POSITIVE MEDIA

shopping_cart_outlined
category_outlined / Film, Télé et Musique
Rolling Stone FranceRolling Stone France

Rolling Stone France No. 86

Culte, original et créatif, Rolling Stone anticipe les modes, digère les tendances et les met en perspective. Il trouve ainsi sa place parmi les magazines musicaux et multiculturels en envisageant la musique comme moteur de société. L'édition française s'attache, entre légende et modernité, à décrypter les tendances marquantes d'une ""galaxie rock"" toujours en expansion. Profitez de notre offre d’abonnement exceptionnelle : 6 numéros pour le prix de 5 !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
POSITIVE MEDIA
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
4,99 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
39,99 €(TVA Incluse)
10 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time4 min.
correspondance

ÉDITO VOUS CONNAISSEZ LA PHRASE RITUELLE AU MILIEU DES CONCERTS ? “AND now we’re gonna take a short break and we will be back on stage in about twenty minutes.” Eh bien, c’est exactement ce que la rédaction de Rolling Stone s’apprête à faire, non sans vous offrir au préalable ce numéro d’été concocté avec beaucoup d’amour et de rock’n’roll : autant l’avouer, la première moitié de l’année 2016 a été l’une des plus éprouvantes que nous ayons connues, entre la disparition de ces musiciens magnifiques qui ont accompagné nos vies (Bowie, Prince, Frey…) et les tragédies qui frappent un peu partout dans le monde (Orlando, pour ne citer que la dernière horreur en date). Alors, pendant que vous savourez (lentement, hein !) les articles de ce 86e épisode, nous profiterons…

access_time2 min.
la playlist

OÜI FM 1. Tyler Bryant & The Shakedown “Devil’s Keep” Le pari sur l’avenir du blues-rock US. En seulement six titres enregistrés dans les studios de Jack White, le jeune Tyler affirme un style sexy en diable, puisé tant dans ses racines texanes que dans le son crasseux du grunge. Il serait criminel de passer à côté… 2. Scarecrow “To The Beat” Véritable groupe de scène, Scarecrow groove à mort avec des sons roots arrachés d’un dobro ou samplés d’un vieux vinyle. C’est grâce à ce genre d’épouvantail, qui mélange le vague à l’âme d’un MC et la voix éraillée d’une gueule cassée, que le blues reste increvable. 3. The Dizzy Brains “Les Cactus” Punks sans le savoir, ils ont poussé sur la misère et survécu à la dureté de leur île natale (Madagascar) en puisant…

access_time1 min.
lenny kravitz

Dès la première fois où il écoute Prince, au lycée, en 1979, Lenny Kravitz devient fan. “Puis il est devenu mon mentor, dit-il. Quand il nous a quittés, une partie de moi s’en est allée.” “Head” Prince passait à la radio quand c’est sorti, mais cette chanson était déjà un hit dans la rue ou dans les soirées. La ligne de basse était juste tellement funky… “Controversy” Cette chanson a tout fait monter au niveau au-dessus. Ça sonnait à la fois funky, mystérieux et effrayant. C’est un morceau monumental, pour moi. “Lady Cab Driver” J’aime la qualité minimaliste de cette chanson. Il y a cette boîte à rythme avec des overdubs de batterie live et des synthés tout simples. C’est si funky ! “Mountains” C’est un morceau qui me procure un sentiment très beau. Wendy et Lisa étaient…

access_time5 min.
stars on the road

David Gilmour Avec quelque 47 millions de dollars engrangés depuis le début de sa parcimonieuse tournée, le Rattle That Lock Tour est déjà un joli succès. Mais David Gilmour sait bien que le public ne se déplace pas uniquement pour écouter les titres de son dernier album solo en date. C’est aussi le Floyd par procuration que l’on vient voir, et Gilmour ne se prive pas de le revisiter dans les décors g randioses qu’il a c hoisis : “Wish You Were Here”, “Shine On You Crazy Diamond”, “Astronomy Domine” et bien sûr “Comfortably Numb” (mixé récemment avec “Purple Rain”, en hommage à Prince) figurent en bonne place sur sa setlist. Light show bluffant, son renversant et émotion garantie : à vérifier sous le ciel étoilé du parc du château de…

access_time5 min.
mohamed ali

CELUI DONT UN CHOC SEPTIQUE A EU RAISON DES ULTIMES forces, le 3 juin dernier à Scottsdale, dans la banlieue de Phoenix (Arizona), n’était pas un boxeur. Ni un militant. Ni un exemple. En tout cas il aura été bien plus que ça. Au-delà de tous les surnoms dont on a pu l’affubler – et ceux qu’il s’est lui-même choisis –, The Greatest Of All Time, The King of the Ring, Mohamed Ali aura été un combattant, dans tout ce qu’il a entrepris. Il ne faut pas chercher ailleurs la dimension qu’a prise le personnage d’Ali – dans tous les sens du terme – depuis que les feux de l’actualité se braquèrent sur lui lors des jeux Olympiques de Rome, en 1960. George Foreman, l’un de ses opposants légendaires des…

access_time3 min.
le bad trip de moby

DANS LES NINETIES, contre toute a ttente, Moby est devenu une superstar de l’électro. Bel exploit en effet pour un chrétien végétalien ayant grandi (pauvre) dans le Connecticut, que de se retrouver à sillonner la planète pour jouer des tubes de house music à des milliers de ravers drogués jusqu’aux yeux ! Mais, comme on l’apprend dans son livre de souvenirs, Porcelain (paru au Seuil), l’homme était alors luimême une loque. “J’ai grandi en ayant honte d’être pauvre, explique-t-il. Ce sentiment de honte et de non-appartenance ne m’a jamais vr aiment quitté, même s’il n’y a pas de r aison fondée à cela.” Porcelain raconte comment Moby a tenté, parfois pour le meilleur et parfois pour le pire, de trouver une famille et de l’amour dans la communauté des ravers et…

help