’association Financement Participatif France et du cabinet Mazars, le crowdfunding ou financement participatif gagne encore du terrain en France. Sa collecte a en effet bondi de 56% en un an, pour atteindre 629 millions d’euros en 2019. Sans surprise, les épargnants ont surtout prêté des capitaux à des porteurs de projets (508 millions d’euros), plutôt qu’investi en capital (41,5 millions d’euros) ou effectué un don (79,6 millions d’euros). Les plates-formes, ayant le statut de conseiller en investissement participatif, ont bénéficié à partir du mois d’octobre du relèvement de leurs plafonds d’investissement par projet, qui est passé de 2,5 à 8 millions d’euros. Mais les épargnants ont surtout plébiscité le crowdfunding immobilier qui consiste à compléter, le plus souvent sous forme de prêt à moyen terme, les…

2 min.
les « boutiques » ont une gestion plus performante

Une étude de la Cass Business School, école de commerce de Londres, démontre que les sociétés de gestion entrepreneuriales en Europe sont plus performantes que les grandes maisons. En fonction du modèle de calcul utilisé, elles permettent de gagner en moyenne 0,23% ou 0,56% net supplémentaire par an sur des gestions actions. Les écarts sont même plus impressionnants sur les petites et moyennes valeurs européennes (+ 0,94 %) ou les actions des pays émergents (+ 0,54 %). Pour arriver à ces conclusions, le professeur Andrew Clare a analysé, entre janvier 2000 et juillet 2019, les performances de plus de 780 fonds proposés par les 120 plus grands gestionnaires d’actifs européens (Amundi, BlackRock, Natixis IM…) et de 300 produits commercialisés par près de 250 sociétés de gestion dites entrepreneuriales, dont une partie…