EXPLOREMY LIBRARY
News & Politics
L'Express

L'Express HS Civilisation Avr 2015

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Groupe Express Roularta
Frequency:
Weekly
Read More
BUY ISSUE
£4.35
SUBSCRIBE
£35.53
26 Issues

in this issue

2 min.
le génie de new york

«Il y a quelque chose dans l’air de New York qui rend le sommeil inutile ». Simone de Beauvoir a parfaitement capté le mystère de l’insomnie captivante qui s’empare de nous tous au contact de la mégalopole. New York est un monde, un environnement vibrant qui produit le basculement du for intérieur par la profusion des sollicitations extérieures. C’est la ville que chacun peut s’approprier, où chacun trouve l’expression de ses tendances secrètes et une tolérance absolue pour tout ce qui est différent, inattendu, surprenant, insoupçonné. De cet amoncellement de cultures et d’excentricités, de gigantisme et d’intimité, surgit un spectacle permanent qui produit l’échappement des énergies individuelles et l’exaltation de toutes les créativités. Le génie de New York est de nous rendre libres de tous les repères urbains, alors qu’aucune ville…

22 min.
« un aimant incroyable »

Dix-sept ans ont filé depuis la publication de Gotham (A history of New York city to 1898, Oxford University Press), sa monumentale histoire de New York, mais l’historien Mike Wallace, coauteur avec son collègue Edwin Burrows de cette somme inégalée de 1 200 pages, lauréat du prestigieux Pulitzer Prize en 1999, n’attend que nos questions pour reprendre sa cavalcade dans les arcanes de sa mégapole. Dans son salon douillet d’un pavillon de Brooklyn, à deux pas du gigantesque palais des sports du Barkley’s center, symbole du renouveau urbain, le professeur de l’Université publique CUNY de New York convoque les mythologies citadines, les Indiens Lenape, les masses immigrantes et les esclaves oubliés. Ce frondeur érudit, qui délivrait ses conférences aux jeunes révoltés d’Occupy Wall Street en 2011, ne manque pas de…

4 min.
d'acier et de verre

«Il y avait Babylone et Ninive. Elles étaient construites en briques. […] L’acier, le verre, le béton seront les matériaux des gratte-ciel. Entassés dans l’île étroite, les édifices aux mille fenêtres se dresseront, étincelants, pyramides sur pyramides, sommets de nuages blancs au-dessus des orages. » (Manhattan Transfer, p. 20.) Voici le rêve américain selon John Dos Passos, en 1924. Une décennie plus tôt, un poète du nom de Blaise Cendrars, transi par la faim, comprenait que la nouvelle Babylone ne serait pas un paradis pour tout le monde : « Seigneur, la Banque illuminée est comme un coffre-fort/ Où s’est coagulé le Sang de votre mort. Les rues se font désertes et deviennent plus noires./ Je chancelle comme un homme ivre sur les trottoirs./ J’ai peur des grands pans d’ombre que…

11 min.
robert moses, le haussmann américain

Ne le cherchez pas. Il est partout. Son fantôme plane sur le Great Lawn de Central Park et sur l’immense maison de verre de l’ONU au bord de l’East River, il hante le Lincoln Center, une autre de ses créations, comme l’interminable ruban vert de Riverside Park, quelques 700 aires de jeu municipales et les 13 piscines monumentales où batifolent les enfants de New York. Des colossales barres d’immeuble de Stuyvesand Town, dans le Lower East Side de Manhattan, aux cités de Kips Bay, des centaines de milliers de citadins vivent toujours au coeur de ses ambitions de pharaon américain. Du Henry Hudson Parkway, sur la rive de l’Hudson, aux plages et aux promenades infinies de Jones Beach, de l’impérieux Cross Bronx Expressway au fin fond de Long Island, les…

12 min.
harlem, berceau du « nouveau nègre »

Dans les années 1920-1930, le quartier noir de la ville devient le lieu d’une prise de conscience identitaire et d’une effervescence culturelle inédite. Musique et littérature se mettent à rayonner bien au-delà de New-York. Un héritage auquel la revue Riveneuve Continents avait consacré un numéro entier en 2008. En voici le texte introductif, rédigé par Anthony Mangeon, professeur de littérature francophone à l’Université de Strasbourg. Le mouvement « Nouveau Nègre » [«New Negro »] reste aujourd’hui connu comme l’un des grandes avant-gardes du XX siècle, avec pour capitale Harlem comme d’autres avaient Paris, Berlin ou Dublin. On l’identifie généralement à l’émergence du jazz et aux développements du Gospel et des églises noires.Touristes et pèlerins aiment ainsi, à New York, arpenter et visiter certaines rues et certains lieux devenus mythiques, mais derrière…

10 min.
les années « déglingue »

En plein Times Square, un homme s’écroule au sol, les yeux fermés, victime d’overdose. Il a un bout de plastique dans la bouche, la chemise débraillée. Nous sommes dans les années 1970, et la scène est si fréquente, dans ce quartier malfamé, qu’elle n’arrête même pas le trafic. « New-York, dans les années 1970, c’était la jungle, se souvient le photographe Jean-Pierre Laffont, installé aux États-Unis depuis 1965. Il y avait des voitures abandonnées sur les trottoirs ; les gens, dans le Bronx, jetaient leurs ordures par les fenêtres. On n’allait pas dans certains quartiers de Manhattan, comme Stuyvesant Town », affirme le Français, qui garde un souvenir vivace de ces années noires. Ses clichés de l’époque, qu’il vient de rassembler dans un livre*, montrent les sex-shops de la 42…