ZINIO logo
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Science
Science & Vie

Science & Vie Special No. 50

Premier magazine européen de diffusion de la science, Science & Vie consacre en réalité plus de 120 pages chaque mois à analyser et à décrypter les principales avancées de la connaissance. Dans notre monde formidablement riche en mutations les progrès scientifiques jouent plus que jamais un rôle de premier plan. A l'écoute de tout ce qui se découvre, s'invente, se discute, se construit, nos journalistes scientifiques mettent tout leur talent de vulgarisateurs au service de nos 3 millions de lecteurs qui souhaitent mieux comprendre et anticiper les transformations de la vie par la science. Nos articles sont abondamment illustrés, clairs, nets et précis.

Lire plus
Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Reworld Media Magazines
Fréquence:
Monthly
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
3,70 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
30,99 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

3 min.
retour sur une mobilisation hors norme

De l’extérieur, sous certains angles, elle paraît presque intacte – Notre-Dame est toujours debout, sa puissante façade est sauve. Puis le regard s’arrête sur l’échafaudage déformé qui enserre une toiture et une flèche désormais fantômes… On cherche en vain sa légèreté massive, cachée par les cintres de bois et les étais qui soulagent ses pignons, ses arcs-boutants ou ses tristes baies vidées de tout vitrail. Quant à sa nef solennelle, son accès est interdit – encombrée qu’elle était de pierres noircies et brisées tombées de sa voûte percée et de fragments de sa charpente pluricentenaire carbonisés. Le péril n’est pas écarté. Que fait un pays quand l’un des fleurons de son patrimoine part ainsi, littéralement, en fumée? La France n’est pas la première à se trouver dans un tel cas de…

2 min.
une longue nuit de combat commence

18 h 18: Une alarme retentit pendant l’office. Au PC sécurité, le tableau de contrôle indique un problème: l’employé de garde demande à un des agents présents dans la cathédrale de vérifier la sacristie, et prévient son supérieur. Aucune anomalie n’est constatée lors de cette procédure dite de “levée de doute”. 18 h 45-18 h 50: Seconde alarme. Le garde est cette fois envoyé dans les combles, soit quelque 300 marches à gravir… où il ne peut que constater la présence de fumée et d’un feu déjà fort. Des flammes sont alors visibles côté Seine, à l’angle de la flèche. L’évacuation est demandée et la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est appelée. 19 h 20: En moins d’une demi-heure, une centaine de pompiers sont déployés. Les évacuations du public et du…

2 min.
tout péril n’est pas encore écarté

Mardi 16 avril au matin, la cathédrale est meurtrie… mais toujours debout. Jusqu’à quand? À quel point a-t-elle été affectée par l’incendie? “La Forêt” de sa charpente, qui doit son nom aux quelque 1 300 chênes qui ont été nécessaires à sa construction, est partie en une fumée jaunie par le plomb fondu de sa toiture. De même que la haute flèche de l’architecte Eugène Viollet-le-Duc (XIXe siècle), figure tutélaire du ciel parisien. La structure (toujours surmontée par l’échafaudage installé en 2018 pour restaurer la flèche) semble, en revanche, avoir résisté, tout comme la majorité des voûtes qui séparaient les combles ravagés de l’intérieur de l’édifice – seules trois ont cédé (dans la nef en amont de la flèche, sous la flèche et dans le transept nord). Mais les actions conjointes…

2 min.
le trésor de notre-dame est mis à l’abri

À l’intérieur de la cathédrale, c’est un décor apocalyptique. Sous les voûtes effondrées, la nef n’est que montagnes de gravats et poutres calcinées au milieu des rangées de sièges intacts qui semblent attendre le prochain office. Partout, d’immenses flaques d’eau témoignent du combat gagné quelques heures plus tôt par les soldats du feu. Mais le trésor de Notre-Dame, lui, est sauf. Dès leur arrivée sur le site, en effet, pendant que certains bataillons de pompiers s’attaquaient aux flammes, d’autres se concentraient sur l’évacuation des personnes et des oeuvres. Des camions sont alors mobilisés pour le transfert des biens immédiatement transportables que conservateurs et sapeurs, au plus fort de la fournaise, inventorient, protègent et escortent jusqu’à l’extérieur. Tout ce qui pouvait être évacué l’a été le jour même avant 23 heures. D’abord,…

2 min.
la protection du site s’organise

Notre-Dame est exposée à choeur ouvert, livrée aux éléments. Elle a perdu sa flèche, sa toiture et sa charpente, facteurs de stabilité physique, thermique et hygrométrique. Autrement dit, elle est fragilisée et sans aucune protection. Contre la pluie, qui s’annonce une dizaine de jours seulement après le sinistre, d’immenses bâches (plus de 600 m2), réalisées sur mesure, sont tendues dès le mardi 23 avril au-dessus du choeur et de la nef. Ajustées sur une armature métallique spécifique, elles doivent protéger les voûtes et empêcher toute accumulation d’eau. Le dispositif, aussi complexe que rapidement mis en place, est provisoire: courant 2020, un “parapluie” viendra les remplacer pour abriter un chantier appelé à durer plusieurs années. D’autres bâches, plus petites mais plus nombreuses, viennent également fermer la trentaine de baies qui courent le…

2 min.
une gigantesque armature de bois stabilise notre-dame

Écrin aérien, dentelles de pierre… Dans une cathédrale gothique, la moindre arche, la plus fine colonne participent à l’équilibre de l’ensemble. Et feu et eau n’y font pas bon ménage. Soumis à leur action conjointe, le calcaire a pu être endommagé. Le mortier qui les lie s’est gorgé d’humidité, avant que les canicules de l’été 2019 ne l’assèchent violemment: alors que la température a pu atteindre 39 °C dans l’édifice martyrisé (jusqu’à 50 °C sous les voûtes), le taux d’humidité y oscillait entre 50 et 90 % selon les jours. Quant aux voûtes elles-mêmes, elles supportent toujours les poutres calcinées de la charpente. C’est beaucoup pour un édifice fragilisé. Dès le mercredi qui suit le drame, des opérations d’étayage sont organisées pour limiter au maximum les contraintes et les sollicitations sur…