POSITIVE MEDIA

shopping_cart_outlined
category_outlined / Film, Télé et Musique
Rolling Stone FranceRolling Stone France

Rolling Stone France HS No. 36

Culte, original et créatif, Rolling Stone anticipe les modes, digère les tendances et les met en perspective. Il trouve ainsi sa place parmi les magazines musicaux et multiculturels en envisageant la musique comme moteur de société. L'édition française s'attache, entre légende et modernité, à décrypter les tendances marquantes d'une ""galaxie rock"" toujours en expansion. Profitez de notre offre d’abonnement exceptionnelle : 6 numéros pour le prix de 5 !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
POSITIVE MEDIA
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
4,99 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
39,99 €(TVA Incluse)
10 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time3 min.
introduction

JE SUIS FIER DES BEATLES”, DÉCLARA PAUL MCCARTNEY dans Rolling Stone en 1974. “C’était génial, et je suis d’accord avec toutes ces personnes que je rencontre dans la rue qui me disent qu’on leur a apporté beaucoup de bonheur. Pour moi, ça n’a rien de mièvre.” C’était là une déclaration forte de sa part, à une époque où les blessures de la séparation étaient encore récentes. Mais, en un sens, tout Paul McCartney est là : il sait saluer l’attrait intemporel des Beatles alors même qu’il travaille pour imposer sa créativité en solo. Et, même s’il est l’une des personnes les plus célèbres au monde depuis ces cinquante dernières années, et sans doute le musicien le plus aimé de tous les temps, il reste un artiste fascinant qui n’a jamais…

access_time8 min.
avec les beatles

FAIRE PARTIE DES BEATLES ÉTAIT PLUTÔT un bon plan, en règle générale. Mais, en novembre 1966, être poursuivi par des fans en furie – ce qui semblait si drôle dans A Hard Day’s Night – commençait à lasser. Et les menaces de mort proférées par des parents de fans après la blague de John Lennon sur les Beatles plus célèbres que Jésus n’arrangeaient rien. “On en avait marre d’être les Beatles, raconta Paul McCartney des années plus tard. On détestait ces histoires de quatre gentils garçons à frange. On n’était plus des garçons, mais des hommes. C’était fini, toutes ces conneries, tous ces cris… On n’en voulait plus. On avait découvert l’herbe et on se voyait plus comme des artistes que comme de simples musiciens.” McCartney revenait d’un safari au…

access_time12 min.
départ en solo

EXTRAIT DE ROLLING STONE N° 57, PARU LE 30 AVRIL 1970 PAUL MCCARTNEY EST REVENU PARMI NOUS. Il présente un nouvel album, des idées pour mener une vie heureuse, et quelques mots succints au sujet d’Allen Klein. Ce nouvel album, dont la sortie est prévue le 17 avril aux États-Unis et en Angleterre, a été enregistré par Paul, seul, au cours des derniers mois. Il en décrit ainsi les origines : “Ça a commencé par de petites bribes, dont des morceaux et des mélodies qui datent d’il y a cinq ans.” L’enregistrement s’est fait en grande partie chez lui. “Je joue tous les instruments moi-même. Dès les tout débuts, quand notre bassiste est mort, j’ai dû me coltiner la basse. Mais ce que je voulais vraiment, c’était jouer de la guitare, et même…

access_time45 min.
paul n’est pas mort (et son passé non plus)

EXTRAIT DE ROLLING STONE N° 153, PARU LE 31 JANVIER 1974 CE MOIS DE JANVIER MARQUE LE DIXIÈME anniversaire de l’entrée des Beatles dans les charts américains. Le mois dernier, Rolling Stone fit sa première longue interview avec Paul McCartney, débutée dans un studio d’enregistrement à Londres et achevée dans une rue de New York. Les séances new-yorkaises eurent lieu le lendemain du jour où il put rentrer aux États-Unis après deux ans de refus de visa pour deux infractions liées à la marijuana. Alors que nous marchions dans la 54e Rue vers le bureau des avocats Eastman & Eastman – Lee et John, frère et père de Linda McCartney –, un homme en costume gris avec un parapluie coloré nous aborda : “M. McCartney ? C’est pour vous.” Il s’agissait…

access_time16 min.
de haut vol

EXTRAIT DE ROLLING STONE N° 215, PARU LE 17 JUIN 1976 ON DIRAIT VRAIMENT DU ROCK’N’ROLL, même s’il s’agit de Wings. Jimmy McCulloch, ex-Thunderclap Newman, et Denny Laine, ancien Moody Blue, sont incendiaires à la guitare. Joe English, ex-rien du tout, est extatique et torride à la batterie. Linda McCartney, ex-photographe, malmène un stock de claviers et est responsable de ces effets sonores qu’on a fini par aimer sur les albums de Wings. Et Paul McCartney, ancien Beatle, mène le groupe, ainsi qu’une section de cuivres de quatre personnes. Il se balade à la basse; il martèle au piano “Lady Madonna” et “Live and Let Die”; de retour à la basse, il hurle, recherchant un peu l’influence de Little Richard sur “Beware My Love” et “Letting Go”. Puis, après un morceau…

access_time19 min.
“on ne peut pas gagner à tous les coups”

EXTRAIT DE ROLLING STONE N° 482, PARU LE 11 SEPTEMBRE 1986 C’EST UN LUNDI À LONDRES, DEUX JOURS AVANT le mariage royal, et Soho Square déborde de fleurs, de soleil et de jeunes touristes. Certains se prélassent dans l’herbe, partageant des joints. D’autres scrutent les fenêtres ornementées d’un hôtel particulier de style Art déco de l’autre côté de la rue, où, dans un bureau spacieux au troi - sième étage, Paul McCartney dirige l’activité bouillonnante de MPL Communications, la société qui gère les projets professionnels du chanteur et de sa femme, Linda. McCartney est venu de sa maison de campagne du Sussex – où il a un tout nouveau home studio – pour promouvoir son dernier LP, Press to Play. Les années commencent à se voir : ses cheveux sont surtout gris,…

help