Côté Paris No.56

Visites d'appartements parisiens qui font rêver, balades dans le Paris méconnu, découvertes d'adresses originales : shopping, galeries, expos, restaurants… Côté Paris vous révèle les secrets des amateurs et des initiés.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Cote Maison SAS
Frequency:
Bimonthly
£4.52
£23.01
6 Issues

in this issue

2 min
l’édito

Il y a 50 ans, Paris renversait la table. Les évènements de Mai 68 ont rebattu les cartes de la société. La date s’inscrit désormais comme le début d’autre chose, et surtout d’autrement. Ce moment-clé ressemble à un grand éclat de voix, accompagné d’images qui ont imprimé notre rétine. De cette époque où les murs prenaient la parole, retenir la force des idées, la puissance des convictions. Se souvenir avec l’exposition « Images en lutte », qui se tiend aux Beaux-Arts, jusqu’au 20 mai, de l’impact des affiches et des slogans de cet instant de vérité. 50 ans plus tard, le monde des idées nous invite à repenser nos modèles. En écho à cet anniversaire, qui a fait bouger les idées et voler les pavés, nous avons repéré des expériences…

f0005-01
5 min
archi naturel(le)

Le tendre cèdre rouge résistant à la torsion et au pourrissement, à la décomposition et aux insectes, se teintant de gris argenté au fil du temps, le bambou plus dur à la compression que l’acier ou le béton, le châtaignier, le mélèze, le pin… « Le bois est le matériau de tous les possibles », écrit l’auteur du livre Bois, Willian Hall, architecte anglais. « J’ai eu l’idée de cet ouvrage en regardant deux bâtiments : le Little Moreton Hall, quintessence de la maison de style Tudor à pans de bois, et le terminal maritime de Yokohama, conçu par l’agence FOA. » Il se remémore aussi le cabanon tout en rondins de quinze mètres carrés dressé par Le Corbusier, himself, dans le sud de la France, où il passa ses…

f0008-01
1 min
bleu horizon

Adresses page 152…

f0019-01
2 min
sarments d’art

Disparaître dans l’environnement, se fondre dans le décor, Liu Bolin, pratique l’invisibilité en convoquant le body-art, l’art optique, la photographie, la performance. C’est en se dissimulant dans les ruines d’un Pékin détruit en vue des Jeux Olympiques 2008, puis dans le drapeau chinois ou dans les rayons d’un supermarché, qu’il se met en lumière! Son art braque les projecteurs sur des faits de société alarmants. « La nature morte en trompe-l’oeil fait croire qu’il y a quelque chose de réel là où il n’y a rien. Le camouflage fait croire qu’il n’y a rien là où il y a quelque chose ou quelqu’un », indique Philippe Dagen dans la préface de la monographie Liu Bolin (La Martinière.) Pour la Maison Ruinart, l’expérience s’apparente plus à une plongée au coeur du…

f0020-01
1 min
l’âge d’or du cannage

Adresses page 152…

f0024-01
1 min
version mini

Adresses page 152…

f0026-01