DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Film, Télé et Musique
Rolling Stone France

Rolling Stone France No. 119

Culte, original et créatif, Rolling Stone anticipe les modes, digère les tendances et les met en perspective. Il trouve ainsi sa place parmi les magazines musicaux et multiculturels en envisageant la musique comme moteur de société. L'édition française s'attache, entre légende et modernité, à décrypter les tendances marquantes d'une ""galaxie rock"" toujours en expansion. Profitez de notre offre d’abonnement exceptionnelle : 6 numéros pour le prix de 5 !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
POSITIVE MEDIA
Fréquence:
Monthly
Lire plus
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
4,99 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
39,99 €(TVA Incluse)
10 Numéros

dans ce numéro

2 min.
punk is dead…

“Ne jamais aller sur une plage nudiste. Même si vous allez à la salle de sport tous les jours, personne n’a envie de vous voir nu à 70 ans.” JOHN WATERS C’est au détour d’une interview donnée par Jennifer Cuvillier, directrice du Style du Bon Marché, le grand magasin chic de la rive gauche, à Guillaume Meurice sur France Inter et qui a fait le tour des réseaux sociaux et du monde merveilleux du rock’n’roll, que l’on a appris — sans rire — que la vénérable enseigne B.C.-B.G. de la rue de Sèvres, s’était mise à l’heure punk (sic). Si les seules crêtes vues dans le magasin se trouvaient sur la tête d’animaux en plastique dans les vitrines de l’institution, le fond musical, lui, n’a pas beaucoup changé par rapport l’habillage…

1 min.
le roi fou!

DANS SON DERNIER ARTICLE, Matt Taïbbi s’interroge sur le “roi fou” d’Amérique. En racontant ce qu’il a vu lors d’un meeting, effectivement on est en droit de s’interroger sur les motivations de son électorat. Au milieu de la marée de casquettes rouges, le grand reporter de Rolling Stone se demandait si les États-Unis pourraient être assez dingues pour élire un “roi fou” une seconde fois. Nos lecteurs nous ont beaucoup sollicités sur les réseaux sociaux quant à ce reportage. “Le parti républicain ne peut pas remporter des élections loyalement” est l’affirmation qui revenait le plus souvent. On passera rapidement sur les injures et autres ignominies laissées sur notre page Facebook par de courageux mais distraits lecteurs – qui oublient systématiquement de mentionner leur nom – pour s’attarder sur la vraie…

1 min.
contributeurs

LAURENT-DAVID SAMAMA JOURNALISTE ET ÉCRIVAIN Auteur et journaliste, Laurent-David Samama est expert associé à la Fondation Jean-Jaurès et membre du comité de rédaction de la revue La Règle du jeu. Il a récemment publié un essai politique, Les Petits matins rouges (éd. de l’Observatoire) et est également l’auteur d’une biographie romancée de Kurt Cobain (Kurt, Plon, 2017). S’il s’était attiré les foudres d’EELV il y a deux dans en signant ici un reportage édifiant sur les Verts, dans ce numéro, il a rencontré l’ambassadeur français Gérard Araud, le maître des tweets. DIEGO ORTIZ JOURNALISTE ET ÉCRIVAIN Toujours un bon mot ou un aphorisme à la bouche, Diego estime que l’ignorance est la motivation première destinée à parfaire ses connaissances. Ayant adopté le praxisme comme mode de vie et ardent défenseur du “do it yourself”, ce…

2 min.
courrier

“Merci de m’avoir poussé pour la millionième fois à écouter Abbey Road des Beatles. Et le nouveau coffret est un vrai délire!” Stéphane, Facebook Beatles encore! Je suis allé voir les Analogues reprendre Abbey Road (notamment) alors que les cover bands, ce n’est pas trop mon truc. Et là, la claque: le jeu, le son, le programme (ok avec des chansons pareilles, facile) mais surtout, l’immortalité de ces titres montre qu’on les jouera encore dans 100 ans! ALAIN (PAR E-MAIL) @rollingstoneFra Fallait oser le titre “Napalm d’or” pour un article sur Coppola. Vous faites un concours avec l’Équipe et Libé? Recyclage! Surprise à la lecture du “Radio Classique” de Philippe Barbot sur “Whole Lotta Love” (p. 75), il manque… l’essentiel: ce riff, Jimmy Page l’a d’abord placé lors d’une session pour notre Johnny Hallyday national et le…

4 min.
363 oxford street

NOUS SOMMES TELLEMENT habitués à la mise en valeur du patrimoine que nous avons fini par croire que rien, jamais, ne disparaît vraiment. Pourtant, des lieux s’effacent et nous ne pouvons compter sur la seule rémanence rétinienne pour nous en souvenir. L’habitude nouvelle est la plus sûre alliée de l’oubli. Cela fait longtemps que les disquaires ont quitté le centre de nos villes, et les magasins de vêtement ou les opticiens qui les ont remplacés nous paraissent avoir été là de toute éternité. Et puis, parfois, au détour d’une promenade, nos pas nous mènent près d’un monument aux portes récemment fermées, et c’est alors comme une faille spatio-temporelle qui s’ouvre. Le 363 Oxford Street, à Londres, a longtemps abrité un temple qui se revendiquait être “le magasin de disques le plus…

2 min.
ginger baker, le plus sauvage d’entre tous

IL SUFFIT DE REGARDER le film du dernier concert de Cream au Royal Albert Hall en 1968, et plus spécialement son solo démoniaque sur “Toad”, son morceau signature, pour comprendre la formidable contribution de Ginger Baker à la musique dite “rock”. La vision de ce diable roux au regard d’illuminé, lancé dans un corps-à-corps inouï avec sa batterie, déployant et dépassant tout ce qu’il est possible d’imaginer en matière de fusion rythmique, demeure encore pour beaucoup un choc dont il est difficile de se remettre. Toute sa vie, Peter Edward Baker n’aura eu de cesse que d’explorer tous les possibles en matière de polyrythmie, du jazz à la musique africaine, des percussions dogon aux cycles en syncopes du Moyen-Orient. Sous le feu de ses baguettes martelant toms et cymbales, le…