ZINIO logo
EXPLOREMY LIBRARY
Rolling Stone France

Rolling Stone France HS No. 43

Culte, original et créatif, Rolling Stone anticipe les modes, digère les tendances et les met en perspective. Il trouve ainsi sa place parmi les magazines musicaux et multiculturels en envisageant la musique comme moteur de société. L'édition française s'attache, entre légende et modernité, à décrypter les tendances marquantes d'une ""galaxie rock"" toujours en expansion. Profitez de notre offre d’abonnement exceptionnelle : 6 numéros pour le prix de 5 !

Read More
Country:
France
Language:
French
Publisher:
POSITIVE MEDIA
Frequency:
Monthly
£4.20
£33.62
10 Issues

in this issue

14 min
beatles for sale

ILS ÉTAIENT ASSEZ LAS”, A DÉCLARÉ GEORGE MARTIN, décrivant l’état des Beatles durant l’enregistrement de leur quatrième album, Beatles for Sale. “Il faut se souvenir qu’ils ont été très malmenés en 1964 et une bonne partie de 1963. Le succès, c’est merveilleux, mais c’est fatigant. Ils n’arrêtaient jamais.” ✽ De la photo de la pochette – les cheveux plus longs, l’air triste, presque assommés – au ton cynique du titre, en passant par l’humeur sombre de chansons comme “I’m a Loser” et “Baby’s in Black”, l’album révèle un sentiment d’épuisement. En 1964, les Beatles ont déjà sorti deux albums et un EP, tourné dans leur premier film, fait une tournée en Amérique du Nord et en Europe, et enregistré d’innombrables émissions de télé et de radio. Pourtant, ils sont censés boucler…

10 min
yellow submarine

RINGO STARR, DANS UN PETIT DOCUMENTAIRE de 2009 qui accompagnait sa réédition, a déclaré à propos du disque: “Yellow Submarine n’a pas d’équivalent.” Aujourd’hui, le film des Beatles sorti en 1968 est perçu comme l’accomplissement d’un pari audacieux qui, à partir des fantaisies potaches de la période Pepper, allait alimenter une série d’épisodes en bande dessinée; un divertissement familial créé par un groupe vu comme une métaphore de la famille type des sixties. La bande-son n’a absolument rien à voir avec tout cela. C’est un fatras de chansons qui ont déjà été enregistrées, comme All You Need is Love et son titre éponyme issus de prises datant des séances de Sgt. Pepper et de Magical Mystery Tour, et dont les partitions pour orchestre sont de George Martin. Yellow Submarine est…

9 min
les titres orphelins

From Me to You Mai 1963 Quand John Lennon et Paul McCartney écrivent cette chanson, en février 1963, ils considèrent qu’ils n’ont rien fait d’aussi professionnel: “C’est vraiment là que tout a commencé”, se rappelle McCartney. Le morceau fait appel à l’une de leurs astuces favorites: mettre des pronoms dans le refrain pour donner un effet “direct et personnel”. Et ça marche: la version de Del Shannon sera la première chanson signée Lennon-McCartney à exploser les charts américains. Thank You Girl Mai 1963 Sur la face B de “From Me to You”, les Beatles veulent rendre hommage à leur public féminin. McCartney: “Nous savions que si nous écrivions une chanson intitulée ‘Thank You Girl’, plein de filles qui nous écrivaient des lettres allaient l’interpréter comme un remerciement. Ainsi, beaucoup de nos chansons… s’adressaient directement aux…

14 min
a hard day’s night

LES DEUX PREMIERS ALBUMS DES BEATLES ONT immortalisé un grand groupe de club devenant des artistes et des pop stars de talent. Avec A Hard Day’s Night, ils trouvent leur voie au plan créatif. ✽ Pour la première fois, ils ne se donnent pas la peine de faire une des reprises qui ont rempli leurs sets dans les bars (et qu’ils aiment encore jouer en live): les Beatles, affirment-ils, sont inséparables du duo de songwriters, Lennon-McCartney. Le groupe se met aussi à différencier son identité sur disque de celle du live: le premier son fracassant de l’album, composé de la 12 cordes de George Harrison, de la 6 cordes de John Lennon, de la basse de Paul McCartney et du piano de George Martin, est impossible à reproduire sur scène.…

1 min
un groupe à échelle humaine

JE VOIS L’ALBUM BLANC COMME UNE MACHINE À voyager dans le temps. Certaines parties m’évoquent différentes périodes de ma vie. Quand j’étais enfant, j’étais attiré par des trucs comme “Back in the U.S.S.R.” et “Rocky Raccoon” – qui fut la première chanson que j’ai appris à jouer à la guitare. Mais, devenu adulte, j’ai aimé écouter d’autres choses, prises un peu au hasard, et à l’apprécier de plus en plus. Il m’est impossible de vous dire combien de fois je me suis repassé “Revolution 9”, sans doute aussi parce qu’elle s’adaptait parfaitement à ce que nous vivions à l’époque. Je me souviens m’être perdu quelque part en voiture et elle passait à la radio à ce moment précis, c’était tout simplement parfait. À l’université, j’ai découvert “Long, Long, Long”, qui est…

2 min
pop de garage band

CET ALBUM ME RAPPELLE UNE ÉPOQUE – JE N’ÉTAIS pas né bien sûr. Il sonne comme si on était encore dans American Graffiti, quand on sortait boire un milk-shake. Il semble très loin de Rubber Soul, qui ne sortira qu’un an après. On est encore dans la Beatlemania et les coupes à frange. On sent qu’ils écoutaient Phil Spector et des morceaux de R&B américains. “Tell Me Why” sonne un peu comme Martha and the Vandellas, et j’entends les Shirelles ou les Crystals chanter certains de ces morceaux. Mais il commence déjà à y avoir des changements d’accords plus fins, montrant un nouveau type d’écriture dépassant le côté beat rockers. “Things We Said Today” est sans doute ma chanson préférée. Elle a une mélodie plus obsédante, plus sombre – on dirait plus…