Côté Paris No. 51

Visites d'appartements parisiens qui font rêver, balades dans le Paris méconnu, découvertes d'adresses originales : shopping, galeries, expos, restaurants… Côté Paris vous révèle les secrets des amateurs et des initiés.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Cote Maison SAS
Frequency:
Bimonthly
£4.52
£23.01
6 Issues

in this issue

2 min
édito

Voyageurs dans l’âme ou chercheurs d’absolu, certains choisissent le désert comme Théodore Monod, d’autres les sommets de l’Everest, d’autres font le tour du monde en solitaire, d’autres plus simplement empruntent leur propre route. Thomas Pesquet a choisi l’espace. Sans esprit de conquête, il a choisi l’humilité de l’observation. Lors de son voyage intersidéral, il a couvert la planète du regard. Durant plus de six mois, le spationaute a embrassé la Terre du ciel, photographiant des contrées vierges, des pays surexposés, des villes qui se dessinent de jour comme de nuit, des bancs de sable, des eaux translucides, des neiges éternelles, des glaciers bleu acier, des champs sculptés avec précision, des forêts à perte de vue, Paris traversé par la Seine… comme autant de paysages à protéger. Incroyable aventure pour un…

f0005-01
4 min
mondrian paris-amersfoort

Un boulier géant, couleurs primaires évidemment, signale l’entrée. Mondrian est né ici en 1872, à Amersfoort, jolie petite ville à vingt kilomètres d’Utrecht, cocktail de briques et d’eau. D’ennui sans doute aussi pour ce jeune homme frondeur qui, en 1912, plante famille et académie pour Paris. Il tâtonne, fauvisme, pointillisme, rencontre Modigliani, Picasso, Braque, s’essaie au cubisme, cherche un nouveau langage. Dès 1914, il écrit: «Je construis des lignes et des combinaisons de couleurs sur des surfaces planes, afin d'exprimer, avec la plus grande conscience, la beauté générale». La même année, il part aux Pays-Bas voir son père malade quand la guerre éclate et l’assigne à résidence en zone neutre. Il réfléchit à son art et, en 1917, accompagne activement Theo van Doesburg qui lance la revue d’art De Stijl…

f0009-01
4 min
fraîcheur de vues

Plein air… la collection outdoor Made.com mixe les inspirations entre influences ethniques et scandinaves, comme ce salon avec chaises et table «Lyra» en polyrotin, 499€ le set. made.com Table d’esprit avec les assiettes de la collection « Souvenirs de Paris », sur une idée de Paola Navone. Au menu, des musées, des monuments, un café parisien, une poissonnerie… 19 € pièce, en vente à partir du 6 juillet chez Merci. merci-merci.com De l’art d’être utile ! Stéphanie Moussalem et sa marque libanaise proposent une ligne de drôles d’objets. Serre-livres néosurréalistes, calendrier perpétuel, ou rouleaux à pâtisserie à exposer comme une oeuvre du quotidien. Le Bon Marché Rive Gauche. lebonmarche.fr Elles devaient se rencontrer. Clara Scremini défend depuis toujours les plasticiens du verre. Frédérique Mattei crée des bijoux formés de perles de verre. Petite…

f0016-01
1 min
l’idée d’une table de partage

S’il est un univers ou l’ego reste au vestiaire, s’il est un espace où tout se passe, s’il est un endroit où l’on peint et repeint le monde, c’est bien en cuisine. Là, où les ingrédients sont aussi dans le plaisir d’un moment ou d’un plat à partager. Cette idée sensible et essentielle, le Printemps l’a bien fait mijoter avant d’en livrer une belle recette de convivialité et de générosité. Des mots qui impriment le troisième étage de la « Cuisine Conviviale », orchestrée comme l’ensemble de la nouvelle planète Maison du Printemps, par Sarah Lavoine. Pour accompagner l’idée de cette table quotidienne, le cuivre en référence à la haute gastronomie, l’acier noir, la tôle perforée et de grandes tables de présentation sur tréteaux en bois blanchi qui s’étirent à…

f0024-01
1 min
la foire aux vanités

«Arrête, c’est ici l’empire de la mort » telle est l’inscription gravée dans la pierre à l’entrée des catacombes. Inspirée par la « grande faucheuse », la sélection proposée dans la nouvelle librairieboutique, aménagée par Arteum, fait écho à la fragilité de la vie dans le plus grand ossuaire parisien. Crânes, têtes de morts, ossements et autres vanités se déclinent en papeterie, accessoires de mode, bijoux de créateurs ou objets du quotidien et se découvrent au travers de livres inspirés par ce lieu hors du commun. Aménagé dans le nouveau pavillon de sortie, l’espace se vit comme un seuil de transition, un sas entre deux mondes. Après avoir arpenté les ossuaires, le visiteur se laisse guider par la lumière opalescente, presque fantomatique, qui perce au bout d’un tunnel à travers…

f0028-01
2 min
l’axe saint-honoré place rouge

Le comte Rostopchine, père de la comtesse de Ségur, citait Moscou comme l’«étrange aimant de la France ». À l’inverse, captivés par sa culture, sa langue et son art de vivre, combien de Russes ont-ils quitté leur pays pour rejoindre la Ville Lumière ? À bord d’un Ural – side-car utilisé par l’écrivain-voyageur Sylvain Tesson pour suivre les traces de Napoléon en Sibérie –, Longchamp a organisé, pour un jour, un parcours d’art de vivre russe à Paris. Comme celles revendiquées par la maison, savoir-faire et créativité, ont été les deux valeurs de sélection du périple proposé. 1. Départ de la maison Longchamp. 2. Les dômes dorés de la nouvelle cathédrale orthodoxe russe de la Sainte-Trinité, imaginée par l’architecte français Jean-Michel Wilmotte. 3.Black picnic chez Kaviari, qui approvisionne en caviar…

f0030-01