DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Film, Télé et Musique
Rolling Stone FranceRolling Stone France

Rolling Stone France No. 110

Culte, original et créatif, Rolling Stone anticipe les modes, digère les tendances et les met en perspective. Il trouve ainsi sa place parmi les magazines musicaux et multiculturels en envisageant la musique comme moteur de société. L'édition française s'attache, entre légende et modernité, à décrypter les tendances marquantes d'une ""galaxie rock"" toujours en expansion. Profitez de notre offre d’abonnement exceptionnelle : 6 numéros pour le prix de 5 !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
POSITIVE MEDIA
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
4,99 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
39,99 €(TVA Incluse)
10 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time3 min.
quatre garçons (encore dans le vent)

“À l’instar des enfants, les musiciens ont accès à une fenêtre sur le monde, à des vibrations annonciatrices.” DAMON ALBARN ON L’ATTENDAIT, CETTE fameuse réédition du Double Blanc, album mythique s’il en est, constitué de perles habilement enfilées, une à une, par John, Paul, George et Ringo. Les précédentes rééditions n’avaient pas atteint ce degré de perfection dans le “produit fini”, ne fournis saient pas autant de matière sonore, de raretés qu’on ne trouvait qu’en mauvaise qualité en bootleg ni de vrais inédits, de ceux qui ont ravi quiconque a eu la joie d’ouvrir ce coffret, le 9 novembre dernier. Car il fallait y aller de son billet pour acquérir ce fameux The White Album Coffret Edition Super Deluxe Limited + Bluray à plus de 150 euros, ou même la “simple” réédition vinyle…

access_time1 min.
contributeurs

BRICE MATTHIEUSSENT TRADUCTEUR ET ÉCRIVAIN Il a traduit les plus grands auteurs américains : Jim Harrison, John Fante, Charles Bukowski, Bret Easton Ellis, Henry Miller, Jack Kerouac, mais aussi le Walden de Thoreau et Mason & Dixon de Pynchon. Il publie des romans – Vengeance du traducteur et, plus récemment, Identités françaises –, collabore à de nombreuses revues littéraires et artistiques. Il vit et travaille à Marseille, où il a longtemps enseigné l’histoire de l’art et l’esthétique à l’école d’art de cette ville splendide et cruelle. Pour lui, “rock” rime avec “baroque”. Pour ce numéro, il revient sur l’histoire tragique de Jean-Michel Basquiat. SOPHIE ROSEMONT JOURNALISTE Auteure pour Le Dictionnaire du rock de Michka Assayas et de Girls Rock (à paraître début 2019), Sophie Rosemont est journaliste à Rolling Stone, Glamour ou encore Paris Match.…

access_time2 min.
courrier

“Freddie Mercury en couverture de ‘Rolling Stone’, ça ressemble à une réhabilitation post mortem, mais non, c’est un vrai bel hommage.” Caroline, par e-mail Ah ! l’Europe… Quelle bonne idée que d’avoir complété votre dream team de chroniqueurs – Yves Bigot, Bruno Patino, Laurent Bazin – en invitant dans vos colonnes Renaud Dély, qui occupe déjà mes matinées avec ses interviews sans gêne sur France Info. Il y a tant à dire et à redire sur l’Europe que l’analyse de Renaud Dély dans votre dernier numéro arrive à point nommé. Je me suis toujours demandé comment ces fachos ont fait pour percer et poursuivre allégrement leur carrière politique (très rémunératrice, surtout quand on vole l’argent de l’Europe…), alors que, mis face à leurs contradictions, ils montrent à quel point ils peuvent être tordus.…

access_time4 min.
loto du patrimoine

LA PRÉSENCE DE Freddie Mercury en une du dernier numéro, pour le film Bohemian Rhapsody, était évidente, mais ambiguë. Car c’est Rami Malek qui incarne le chanteur de Queen dans le film : il n’aurait donc pas été absurde de le voir sur la couverture. Que votre magazine ait fait le choix contraire éclaire l’étrange nature de ce film – qui en annonce d’autres, dont Rocketman, de Dexter Fletcher, sur Elton John. Ici, le cinéma ne sert pas à raconter un moment méconnu ou non documenté en images d’un groupe à la notoriété stellaire. On n’est pas dans Nowhere Man, qui évoquait la jeunesse de Lennon, ni dans Love & Mercy, qui montrait la fragilité psychique de Brian Wilson. Ici, le film expose, de façon fidèle, ce que tout lecteur…

access_time3 min.
playlist

1. The Struts “Primadonna Like Me” (Interscope/Universal) Le titre a l’air d’une bonne blague, mais ne riez pas ! The Struts veulent devenir les nouveaux rois du rock’n’roll, mission pour laquelle un certain aplomb est indispensable. Luke Spiller est parfait dans le rôle de la Primadonna surfant sur la vague d’un revival glam 70’s. Ce medley Stones-Queen-Elton John rafraîchi à la sauce Britpop est peut-être un peu too much, mais je suis certain qu’en concert le public en redemandera. 2. Primal Scream “Big Jet Plane (The Original Memphis Recordings)” (Sony) Cette bande d’Écossais allumés s’était retrouvée en 1993 aux studios Ardent, à Memphis, pour enregistrer avec le légendaire producteur Tom Dowd et ses musiciens de séance. À l’époque, au lieu de sortir l’album tel quel, Bobby Gillespie l’avait fait remixer façon rock tapageur. Dommage, car…

access_time1 min.
cinq titres inspirants

L’ancien leader de Journey sort Traces, son premier album depuis 1994, inspiré par la disparition de sa petite amie Kellie Nash, qui a succombé à un cancer en 2012 (lire p. 58). THE FLAMINGOS “I Only Have Eyes for You” (1959) “C’est un nouveau paysage sonore pour moi. Un peu vieille école aujourd’hui, certes, mais vraiment magique.” SAM COOKE “Cupid” (1961) “J’étais dans une Ford Thunderbird 56 avec ma mère quand cette chanson est passée à la radio. J’ai été aussitôt captivé par chacune de ces notes. Le monde est devenu tout petit après ça…” THE DRIFTERS “Under the Boardwalk” (1964) “Les paroles, du genre ’tu peux presque goûter les hot-dogs’, ne sont pas les meilleures, mais la façon dont c’est chanté me tue.” THE BEACH BOYS “In My Room” (1963) “C’était un hymne à mon isolement d’adolescent. Seul dans ma chambre,…

help