Rolling Stone France No.130

Culte, original et créatif, Rolling Stone anticipe les modes, digère les tendances et les met en perspective. Il trouve ainsi sa place parmi les magazines musicaux et multiculturels en envisageant la musique comme moteur de société. L'édition française s'attache, entre légende et modernité, à décrypter les tendances marquantes d'une ""galaxie rock"" toujours en expansion. Profitez de notre offre d’abonnement exceptionnelle : 6 numéros pour le prix de 5 !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
RS France SAS
Fréquence:
Monthly
4,99 €(TVA Incluse)
39,99 €(TVA Incluse)
10 Numéros

dans ce numéro

2 min
la victoire en chantant ?

LE COMMUNIQUÉ DU SNEP (Syndicat national de l’édition phonographique) montre une fierté tout à fait étonnante pour la galaxie rock: “Pour la 3e année consécutive, 19 des 20 meilleures ventes d’albums en 2020 sont des productions françaises – et chantées en français. (…) 19 albums du top 20 sont des productions françaises, et ce pour la 3e année consécutive. 159 productions françaises sont classées dans les 200 meilleures ventes 2020, soit 80 % (idem 2019).” Mais qui trouve-t-on dans ces classements ? “Une dizaine de ces jeunes artistes classent même plusieurs albums dans les meilleures ventes de l’année: Aya Nakamura: 2 albums, Eva: 2, Hoshi: 2, Ninho: 3, Damso: 2, JB Guégan: 2, Jul en classe 5 et PLK 3, Kendji en classe 3, Maes en classe 2.” Ça fait…

f0005-01
1 min
et le rock alors ?

On l’avait espérée, on se disait, enfin, du rock à la télévision, pour mieux passer cette période difficile de couvre-feu/confinement/épidémie/Covid-19. Eh bien non, finalement on laissera la place, encore une fois, à de la variété insipide qui s’autocongratule à longueur d’antenne et de radio. Le rock, c’est pour les vieux, on n’en passera pas. Juste du hip-hop, de la variété ; entre les Carpentier et le Top 50, rien d’autre. Les mêmes qu’à la radio d’ailleurs. Fort heureusement, il nous reste Arte et ses documentaires géniaux sur l’histoire du rock, comme ceux consacrés à Brian Jones, Lynyrd Skynyrd, le Président Jimmy Carter qui faisait “rocker” la Maison-Blanche, et bien d’autres encore. Pour le reste ? Ce sera sur YouTube… Encore raté. Homepage du site de Culturebox.…

f0005-02
1 min
contributeurs

DAVID FEAR JOURNALISTE ET ÉCRIVAIN S’il est aujourd’hui rédacteur en chef et critique à Rolling Stone, les articles de cet ancien rédacteur en chef de Time Out NY ont été publiés dans The New York Times Magazine, The Village Voice, Esquire, Spin, NY Daily News, San Francisco Bay Guardian, Moviemaker, Nashville Weekly et de nombreuses autres publications. Il vit à Brooklyn, comme tout écrivain se doit de le faire. Et signe dans ce numéro l’interview de David Fincher. OLIVIER NUC JOURNALISTE Olivier travaille dans la presse depuis la sortie de la bande originale de Dead Man. Des Inrockuptibles au Figaro, il a suivi l’actualité musicale avec passion et gourmandise. Il a consacré des monographies à Jimi Hendrix et Neil Young, et coécrit un portrait d’Alain Bashung avec Bruno Lesprit. De ses études de civilisation américaine,…

f0006-01
2 min
courrier

“Whoaaa, les Foo Fighters en couverture, bien joué les gars et les filles ! À mon sens l’une des meilleures machines à rock’n’roll du monde (avec le E Street Band, pour pas froisser la direction de ce journal, hein), merci encore ! …”PATRICK (FACEBOOK) Gros gros flip Votre article consacré au climat et aux pandémies donne beaucoup de matière à réflexion. Et surtout donne un énorme coup de stress. Du coup, visiblement, les modélisations des scientifiques ne nous laissent pas beaucoup d’espoirs… FRANÇOIS (PAR E-MAIL) Et Joe Cocker ? Abonné à votre magazine, je lis également les lettres adressées par e-mail presque quotidiennement, avec des articles toujours intéressants en fonction des goûts musicaux. Cependant, dans la rubrique “décès”, qui malheureusement sont nombreux, (hélas, les légendes du rock prennent de la “bouteille”), je n’ai rien vu…

f0007-01
4 min
journées du patrimoine

COMME À SON HABITUDE, le signal est venu de Dylan, à la fin d’une année inédite, chaotique, et, à bien des égards, dystopique. La cession des droits du catalogue de ses 600 chansons ou à peu près (de ses toutes premières compositions à celles se trouvant sur Rough and Rowdy Ways) à Universal, pour une somme vertigineuse estimée entre 300 et 400 millions de dollars, ne porte pas la marque du “business as usual” dans le domaine de la musique. Cette transaction témoigne d'une bascule, et pas seulement pour la musique que nous aimons. On pourra objecter que Dylan et la commercialisation de ses droits hors enregistrement, c’est une histoire ancienne. Il raconte ainsi, dans ses Chroniques, volume 1, les 100 dollars d’avance sur royalties qu’il reçut, en 1962, de la…

f0008-01
2 min
les portraits de paix de joan baez

DANS LES ANNÉES précédant sa tournée d’adieu de 2019, Joan Baez peignait souvent dans son bus, avant les concerts. “Je ne prêtais pas attention aux concerts, signale l’icône folk de 80 ans via Zoom, depuis son domicile près de Palo Alto (Californie). Je peignais jusqu’à la dernière seconde, puis j’allais chanter.” Baez s’est à nouveau focalisée sur la musique avant les shows alors que la fin de tournée approchait, mais depuis qu’elle a dit adieu à la route, elle s’est penchée plus sérieusement sur son amour de toujours pour le croquis et la peinture, passant trois ou quatre heures par jour à travailler à l’acrylique sur des panneaux de bois, dans un petit studio, chez elle. “Je me plante devant la toile, je commence à jeter des choses et voir ce…

f0010-01