DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Presse Masculine
Numéro HommeNuméro Homme

Numéro Homme No.34

Le Hors-Série Homme du célèbre magazine de mode international.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Numero Presse
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
5,99 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
7,97 €(TVA Incluse)
2 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time3 min.
jean-baptiste mondino, steven klein, harry gruyaert, dominique issermann

On connaît ses clips pour Vanessa Paradis, Prince ou Madonna, aujourd’hui devenus cultes. Son degré de notoriété aurait pu faire de lui un grand blasé. Au lieu de quoi Jean-Baptiste Mondino cultive une curiosité toujours aiguisée pour son époque, ses musiciens et ses acteurs. Avec le désir toujours vivant de révéler leur énergie propre, le célèbre photographe et réalisateur s’emploie à transcender le réel en images. C’est ainsi que notre cover star Johnny Depp lui offre son regard ténébreux et son charisme bohème qui éclaire la nuit noire (p. 60). L’espiègle Jean-Baptiste s’est également campé nuitamment dans un parc pour signer une série de mode en forme d’hommage aux “vrais couples” qui arpentent les parcs la nuit “non pas pour se cacher mais pour mieux s’aimer.” (p.156) Nourri…

access_time3 min.
aurélien bellanger, jean-philippe toussaint, éric reinhardt, ariel wizman

On peut légitimement reprocher au roman français actuel l’étroitesse de son champ de vision : le parisianisme et l’obsession pour la psychologie des personnages réduisent souvent son potentiel à un nombrilisme lassant, voire usant. Avec L’Aménagement du territoire et plus encore avec Le Grand Paris, paru cette année, le jeune Aurélien Bellanger interroge l’urbanisme contemporain et son rapport à la politique, tout en se donnant le projet de réenchanter le genre romanesque. Dans nos pages, il ouvre sa perspective jusqu’à embrasser le vaste monde, et imagine la nuit comme une bête sauvage traquée par notre civilisation moderne obsédée par la clarté et la transparence, en proie à la détestation de ses parts d’ombre. Un récit ambitieux, porté par un bienfaisant souffle poétique… (p. 156) Jean-Philippe Toussaint a marqué…

access_time1 min.
édito

Même à 5 heures du matin, lorsque le Ruinart est fini et que les conversations tournent en boucle, il m’a toujours été difficile de mettre les invités à la porte. Que ce soit dans un lit ou dans les volutes épaisses d’un coin fumeur de discothèque, le meilleur de l’homme se révèle la nuit. Surtout si elle suit une journée de travail de douze heures. Work hard, play hard : Calvin Klein a vécu à ce régime pendant une trentaine d’années tout en bâtissant un empire qui n’a jamais tremblé sur ses fondations. Dans nos pages, le créateur se livre dans une interview exclusive. À son époque, le mythique Studio 54, où il avait ses habitudes, était un vivier qui brassait des talents de tous horizons. Le journaliste Éric…

access_time3 min.
faims de soirée

23 h 29 ANAHI. On le croyait rayé à tout jamais, englué dans la dorure et les has been. Eh non ! Paris délivre régulièrement ce genre de flash-back presque incompréhensible et tout autant jouissif. Aux commandes, un entrepreneur monégasque, Riccardo Giraudi, anglo-italien, ex-concertiste, importateur de viandes rares (Kobé, Kagoshima, wagyu). Il a choisi le cabinet d’architecture adéquat (Humbert & Poyet), et surtout rapatrié la légendaire Carmina, entraînant avec elle dans son sillage les bandes d’hier et celles de demain, boosté par un autre renfort en salle, Camille (ex-Belle Époque). L’assiette, par chance, a échappé à ce genre d’accélération qui vous envoie bien souvent au fossé : viandes dans leur plus simple appareil. Exercice dangereux mais réussi grâce à des cuissons au petit poil. Ambiance festive, prête à…

access_time3 min.
libre échange

3,5/10 LE CUPIDON. Pas très difficile de franchir ses portes. Tout de suite, on comprend la raison : un peu trop d’hommes seuls tournent en rond dans un 10 m tout en miroirs, qui tient lieu de dancefloor. Vanessa, la barmaid, propose un tour du propriétaire. Côté Luna Park version SM : une croix de saint André et des glory holes. Plus loin, une chambrette – accueillant voyeurs, échangistes, mélangistes ou côte-à-côtistes – où se laisser aller sans craindre l’assaut des microbes : telle une Calamity Jane en lingerie de dentelle fluo, Vanessa se tient prête, doigt sur la gâchette du Mr. Propre, pour désinfecter après chaque “câlin”. Ce qui explique le délicat parfum d’ambiance des lieux, entre javel et fraîcheur marine. Serviettes de bain disponibles pour ceux…

access_time1 min.
plastique de rêve

Doux et accueillant, le silicone s’avère une alternative crédible à la femme. Planchant sur ce concept, un ancien ingénieur a imaginé le Tenga 3D, un masturbateur aux allures de sculpture. Comme tout droit sorti des fantasmes d’un architecte, ce sex toy, qui ressemble à s’y méprendre à une tour facettée, pourrait presque trôner sur une étagère de votre salon, à côté d’un coffee table book vantant le talent de Jean Nouvel. Les méthodes de conception sont les mêmes : la magie des algorithmes. C’est grâce à eux que le plaisir solitaire peut désormais adopter des formes ultra-contemporaines et intrigantes, imprimées en 3D, puis coulées dans du silicone. Mais si l’objet cherche à flatter votre obsession pour le design contemporain, n’y voyez rien de gratuit : ses cinq textures sont…

help