EXPLOREMY LIBRARY
Celebrity & Gossip
Paris Match

Paris Match

No. 3714

Depuis plus de 60 ans, Match raconte le monde tel qu’il est. Entre les joies et les peines, les larmes et les sourires, l’Histoire s’écrit à travers les destins du quotidien, sur la scène internationale, et trouve chaque semaine un écho émouvant dans le magazine.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Lagardere Media News
Frequency:
Weekly
Read More
BUY ISSUE
£2.04
SUBSCRIBE
£57.86
52 Issues

in this issue

7 min.
hugues aufray le statut du commandeur

Hugues Aufray ne sert pas la main, Covid-19 oblige. Mais à peine sommes-nous arrivés dans sa maison, l’ancienne propriété de Maillol, qu’il se lance dans un long monologue sur son admiration pour le sculpteur. Hugues Aufray a plein de choses à dire, des anecdotes par centaines, et il n’est pas avare de son temps. La raison de notre présence à Marly-le-Roi est la sortie d’« Autoportrait », son nouvel album, le 22e , et premier effort de compositions et d’adaptations originales depuis 2007. Mais si le chanteur a envie de parler de son actualité, il est prêt aussi à évoquer son incroyable carrière, commencée tardivement en 1959. Paris Match. Vous avez pas mal tourné ces dernières années. Qu’est-ce qui vous a donné envie de revenir en studio ? L’état du monde…

1 min.
« rough and rowdy ways », le nouveau dylan vu par hugues

« C’est un disque formidable. Dylan a compris qu’il fallait être le plus hermétique possible comme Rimbaud l’a été, du « Bateau ivre » à « Une saison en enfer ». S’il a eu le prix Nobel de littérature, c’est parce qu’il a permis aux gens d’écouter de la poésie. Ce que ni Aragon ni tous ces imbéciles que sont René Char, Jules Supervielle ou Paul Eluard n’ont été capables de faire. Connaissez-vous un ouvrier qui a lu Paul Eluard ? Alors que Dylan parle à tout le monde, parce qu’il a un sens du rythme, lui. » « Rough and Rowdy Ways » (Columbia/Sony Music)…

3 min.
bébête s’en va-t-en guerre

La France serait devenue une petite vieille nostalgique. La tête encombrée de souvenirs, elle regarderait, un peu désolée, la marche du monde. Alors que toute la planète s’agite, elle resterait là, les bras ballants, portée à la morale mais sage, trop sage. Notre stock de volonté serait épuisé. Une petite balade à Versailles, un tour au Louvre et notre amour-propre serait rassasié. Le Quai d’Orsay n’aurait plus aucun sens du tragique. La seule consigne serait: pas de vagues. Surtout ne pas prendre de risques. Et maintenant, attention, je vais lâcher le mot qui tue : l’« esprit de Munich » ferait des ravages dans nos hautes sphères. Ainsi que dans nos têtes. On placerait la sécurité et la prospérité au-dessus de la liberté. Bref, il nous faudrait un bon petit…

1 min.
ambrose parry crache ton venin !

Edimbourg, 1849, la réputation du célèbre docteur James Simpson, qui a révolutionné la médecine par l’usage du chloroforme, est entachée par la mort suspecte de plusieurs patientes. Sarah Fisher entraîne Will Raven dans une enquête pour laver son honneur. Très vite, elle soupçonne une mystérieuse infirmière de s’être muée en ange de la mort… Avec leur héroïne féministe, toujours prompte à ruer dans les brancards du machisme, le duo écossais Ambrose Parry fait à nouveau des étincelles. Entre deux traquenards et trois rebondissements, il croque avec vivacité une époque aussi exaltante que dangereuse, où les progrès scientifiques charrient leur lot de rivalités mesquines. Du serment d’Hippocrate aux errements hypocrites, il n’y a toujours eu qu’un pas… « L’art de mourir », d’Ambrose Parry, éd. Seuil, 416 pages, 21 euros.…

3 min.
adèle van reeth philosophe vraiment pas banale

C’est une fille pas ordinaire. Une fille méthodiquement associée à son corps « longiligne », alors que c’est sa tête qui nous intéresse, ce qu’elle renferme et cache. Adèle Van Reeth est une étoile montante, ni filante ni du genre poupée parlante. Elle rêvait de cinéma, mais c’est en philo qu’elle excelle, là où la place faite aux femmes est si étroite. La normalienne a su s’engouffrer dans ce monde – encore plus happy few – de la philo médiatique. On l’entend sur France Culture, où elle anime, chaque jour, « Les chemins de la philosophie ». L’émission est la plus podcastée de Radio France avec trois millions d’auditeurs en décalé par émission. On l’a vue remplacer Elkabbach sur Public Sénat et parler littérature avec Nicolas Sarkozy. On l’a réellement découverte…

8 min.
lisa azuelos l’audace au féminin

Paris Match. Votre livre commence là où votre dernier film, “Mon bébé”, s’arrêtait : quand l’enfant quitte le foyer et dit à sa mère : “Je veux que tu redeviennes l’héroïne de ta propre vie”… Lisa Azuelos. Oui, je me suis inspirée de ce que je vois chez beaucoup de femmes de mon âge qui n’ont pas mené de carrière et n’ont pas fait attention à ce qui allait se passer après les enfants, qui ont tout misé sur leur famille et qui se retrouvent un peu le bec dans l’eau aujourd’hui. On n’en parle pas parce que si les femmes arrêtaient de faire des enfants, cela détruirait l’économie mondiale. Mon livre est une jolie histoire, mais, en fond de cale, je parle de tout cet amour gratuit qui n’est pas…