ZINIO logo
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Point de vue

Point de vue No.3792

Ajouter aux favoris

Ils règnent sur l’art, la science, la politique, la mode, la beauté, la littérature, les cours, les scènes du monde ou les soirées. Ils sont les princes de l’actualité internationale. Ils font l’Histoire, la grande et la petite. Leur destin nous fascine. Vous aussi.Chaque semaine, avec Point de Vue entrez dans le cercle des gens d’exception !

Lire plus
Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Royalement Votre Editions SAS
Fréquence:
Weekly
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
1,99 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
19,99 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

2 min.
« your loving lilibet »

Dans cette lente procession vers la chapelle St George, pour la première fois depuis près de 70 ans, Philip la précède. De sa voiture, la reine voit les siens de dos. Leur pas scandé, alourdi par la peine. Entend-elle, malgré le brouhaha de ses souvenirs, malgré l’épuisement des derniers jours, malgré l’abîme qu’il a laissé, les tirs incessants des canons ? Entend-elle la musique, les clairons, les hommages militaires à cet homme dont le courage, la loyauté, ont été jusque-là son plus solide rempart ? Le long parcours la laisse à ses songes, puis le cortège s’arrête. La minute de silence donne toute l’ampleur de l’absence, tout le poids de la perte. Au Royaume-Uni, la vie semble suspendue le temps de soixante secondes, comme soixante battements d’un même cœur : le…

15 min.
la solitude d’une reine

Elle a tant de fois redouté cet adieu ! Tant de fois imaginé chaque minute ! Mais jamais un tel dépouillement. Une présence familiale aussi resserrée par respect des règles sanitaires. Ce n’est pas simplement son bien-aimé que la reine accompagne jusqu’à sa dernière demeure, c’est la souffrance de tous ceux qui, depuis un an, ont perdu un être cher dans ces circonstances sans précédent qu’elle partage. Le chœur de la chapelle St George de Windsor semble quasi vide, tant la maigre assistance a été émiettée au long des stalles. Élisabeth II est arrivée par le porche Galilée, côté sud, comme tous ceux qui n’ont pas suivi à pied le cercueil en procession. Elle s’est installée près du maître-autel, la tête baissée, recueillie, presque recroquevillée sur elle-même. Jusqu’à ce qu’elle entende…

2 min.
un homme d’honneurs

Maintes fois distingué, et d’abord au combat, Philip d’Édimbourg, qui s’est éteint le 9 avril, laisse derrière lui nombre de décorations militaires, civiles et d’ordres royaux. Pour ses funérailles, elles ont été déposées sur neuf coussins de velours, devant l’autel de la chapelle St George. Les détailler permet de cerner les différentes facettes de l’homme qui, s’il a vécu deux pas derrière la reine Élisabeth II, pouvait s’enorgueillir d’avoir reçu des distinctions honorifiques parmi les plus convoitées. Les insignes des ordres conférés au duc d’Édimbourg par la seule volonté de la reine (chevalier grand-croix de l’ordre royal de Victoria, chevalier de l’ordre de la Jarretière…) jouxtent ceux du Danemark et de la Grèce (chevalier de l’ordre de l’Éléphant…), familles souveraines auxquelles il est apparenté, ainsi que son bâton de maréchal…

6 min.
unis dans la douleur

C’est certainement l’un des moments les plus attendus des funérailles du duc d’Édimbourg : les retrouvailles des deux fils de Charles. À l’image de cette cérémonie, elles sont dignes et sobres. Derrière le prince de Galles et la princesse Anne, les princes William et Harry sont finalement presque côte à côte pour suivre le Land Rover sur lequel a été placée la dépouille. Le fils de la princesse Anne, Peter Phillips, est légèrement en retrait. Les deux frères avancent au rythme de la musique militaire. Harry semble plus tendu que son aîné, le buste en avant, les poings fermés. William, lui, paraît concentré sur sa peine, la tête inclinée. Pas de regards échangés entre eux. Une longue procession de huit minutes, chacun seul avec sa douleur, ses souvenirs et peut-être…

7 min.
témoignages

S. A. I. LE GRAND-DUC GEORGE DE RUSSIE «Le prince Philip était un compagnon de vie dévoué et exemplaire pour Sa Majesté la reine Élisabeth II. Il incarnait le lien historique entre la dynastie Romanov et la famille royale anglaise. Il a consacré sa vie au service de l’institution monarchique, au peuple britannique et au Commonwealth avec un engagement remarquable. Cet homme a eu un destin extraordinaire. Son incroyable intelligence, son sens des institutions et du devoir sont des exemples pour le futur. » J.C. TROIS QUESTIONS À SON ALTESSE IMPÉRIALE LA GRANDE-DUCHESSE MARIA VLADIMIROVNA DE RUSSIE Quelle a été votre réaction à la disparition du duc d’Édimbourg ? S. A. I. LA GRANDE-DUCHESSE MARIA VLADIMIROVNA DE RUSSIE : Cela a provoqué un profond chagrin et une sensation de vide dans mon cœur. Il…

14 min.
sa très courageuse majesté

En ce dimanche 11 avril, deux jours après la mort du duc d’Édimbourg et malgré leur chagrin, ils acceptent de dire quelques mots à la sortie de la messe célébrée à la chapelle royale de Tous-les-Saints, dans le grand parc de Windsor. On est un peu en famille dans cette minuscule paroisse fréquentée par le personnel du château et du domaine royal. « La reine pense aux autres avant de se soucier d’elle-même », confie une comtesse de Wessex admirative, dont la voix tremble d’émotion. Quant à son époux, le prince Edward, il parle d’un « terrible choc » avant de remercier pour « les hommages extraordinaires et les souvenirs que tout le monde a tenu à partager ». Le prince Andrew, lui, loue sa mère d’être « une personne…