Sport Auto France HS No. 25

Magazine de passion, Sport Auto transmet l’émotion que suscitent les voitures d’exception.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Editions Mondadori Axel Springer (EMAS)
Fréquence:
Monthly
4,80 €(TVA Incluse)
39,89 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

3 min
jean alesi

Je suis né dans une famille où l’automobile a tenu – et tient toujours – une grande place. Avec mon père, mon frère, mes grands amis, nous sommes toujours passionnés par les moteurs, les belles carrosseries, les performances. Et vous n’imaginerez jamais assez combien ce seul mot magique « Ferrari » signifie d’enthousiasme et d’admiration chez nous. Je ne résiste pas au plaisir de citer un dicton de cette belle région d’Emilie-Romagne où se situe Maranello. Il dit que « Chaque garçon qui naît dans cette région aimera toujours sa maman, la pasta et Ferrari. » Je ne sais pas si ce dicton est tout à fait vrai. Mais je souris en pensant qu’il me convient assez bien. Je suis le pilote français qui a disputé le plus grand nombre de…

spoauthsfr170301_article_005_01_01
1 min
à nos lecteurs

Il existe des dizaines de livres sur Enzo Ferrari et sur les Ferrari. Mais pour les 70 ans de Maranello, Sport Auto voulait faire différemment. Tout d’abord parce que les deux auteurs, Jean-Louis Moncet et Johnny Rives, sont probablement les deux seuls journalistes français encore en activité à avoir visité Maranello, avoir interviewé Enzo Ferrari. Ensuite, parce que leur domaine est la compétition, et seulement la compétition. C’est pourquoi, après une évocation inédite de l’Ingegnere, le lecteur retrouvera dans les pages qui suivent la Formule 1 en priorité, mais aussi l’endurance, des 24 Heures du Mans à la Panaméricaine, en passant par les Mille Milles, une course particulièrement appréciée par Enzo Ferrari. L’analyse des auteurs porte sur la personnalité des pilotes, des ingénieurs, des managers qui ont compté, autour des…

23 min
enzo ferrari

90 ANS, 5 MOIS ET 26 JOURS Enzo Ferrari est né le 18 février 1898 dans un faubourg de Modène. Il avait tant neigé ce jour-là que son père ne put déclarer sa naissance que le 20 février. C’est devenu la date officielle de son anniversaire. Monsieur Alfredo Ferrari était alors à la tête d’une petite entreprise : « Officine meccanica Alfredo Ferrari », qui fabriquait des toitures pour une société de chemins de fer. Lui-même doué pour le travail du métal, Enzo Ferrari devint maréchal-ferrant en 1917 lorsqu’il fut appelé sous les drapeaux. Apprécié par son colonel, celui-ci lui écrivit une lettre de recommandation avec laquelle il se présenta, sans succès, chez Fiat. Il eut plus de chance chez CMN (Constructions mécaniques nationales) pour qui il devint essayeur de châssis.…

spoauthsfr170301_article_008_01_01
2 min
le cavallino rampante

«L’histoire du petit cheval cabré est simple et fascinante. Le petit cheval était peint sur la carlingue de l’avion de chasse de Francesco Baracca, l’héroïque aviateur abattu au-dessus de Montello, l’as des as de la Première Guerre mondiale.» Ainsi s’exprime Enzo Ferrari. Il ajoute qu’après sa victoire sur le circuit du Savio (du nom d’une rivière près de Ravenne) en 1923, il fit la connaissance du comte Enrico Baracca, le père du héros. Et ensuite de la mère de celui-ci, la comtesse Paola, qu’il surnomme affectueusement « Paolina ». « Ce fut elle, écrit Enzo Ferrari, qui vint à me dire un jour : “Ferrari, mettez sur vos machines le petit cheval cabré de mon fils. Il vous portera chance”. » Et d’ajouter qu’il gardait la photo de l’as des as, dédicacée…

spoauthsfr170301_article_023_01_01
11 min
un battant de charme

SYMBOLE D’UNE NATION En France, lorsque l’on évoque Enzo Ferrari, l’habitude est de lui attribuer le titre de «Commendatore». Cette appellation, il est vrai, sonne plaisamment l’italien. Or elle est inappropriée. Et depuis longtemps. Exactement depuis le 7 juillet 1960, jour où l’université de Bologne l’avait élevé au titre d’ingénieur honoris causa. « Ingegnere », cette appellation était jalousement respectée en Italie, tandis qu’aujourd’hui encore elle reste ignorée en France. L’Ingegnere Enzo Ferrari représentait, dans le coeur des Italiens, le symbole de leur nation tout entière. Il était la fierté d’un pays. Il en reflétait le génie créatif. Sa réussite n’avait rien eu de miraculeux. Elle avait réclamé des décennies de patience, d’efforts, de travail. Pour aboutir à un résultat grandiose que le président du groupe industriel Fiat, Giovanni Agnelli, avait parfaitement…

spoauthsfr170301_article_024_01_01
12 min
rencontres avec l’ingegnere

L’Ingegnere Enzo Ferrari m’attendait mardi 27 mars 1973. C’était l’année du championnat du monde d’endurance au cours duquel la Scuderia Ferrari et l’équipe française Matra allaient s’affronter. Après la course inaugurale de Vallelunga, remportée par Matra, j’avais été retenu à Rome plus longtemps que prévu. «Dommage que vous manquiez le rendez-vous fixé», m’avait dit au téléphone Franco Gozzi, son collaborateur le plus proche. «Monsieur Ferrari vous aurait consacré pas mal de temps. Maintenant, cela ne sera plus pareil…» JEUDI 29 MARS 1973. Peu après 11 heures, accompagné de mon confrère et ami, Gérard Flocon, j’arrête ma voiture face à la grande entrée de l’usine de Maranello pour nous présenter à pied. On nous fait entrer dans une salle d’attente, ornée de photos anciennes. Franco Gozzi vient nous accueillir, nous proposant une rapide…

spoauthsfr170301_article_030_01_01