EXPLOREMY LIBRARY
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Celebrity & Gossip
Point de vuePoint de vue

Point de vue HS No. 8

Ils règnent sur l’art, la science, la politique, la mode, la beauté, la littérature, les cours, les scènes du monde ou les soirées. Ils sont les princes de l’actualité internationale. Ils font l’Histoire, la grande et la petite. Leur destin nous fascine. Vous aussi.Chaque semaine, avec Point de Vue entrez dans le cercle des gens d’exception !

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Royalement Votre Editions SAS
Read Morekeyboard_arrow_down
SPECIAL: Abonnez-vous et obtenez 1 ans de numéros anciens GRATUITS! Les numéros gratuits, seront livrés 72 heures après l’achat.
BUY ISSUE
£2.02(Incl. tax)
SUBSCRIBE
£20.22(Incl. tax)
12 Issues

IN THIS ISSUE

access_time1 min.
s’appartenir

Juillet 1939. Le regard de la princesse Élisabeth croise pour la première fois celui d’un jeune homme athlétique et blond comme un ange, sanglé dans un uniforme de cadet de la Marine royale. Il a 18 ans, elle a fêté son treizième anniversaire trois mois plus tôt. L’adolescente timide qui se croyait alors promise à l’Empire et à lui seul voit ce jour-là sa vie basculer. Son cœur appartiendra à Philip. Et à lui seul désormais. Descendant, comme elle, de la reine Victoria, apparenté aux tsars de Russie et considéré comme un possible prétendant au fragile trône de Grèce, Philip est, à l’époque où Lilibet le rencontre, l’un de ces princes au destin malmené par les révolutions du XX siècle naissant. Elle lui offre une stabilité, un foyer, une patrie, de…

access_time8 min.
élisabeth ii et le prince philip ensemble c'est tout

«Ils s’adorent, disent leurs proches. Et c’est tout.» L’opinion et les médias britanniques ont souvent affublé la reine et le duc d’Édimbourg de surnoms affectueux: Brenda et Keith, ou encore Darby and Joan – expression populaire désignant un vieux couple épanoui dans un quotidien conjugal paisible. Leur histoire est celle d’un amour qui a su triompher des épreuves et du temps. De sentiments que soixante-cinq années de règne ne sont jamais parvenues à éprouver durablement. Élisabeth II reconnaît d’ailleurs devoir en partie son succès en tant que monarque à son conjoint. «Ce n’est pas quelqu’un qui affectionne particulièrement les compliments, déclarait-elle à l’occasion de leur cinquantième anniversaire de mariage, en 1997, mais je dois dire qu’il a été, tout simplement, ma force et mon soutien tout au long de ces années.»…

access_time5 min.
la vie de famille

Amours… et désamours Cela restera comme la blessure inguérissable de leur vie de famille, l’échec le plus amer qu’ils auront eu à affronter ensemble. Avec un profond sentiment de culpabilité et d’incompréhension. 1992 tourne à l’annus horribilis pour Élisabeth II et le duc d’Édimbourg quand deux de leurs enfants se séparent de leur conjoint et un troisième voit son divorce prononcé. « Qu’avons-nous manqué ? », demandera douloureusement la reine à Philip, très ébranlée par ces naufrages en avalanche. Le divorce est un traumatisme aux yeux d’Élisabeth II depuis 1936 et l’abdication d’Édouard VIII pour épouser une Américaine deux fois divorcée. Il est le spectre qui a ébranlé la monarchie britannique qu’elle incarne. Au-delà, il choque ses convictions religieuses. Quant à Philip, comment ne songerait-il pas au mariage de ses propres…

access_time13 min.
une romance anglaise

Enfant, le prince Philip restera sans nouvelles de sa mère durant cinq ans. Ce 21 avril 1926, le roi George V et la reine Mary reçoivent à déjeuner une cousine du souverain, la princesse Victoria, accompagnée de sa fille, la princesse Alice de Grèce. Celle-ci est maman d’un petit Philip âgé de bientôt 5 ans. Simple fait du hasard ou signe du destin… L’Histoire veut que cette journée de réjouissances familiales soit aussi celle de la naissance de la future épouse de Philip, la princesse Élisabeth – la première née du duc et de la duchesse d’York, le fils et la bru du couple régnant. En ce milieu des années 1920, le Royaume-Uni connaît de profonds bouleversements. Même s’il n’a pas été le théâtre des affrontements de la Grande Guerre, le…

access_time4 min.
george v et la reine mary l’amour comme une seconde chance

Au début de l’année 1893, le prince George profite d’un séjour à Athènes pour s’entretenir longuement avec sa tante Olga. L’épouse du roi de Grèce lui conseille de demander Mary de Teck en mariage dès son retour à Londres. Mais l’héritier du trône de Grande-Bretagne, éperdu de chagrin depuis la mort de son aîné, Eddy, emporté par une pneumonie un an plus tôt, et plein d’angoisse à l’idée de devoir à présent embrasser un destin de monarque, doute de la réaction de la jeune femme. « May » – surnommée ainsi par ses proches en raison de sa date de naissance, le 26 mai 1867 – était en effet fiancée à Eddy depuis un mois au moment de sa disparition. George se sait très différent de son défunt frère, le…

access_time7 min.
george vi et queen mum trois ans de réflexion

Le XX siècle a à peine plus de vingt ans lorsque les Britanniques découvrent lady Elizabeth Angela Marguerite Bowes-Lyon, la pétillante aristocrate écossaise promise au prince Albert, le deuxième fils du roi George V. À l’heure de leur mariage, le 26 avril 1923, The Times brosse de la future duchesse d’York le portrait d’une « danseuse accomplie », « experte en tennis sur gazon » et dépourvue de goût pour la chasse, « qu’elle espère tout de même avoir l’occasion de pratiquer avec plus d’assiduité à l’avenir ». La presse, comme le veut l’époque, ne livre à ses lecteurs que peu d’informations sur l’élue – « les vertus naturelles d’une femme ne se mesurent pas au degré d’attention que lui portent les médias », écrit encore le quotidien. Pour le…

help