EXPLOREMY LIBRARY
Celebrity & Gossip
France Dimanche

France Dimanche HS Salut Les Copains No. 4

"La magazine France Dimanche vous emmène au coeur de l'actualité people en privilégiant l'émotion. Vous y trouverez chaque semaine vos rubriques préférées. France Dimanche, toutes les émotions de la vie des stars."

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Hachette Filipacchi Associes
Frequency:
Weekly
Read More
SPECIAL: Économisez 40% sur votre abonnement!
SUBSCRIBE
$40.99$24.59
50 Issues

in this issue

2 min.
édito

Il y a 40 ans, le 11 mars 1978, la France était frappée de sidération. Elle venait de perdre son idole pop, Claude François, 39 ans seulement… Aujourd’hui encore, la star des dancefloors, c’est toujours lui. Alexandrie, Alexandra est le tube le plus diffusé en discothèque. Et pour cause, Claude François ce n’était pas seulement une voix, c’était aussi un danseur hors pair ! Chanter et danser jusqu’à l’épuisement, répéter à l’infini une chorégraphie réglée au millimètre, tyranniser ses danseuses et ses musiciens… Aucun artiste n’aura poussé le perfectionnisme à ce degré obsessionnel, écœurant les uns après les autres tous ses collaborateurs, dans une spirale délirante d’exigence mégalomaniaque. Infatigable, indestructible, Cloclo va donner, entre le 18 décembre 1962, date de son premier concert à Paris et le 24 février 1978, jour de sa…

13 min.
quelle revanche sur la vie!

«Si vous saviez tout ce que j’ai dû endurer quand j’avais 17 ans à mon arrivée en France », avait-il coutume de raconter. « J’ai dormi à même le sol, sans lit, sans même un matelas. J’ai traîné pendant des mois avec la faim au ventre. La faim, je ne connais rien de plus terrible, cela vous pousse à faire n’importe quoi. Moi, j’ai volé pour manger », avait-il déclaré un jour à France Dimanche. C’était en octobre 1956, à Monaco. Claude François avait débarqué depuis deux mois dans le Midi avec ses parents et sa sœur aînée, Josette. Toute la famille avait dû fuir l’Égypte à la suite de la décision du président Nasser de nationaliser le canal de Suez, où son père était directeur du trafic. Sur fond d’un déchaînement…

10 min.
une bête de scène, un monstre d’exigence

Les gardes du corps de Claude n’en parlent jamais, mais ils connaissent bien ce rituel secret et immuable. Avant d’entrer sur scène, leur patron se présente en coulisses devant eux, sortant de sa loge, impeccablement habillé, maquillé, coiffé et parfumé. Concentré, le regard ailleurs, déjà en transe, il demande d’une voix calme à ses gorilles un grand verre d’eau de 25 centilitres « à température ambiante ». Verre qu’il avale d’un trait avant de se mettre à courir sur place, avec une puissance impressionnante, comme un forcené, pendant 5 minutes. Tel un sportif de haut niveau, Claude François s’échauffe avant d’affronter son public et, lorsqu’il entre en scène, sous un déluge de cris et d’applaudissements, il est déjà en sueur, brûlant, débordant d’énergie communicative. Ainsi travaille l’artiste qui jure « détester…

1 min.
un dieu vivant pour ses fans

L’artiste est la première grande star des années 60 à entretenir un lien fusionnel avec son fan-club, majoritairement composé de jeunes filles venues de province. Elles le vénèrent telle une divinité et dorment par dizaines devant son domicile du 46 boulevard Exelmans, dans le XVI , à Paris. Les murs du couloir menant à son appartement sont recouverts de mots d’amour. Lorsqu’il sort de chez lui au volant de sa Mercedes, ses fans courent autour de son véhicule, tel un essaim d’abeilles au risque de se faire renverser. Mais jamais il ne repousse une admiratrice : « Elles font partie de ma vie et je les respecte », lâche Claude à un reporter de France-Soir qui lui demande en 1966 si ce harcèlement ne l’agace pas. Mais, trop sollicité, il…

5 min.
ses clodettes le vénèrent toujours comme un dieu !

À jamais inconsolables, elles ne peuvent évoquer le chanteur sans que leurs yeux se noient de larmes. Ces trois « belles, belles, belles» femmes s’inclinent chaque année, le 11 mars, sur la tombe de l’homme qui a bouleversé leur destin. Elles resteront à vie les Clodettes qui se sont succédé aux côtés de Claude François lors de ses inoubliables shows télévisés : Ketty, la sculpturale Camerounaise, et les blondes Carole et Prisca restent les plus emblématiques pour le public. Pour France Dimanche, elles se sont livrées à de bouleversantes confidences : « Je dois tout à Claude », confie Ketty, en nous recevant au Kamukera, le restaurant afro-antillais aux murs constellés de souvenirs du chanteur, qu’elle a ouvert il y a huit ans dans le XIII arrondissement de Paris. « J’avais…

7 min.
quand claude nous ouvrait les portes de sa maison de campagne

Àl’aube des années 70, Claude s’échappe le plus souvent possible de Paris pour rejoindre sa « Ferme du bonheur », située à Dannemois, à cinquante kilomètres de la capitale, en plein cœur de la Brie. Il trouve refuge dans un ancien moulin à eau entouré par une propriété d’un hectare que traverse une jolie rivière : l’École. C’est en 1964 que l’artiste, séduit par cette bâtisse accolée à une grande roue (qui, alors servait à fournir de l’électricité au propriétaire) a décidé d’en faire l’acquisition. Tout l’intérieur du bâtiment était à refaire et le parc n’était qu’un vulgaire terrain vague. Mais cet esthète a su déceler le potentiel des lieux. TOUT L’INTÉRIEUR DU BÂTIMENT ÉTAIT À REFAIRE. LE PARC N’ÉTAIT QU’UN VULGAIRE TERRAIN VAGUE. Bon goût Claude nous invite à pénétrer dans son refuge…