DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Art et Architecture
Numéro ArtNuméro Art

Numéro Art

No. 02

Toutes les expositions des 6 mois à venir

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Numero Presse
Lire pluskeyboard_arrow_down
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: BDAY40
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
19,99 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
39,99 €(TVA Incluse)
2 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time6 min.
contributeurs

JUERGEN TELLERLe photographe allemand, qui a bouleversé sa discipline à coups d’images crues, réalise l’une des deux couvertures de ce Numéro art. Tout l’esprit frondeur de Joan Jonas, la légendaire pionnière de l’art vidéo et de la performance, s’exprime dans ce portrait frontal et espiègle (p. 42).CHAD MOOREÉtoile montante de la scène newyorkaise, Chad Moore attrape le virus de la photographie alors qu’il traverse les États-Unis en BMX. Il réalise alors des clichés intimes de ses amis exaltant une jeunesse libre. C’est avec la même fraîcheur que l’Américain a rencontré l’icône du marché Urs Fischer à Brooklyn (p. 126), et signe l’une des deux couvertures de ce numéro.HANS ULRICH OBRISTRégulièrement en tête du top 100 des personnalités les plus influentes du monde de l’art, le curateur semble doué du don…

access_time8 min.
avant-propos

NOUS SOMMES EN 1849 et Gustave Courbet fait scandale. Le peintre expose de grandes toiles représentant des scènes de la vie rurale, dans un format jusqu’ici réservé au genre noble de la peinture d’histoire. Courbet, révolutionnaire proche du peuple? On le dit surtout orgueilleux et mégalomane. À la même époque, le Français se lie au collectionneur et fils de banquier Alfred Bruyas, qui devient son mécène… et lui permet de vendre hors des circuits officiels. Acteur de la Commune de Paris, il est contraint de s’enfuir en Suisse… mais confesse que son exil a augmenté sa cote.C’est par cet avant-propos consacré à Courbet que Neïl Beloufa ouvre son exposition L’Ennemi de mon ennemi au Palais de Tokyo. L’artiste français y dissèque les rapports entre les artistes et le pouvoir. Du…

access_time18 min.
joan jonas une révolutionnaire à la tate modern

JOAN JONAS M’A DIT un jour qu’après une performance, il lui arrive parfois, allongée sur son lit, tard le soir, de revivre mentalement l’intégralité de l’événement, du début à la fin. Elle en visualise alors chaque geste, chaque pas, pour tenter d’accéder à un ressenti “extérieur” de sa performance, à une expérience dissociée de son propre corps performant, tout en demeurant physiquement et émotionnellement à l’intérieur de ce corps. Cette démarche qui consiste à s’imaginer elle-même en train de “performer”, mais avec une mise à distance dans l’espace et parfois dans le temps, à défaut de recul physique ou émotionnel, est depuis le début un élément central de son travail. Très tôt, en effet, l’artiste a eu recours à des masques, à des miroirs, à des vidéos préenregistrées ou à…

access_time4 min.
le jour où michel journiac lava son linge (sale) en galerie

LE 2 MARS 1969, et pour quatre jours, Michel Journiac (1935-1995) transforma la Galerie Daniel Templon, à Paris, en blanchisserie. Peu après, il la transformait en lieu de culte, y réalisant le 6 novembre 1969 la performance Messe pour un corps, où, en faisant office de prêtre, il conviait l’auditoire à une messe – lui qui avait quitté le séminaire sept ans auparavant – et remplaçait les hosties par des rondelles de boudin préparé avec son propre sang – il en donnait aussi la recette.En ce début mars, la galerie ne fut pas à proprement parler convertie en blanchisserie, même si Michel Journiac y fit une performance (dans le cas de cette discipline, en France, on parlait alors plutôt d’une “action”) intitulée La Lessive. Le carton d’invitation comportait, outre les…

access_time21 min.
le radical et le globetrotteur

Numéro art: Ce bâtiment réalisé pour Lafayette Anticipations, la Fondation d’entreprise des Galeries Lafayette, est votre premier à Paris…Rem Koolhaas: La ville de Paris est si parfaite qu’elle a toujours constitué un décor idéal pour imaginer et tester des projets radicaux. Mais j’ai toujours su que ces idées n’avaient que très peu de chances d’aboutir. Je défends depuis longtemps, au sein de mon agence OMA et ailleurs, l’idée que l’importance d’un projet ne tient pas toujours à sa réalisation. Le Fun Palace de Cedric Price en est l’exemple parfait [développé avec Joan Littlewood à partir de 1961, ce centre d’art interdisciplinaire a fait de Price l’un des architectes les plus innovants. Grâce à l’usage des nouvelles technologies, le public aurait été invité à prendre le contrôle du bâtiment pour qu’il…

access_time30 min.
l’art, nouveau carburant du moyen-orienttrait

HAUNTED HOUSE II (2006), DE ZINEB SEDIRA. PHOTOGRAPHIE COULEUR, 80 X 100 CM. COMMANDE DE LA PHOTOGRAPHER’S GALLERY, LONDRES. COLLECTIONS: FONDS MUNICIPAL D’ART CONTEMPORAIN DE LA VILLE DE PARIS; CENTRE POMPIDOU; ERNST & YOUNG; COLLECTION PARTICULIÈRE.MARITIME NONSENSE AND OTHER AQUATIC TALES (2009), DE ZINEB SEDIRA. TRIPTYQUE. C-PRINTS CONTRECOLLÉS SUR ALUMINIUM, 100 X 120 CM.EN MARS 2007, au moment où l’on achevait de rédiger un premier jet des protocoles d’accord en vue de la création du Louvre-Abu Dhabi, une nouvelle foire d’art prenait son envol. Imaginée par deux Londoniens, le marchand d’art John Martin et le banquier Benedict Floyd, la DIFC Gulf Art Fair se lançait avec quarante galeries, attirant quelque 9 000 visiteurs. À l’époque, John Martin déclarait: “On a beaucoup parlé des futurs projets de musées dans les Émirats…

NUMÉROS RÉCENTS

help