POSITIVE MEDIA

shopping_cart_outlined
category_outlined / Film, Télé et Musique
Rolling Stone FranceRolling Stone France

Rolling Stone France No. 106

Culte, original et créatif, Rolling Stone anticipe les modes, digère les tendances et les met en perspective. Il trouve ainsi sa place parmi les magazines musicaux et multiculturels en envisageant la musique comme moteur de société. L'édition française s'attache, entre légende et modernité, à décrypter les tendances marquantes d'une ""galaxie rock"" toujours en expansion. Profitez de notre offre d’abonnement exceptionnelle : 6 numéros pour le prix de 5 !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
POSITIVE MEDIA
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
4,99 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
39,99 €(TVA Incluse)
10 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time3 min.
sous les vinyles, la plage!

ENF IN L’ÉTÉ ET SES CORTÈGES DE CONCERTS ET DE festivals! Cette année, on est particulièrement bien servis. Que ce soit en France ou un peu partout en Europe, voire de l’autre côté de l’Atlantique, les grands rendez-vous affichent pratiquement tous complet. Et ce, quel que soit le genre musical prisé. Cela montre surtout que la musique est restée aussi centrale pour le grand public que pour les aficionados, malgré les Cassandre prédisant la mort du rock et autres cris d’alarme peu, ou pas, justifiés. On se souvient encore avec étonnement de cet article paru l’an dernier dans le New York Times, qui prédisait à court terme la fin du mouvement rock sur la base d’approximations étonnantes de la part de cette référence du monde de la presse, ou encore…

access_time2 min.
live!

Pour la plupart d’entre vous, les jeux sont faits depuis belle lurette. Des mois au bas mot, des semaines pour les plus imprudents ou intrépides: billets en poche ou dans le tiroir du haut de la commode (ne nous demandez pas comment on a chopé l’info, on sait!), billets de train réservés en croisant les doigts et en serrant les fesses – et vice versa – pour que les mouvements d’une certaine catégorie de personnel se soient dissipés le moment venu, piquets de tente répertoriés à l’unité près, baskets-tennis-sneakers ressorties du fond de la penderie (oui, on est au courant aussi!) et ayant conservé les dix-douze centimètres réglementaires de poussière ou de boue séchée des étés précédents. Reste une dernière question, une ultime angoisse: et si on avait fait fausse…

access_time3 min.
depeche mode

“We feel nothing inside”, assène à l’envi Dave Gahan sur “Going Backwards”, le titre du dernier album lançant chaque soir les concerts du “Global Spirit Tour” depuis désormais plus d’un an. Désolé, Davounet, mais en ce qui nous concerne c’est tout le contraire chaque fois que l’on croise ta route et celle de tes petits copains, Martin Gore et consorts. Et, si nos sources sont fiables, nous ne sommes pas exactement les seuls. Pas pour rien que cinq des plus importants festivals de France, plus le Paléo suisse, ont décidé que vous avoir en tête d’affiche ne devrait pas vraiment faire vilain dans leurs comptes d’exploitation à la fin de l’année. Show millimétré –.quitte à paraître moins spectaculaire que par le passé au niveau de la scénographie.–, prestance et charisme…

access_time4 min.
lenny kravitz

Qu’il est loin, le temps où à peu près tout le monde se sentait l’obligation de lui tomber sur le paletot à l’orée de chaque album –.voire à chaque actualité people de l’intéressé.– en parlant de pillage du patrimoine musical, voire de plagiat. Lui n’a pas varié d’un iota, slalomant toujours entre rock, pop et soul (“It’s Enough”, l’un des deux titres de son prochain “méfait” dévoilés en amont, ne l’a peut-être jamais vu autant frapper à la porte de Marvin Gaye). Et, une fois passé le cap de cette mégalomanie assumée qui en amuse certains et en désole d’autres, les concerts et tournées du Lenny déçoivent rarement celles et ceux qui s’y aventurent. Il s’y entend toujours pour que l’on se laisse prendre à son jeu et, sur la…

access_time3 min.
jack white

Bon, n’y allons pas par quatre chemins.: s’il y a bien une prestation pour laquelle on confesse sans fausse pudeur trépigner d’impatience, c’est celle de l’homme anciennement à rayures blanches. Et, puisque l’heure est aux aveux, nous ne sommes pas encore tout à fait remis –.on n’a rien fait pour, non plus….– de la torgnole infligée, fin mars, lors d’un concert plus ou moins privé à la Maison de la Radio. Musicalité, dextérité, ingéniosité, un pont permanent entre passé, présent et avenir.: il nous avait tout fait, balançant d’office aux ordures les quelques interrogations qui avaient pu naître à l’apparition de son dernier album en date, Boarding House Reach, immense tambouille dynamitant toute notion de style et de genre. Jack White n’est pas lassé d’essayer, d’expérimenter, de triturer, en studio…

access_time2 min.
robert plant

On s’est frotté les yeux pour y croire. Une fois. Deux fois. On a vérifié, recoupé les infos. Trois fois. Quatre fois. On a fait et refait les comptes en épluchant les setlists.: deux morceaux du dernier album (Carry Fire), deux extirpés du précédent (Lullaby and… the Ceaseless Roar), une cover de Bukka White, deux ou trois vestiges des albums solo d’antan du patron, et basta. Et ce, depuis le mois de février au moins. Et le reste.? (Attention, ça peut perturber les âmes sensibles.) Eh ben… du Led Zeppelin.! À.foison.! Oui, mesdames et messieurs, Robert Plant et ses Sensational Space Shifters ont placé leur nouvelle tournée sous l’égide de ce groupe dont il ne fallait plus prononcer le nom il n’y a encore pas très longtemps. Alors, OK, du…

help