L'Express No.3640

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

国家:
France
语言:
French
出版商:
Groupe Express Roularta
出版周期:
Weekly
HK$42.46
HK$346.52
26 期号

本期

4
courrier

Drôle de confinement Benoît Martin, Cherbourg (Manche) Un troisième « confinement »… Les chaînes d’info en continu et les médias traditionnels n’ont que ce mot à la bouche (« Allocution d’Emmanuel Macron : avec “humilité”, mais pas trop », sur Lexpress.fr). Mais, enfin, quoi de commun entre un confinement et une mesure qui consiste simplement à fermer quelques commerces et à priver les habitants de sorties à plus de 10 kilomètres de chez eux ? Un confinement au cours duquel on est autorisé à passer toute sa journée dehors et à rencontrer qui l’on veut dans un rayon de 10 kilomètres, personnellement, j’appelle cela une limitation des déplacements. Bureaucratie et principe de précaution Alain Reynaud, Eclassan (Ardèche) J’ai apprécié les propos de François Bayrou (L’Express du 18 mars) au sujet de la bureaucratie française. A…

f0006-01
2
quand l’europe manque de piquant

L’Union européenne (UE) parviendra-t-elle à ne plus être la risée du monde entier ? Un jour, c’est l’Organisation mondiale de la santé qui adresse un communiqué assassin, reprochant à Bruxelles sa « lenteur inacceptable » en matière de vaccination. Le lendemain, c’est le New York Times qui titre sur ce « fiasco qui entame la crédibilité de l’Europe ». Et, la même semaine, l’hebdomadaire The Economist affiche à sa Une un drapeau bleu étoilé en loques, planté dans une seringue avec cette question : « Que s’est-il passé ? » Ce qu’il s’est passé ? Une fois de plus, l’UE s’est montrée impuissante à réagir assez vite pour orchestrer efficacement la grande opération vaccins, étape indispensable pour sortir de la crise sanitaire. Et pendant que les Vingt-Sept tergiversaient, en mégotant avec…

f0008-01
2
vaccins : défaite sanitaire, débâcle économique

Jean de La Fontaine a tort : en matière de vaccin, le lièvre anglo-saxon l’a emporté sur la tortue européenne. Avec agilité, pragmatisme et prise de risque, l’Amérique et son cousin britannique ont gagné la première bataille de la campagne vaccinale : début avril, 31,4 % de la population avait reçu au moins une dose aux Etats-Unis et 47 % au Royaume-Uni, contre 14,3 % en France et 12,1 % en Allemagne. Une victoire sanitaire évidente. Une victoire économique aussi. Alors que le Vieux Continent entame un deuxième printemps confiné, à New York, Broadway danse et chante à nouveau. Avec l’accélération de la reprise outre-Atlantique, un peu plus de 900 000 jobs ont été créés en mars, le meilleur résultat depuis l’été 2020. Si l’on en croit les dernières projections…

2
réunions non mixtes : la république n’est pas un agrégat de groupes de parole

C’est toujours quand une polémique retombe que l’on peut réfléchir, au calme, aux arguments qui ont été avancés par les uns et les autres. Pendant quinze jours, le débat sur les réunions militantes non mixtes – c’està-dire réservées aux non-Blancs dans le cas de réunions pour lutter contre le racisme, ou aux femmes, dans celui de réunions organisées contre le sexisme – a fait rage dans notre pays. Le principal argument de « la défense » s’est avéré être l’idée que la parole serait plus libre, moins intimidée, moins interrompue, quand les victimes d’un mal se réunissent entre elles. Voilà qui se conçoit tout à fait. Mais la cité n’est pas un agrégat de groupes de parole, ni une confédération d’associations de victimes. C’est le lieu du citoyen, lequel est,…

f0010-01
1
avec joe biden, le réveil foudroyant de l’amérique

La gauche le jugeait terne, trop conservateur. La droite le voyait sénile. En deux mois, Joe Biden leur a montré un autre visage. A 78 ans, le président démocrate réalise un début de mandat tonitruant, avec une campagne vaccinale massive (objectif de 200 millions de citoyens immunisés en cent jours), un plan de relance économique post-Covid de 1900 milliards de dollars et désormais un programme pour « reconstruire l’Amérique » à 2 000 milliards. Réparti sur huit ans, cet investissement servira à améliorer des infrastructures publiques (routes, ponts, trains…) et à développer les énergies renouvelables. 30 000 kilomètres de routes seront retapés, 400 000 écoles publiques modernisées, 500 000 bornes pour véhicules électriques installées. Une révolution dans un pays où le budget des infrastructures est en chute libre depuis soixante…

4
périscope

ÉTATS-UNIS Un plan ambitieux qui reste à voter Le programme d’investissements de 2 000 milliards de dollars présenté le 31 mars par Joe Biden est très ambitieux. Mais passera-t-il l’épreuve du Congrès ? Si l’investissement dans les infrastructures « bénéficie généralement d’un large soutien bipartisan », explique USA Today, ce plan inclut le financement de la transition énergétique et de logements sociaux – selon les Républicains. Pour éviter l’obstruction, la Maison-Blanche envisage d’utiliser la « Réconciliation », un processus législatif qui permet de faire passer des lois budgétaires à une majorité de 51 voix au Sénat. IRLANDE DU NORD Le spectre des heures sombres Le 4 avril, des manifestants ont jeté des cocktails Molotov sur les forces de l’ordre à Newtownabbey. La veille, des agents avaient été blessés dans des quartiers unionistes de Londonderry et…

f0012-01