ZINIO logo
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Science & Vie Hors Série

Science & Vie Hors Série

HS No. 289

Les hors-séries du magazine de l'actualité scientifique.

Lire plus
Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Reworld Media Magazines
Fréquence:
Quarterly
4,99 €(TVA Incluse)

dans ce numéro

9 min
renforcer la capacité de contrôle

Au centre hospitalier universitaire de Dijon, en Bourgogne, Benoit Trojak et son équipe s’apprêtent à mettre un point final à une grande étude nationale, dont les résultats sont très attendus dans le monde de l’addictologie. Lancées il y a quatre ans, ces recherches visent à tester l’efficacité d’un nouveau traitement prometteur contre les addictions: la stimulation cérébrale non invasive. Déjà autorisée aux États-Unis depuis 2009 pour le traitement de la dépression résistante, cette technique suscite un engouement croissant chez les addictologues. Comme son nom l’indique, elle consiste à stimuler le cerveau à travers la peau du crâne – donc sans chirurgie – pour y induire des changements d’activité cérébrale susceptibles d’aider le patient à se défaire de sa dépendance. «La stimulation cérébrale non invasive alimente de nombreux espoirs. Si son efficacité…

4 min
pourquoi le jeu candy crush est-il aussi addictif ?

Lancé il y a sept ans sur Facebook et sur smartphone, le jeu Candy Crush Saga a été téléchargé plus de 500 millions de fois. Qui n’a pas un ami, un enfant ou un collègue qui s’y adonne dès qu’il a cinq minutes de liberté… Comment expliquer cet incroyable engouement? Il y a sans doute une part de chance, celle d’être arrivé à un moment où aucun autre jeu n’écrasait la concurrence. Son design coloré, qui renvoie à l’enfance, y est aussi certainement pour beaucoup. Mais il n’y a pas que cela. Candy Crush Saga séduit les foules grâce à une apparente simplicité, une capacité à jouer avec les mécanismes cérébraux de la récompense, ainsi qu’un solide profilage du comportement des joueurs. Ce jeu est ce qu’on appelle un casual…

5 min
retrouver la maîtrise de soi

Vous avez tout essayé, sans succès, pour vous débarrasser de la cigarette ou de tout autre addiction? Face à vos échecs répétés, un proche vous aura peut-être suggéré des méthodes plus « exotiques » : des aiguilles plantées dans le corps par un acupuncteur chinois, quelques séances chez un hypnothérapeute ou encore un programme de méditation bouddhiste. Charlatanisme? Pas du tout! Les addictologues sont de plus en plus nombreux à se tourner vers ces médecines alternatives. « Alternatives », le mot semble même dépassé tant ces thérapies se sont installées dans les hôpitaux. D’ailleurs, la méditation n’est pas considérée comme une médecine alternative. «C’est un soin officiel, une psychothérapie comme une autre qui est enseignée dans les facultés de psychologie», indique Bruno Falissard, psychiatre et professeur de santé publique à…

4 min
les opiacés et opioïdes

Principes actifs Les opiacés sont des substances issues du pavot, plante d’Asie centrale, dont le latex, l’opium, contient de nombreux alcaloïdes psychoactifs. Au premier rang de ceux-ci : la morphine, à partir de laquelle est produite l’héroïne. Les opioïdes, eux, désignent les molécules synthétiques ayant un effet similaire aux opiacés, comme la méthadone ou le fentanyl. L’héroïne se présente sous forme de poudre blanche (forme acide) ou marron (forme base). Elle s’injecte, se sniffe ou se fume. Les autres opioïdes sont pour la plupart des médicaments. Histoire L’opium est vraisemblablement consommé depuis le néolithique. Les Sumériens et les Égyptiens l’emploient comme analgésique, suivis par les Grecs et les Romains. Les médecins arabes du Moyen Âge en font aussi usage. Les Croisades le diffusent en Occident. Au XVIIe siècle, il se répand en Chine…

3 min
les «sans produit»

Principe actif Les addictions sans produit, comme l’addiction aux jeux de hasard et d’argent, ne se développent pas à partir d’un principe actif chimique, mais d’un comportement. Cela ne les empêche pas d’engendrer une véritable dépendance : le circuit cérébral de la récompense s’emballe et le contrôle disparaît, malgré les conséquences néfastes et le désir d’arrêter. Histoire L’addiction au jeu fut la première addition à être scientifiquement étudiée. C’est un médecin du XVIe siècle, Pascasius Justus, qui commît le premier ouvrage sur le sujet, le Traité sur le jeu, en 1561. Elle fut aussi longtemps la seule addiction sans substance inscrite dans la classification internationale des maladies (CIM). Mais en mai 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait entrer le trouble du jeu vidéo (gaming disorder) dans sa nouvelle version (la…

1 min
les 11 critères de l’addiction

Voici, selon le DSM V (la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), publié en 2013 par l’American Psychiatric Association, les 11 critères qui permettent de diagnostiquer une addiction. ● Besoin impérieux et irrépressible de consommer la substance ou de jouer (craving). ● Perte de contrôle sur la quantité et le temps dédié à la prise de substance ou au jeu. ● Beaucoup de temps consacré à la recherche de substances ou au jeu. ● Augmentation de la tolérance au produit addictif. ● Présence d’un syndrome de sevrage, c’est-à-dire de l’ensemble des symptômes provoqués par l’arrêt brutal de la consommation ou du jeu. ● Incapacité de remplir des obligations importantes. ● Usage même lorsqu’il y a un risque physique. ● Problèmes personnels ou sociaux. ● Désir ou efforts persistants pour diminuer les doses ou l’activité. ● Activités…