ZINIO logo
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Science et Vie Questions & Réponses

Science et Vie Questions & Réponses

No. 41

Pour les curieux qui souhaitent approfondir leurs connaissances scientifiques.

Lire plus
Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Reworld Media Magazines
Fréquence:
Quarterly
3,99 €(TVA Incluse)
14,99 €(TVA Incluse)
4 Numéros

dans ce numéro

1 min
42 … a une odeur particulière?

Nombreuses sont les personnes à apprécier l’odeur que prend l’air après une averse en plein été, mais d’où vient ce parfum? Les gouttes de pluie en ellesmêmes ne sentent rien et pourtant cette odeur est bien présente; elle provient en réalité de la terre mouillée. Une étude publiée par des chercheurs américains dans Nature communications en janvier 2015 a révélé que les gouttes d’eau chamboulent le sol en tombant. Elles mélangent ses molécules et provoquent la formation d’aérosols qui circulent alors dans l’air ambiant. Cette action combine en particulier deux composés du sol: le pétrichor et la géosmine. Le pétrichor est un liquide huileux produit par les plantes pendant les périodes sèches. De son côté, la géosmine, est produite par les bactéries vivant dans la terre. Une fois associés, pétrichor…

1 min
14 c’est quoi un anticyclone?

Un anticyclone, c’est une zone caractérisée par une haute pression atmosphérique. D’après la loi de Buys-Ballot, les vents qui entourent un anticyclone s’enroulent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord et dans le sens inverse dans l’hémisphère sud. Au sein d’un anticyclone, l’air connaît un lent déplacement vertical subsident: il s’enfonce de haut en bas. Ce mouvement a pour action de chasser les nuages par réchauffement de l’air descendant: un anticyclone est donc généralement associé à un temps ensoleillé. Comme pour les dépressions, les météorologues distinguent plusieurs types d’anticyclones en fonction des conditions qui structurent leur apparition. Les anticyclones thermiques, aussi appelés anticyclones à coeur froid, se forment dans les zones du globe où les températures restent basses sur de longues périodes. L’air qui surplombe ces régions devient…

1 min
73 comment se forme une aurore polaire?

Aurores boréales (au nord) et australes (au sud) représentent le même phénomène, celui des aurores polaires. Ces phénomènes lumineux qui surgissent parfois dans le ciel sont dus aux interactions entre l’atmosphère et le champ magnétique terrestres d’un côté, et le vent solaire de l’autre. Ce vent est constitué de particules chargées en provenance du Soleil – majoritairement des électrons et des protons. À l’approche de la Terre, ces particules sont comme captées par son champ magnétique, qui les entraîne vers les pôles magnétiques. Là, elles plongent dans la très haute atmosphère – entre 80 et 250 kilomètres d’altitude – et entrent en collision avec le gaz qu’elle contient. Le résultat est une excitation des atomes et des molécules du gaz, qui vont ensuite se relaxer – autrement dit se désexciter…

1 min
22 c’est quoi l’effet de foehn?

Lorsqu’un courant aérien rencontre un large relief incontournable comme une chaîne de montagnes, apparaît alors un phénomène d’ascendance en vue de le franchir. En amont de l’obstacle, les masses d’air sont soumises à une détente. L’air en montant se refroidit (c’est ce qu’on appelle le taux de déchéance adiabatique) d’environ 0,5 °C tous les 100 mètres d’altitude. La chute de température est souvent telle que le point de condensation est atteint: des nuages se forment, et de la pluie voire de la neige peut tomber. Une fois le sommet franchi en aval, c’est la descente. La masse d’air subit cette fois une compression. L’air déjà plus sec se réchauffe de près de 1 °C tous les 100 mètres: c’est l’effet de foehn. L’écart de température entre chaque versant peut atteindre…

1 min
37 c’est quoi un nuage noctulescent?

Les nuages noctulescents, ou nuages polaires mésosphériques, ne sont pas des nuages comme les autres. Situés dans la mésosphère, entre 75 et 85 km d’altitude, ces nuages brillants, de couleur bleuâtre ou argenté, se forment à des températures inférieures à -120 °C. D’aspects filamenteux ou en forme de nappes, ils sont visibles pendant le crépuscule astronomique, lorsque le Soleil se trouve entre 6 °C et 12 °C en dessous de l’horizon. Dans les deux hémisphères, ils sont surtout observables pendant les mois d’été, quand la mésosphère est la plus froide, entre les latitudes 50 °C et 65 °C. Contrairement aux nuages classiques, les nuages polaires ne sont pas constitués de vapeur d’eau mais de petits cristaux de glace regroupés autour de particules microscopiques, de l’ordre de 0,3 micromètre. À titre…

1 min
41 … et la bruine, c’est pareil?

L’intensité de la pluie est gouvernée par l’épaisseur de son nuage d’origine et par les mouvements ascendants au coeur de ce dernier. Dans le cas d’un nuage stratiforme, prenant la forme d’une couche horizontale étendue, les mouvements sont limités entre les strates. L’intensité est le plus souvent faible et la pluie qui en découle aussi. Il suffit alors que le nuage soit peu épais pour que l’on puisse parler de bruine, composée de fines gouttelettes. Cependant, les nuages stratiformes sont souvent très étendus et leurs pluies touchent donc des zones importantes, et durant un certain temps – plusieurs heures. À l’inverse, les cumulus et encore plus les cumulonimbus – des nuages de forme boursouflée, ressemblant à des choux-fleurs – sont assez isolés, et leurs précipitations ne concerneront qu’une portion restreinte…