L'Express No.3651

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

国家:
France
语言:
French
出版商:
Groupe Express Roularta
出版周期:
Weekly
HK$42.46
HK$346.52
26 期号

本期

4
courrier

L’erreur des Républicains Michel Favier, Hyères (Var) Le parti LR accuse Emmanuel Macron d’être la cause de ses multiples problèmes (« LR, le nouveau parti des insoumis », L’Express du 17 juin). C’est ahurissant! Lors de la dernière présidentielle, ce parti avait un très bon candidat en la personne d’Alain Juppé. Mais il a choisi quelqu’un qui, à mon avis, s’était discrédité. M. Juppé n’aurait sûrement pas suivi une politique très différente de celle menée actuellement, et LR se serait axé au centre droit. Maintenant, le parti va exploser entre ceux qui vont rejoindre le président actuel et ceux qui se tourneront vers le mouvement de Mme Le Pen. Le général de Gaulle, qui a toujours récusé tout lien avec l’extrême droite, va se retourner dans sa tombe. Un gâchis nommé Philippe de Villiers Volker…

f0008-01
2
marine le pen, une fracture française

Les institutions donnent parfois l’impression de vaciller, la crise de la représentativité s’amplifie, l’envie de sortir d’un système de monarchie présidentielle gagne du terrain et, pourtant, rien n’y fait: seule l’élection du prochain chef de l’Etat, en 2022, décidera de la réorganisation de notre vie publique – les scrutins intermédiaires n’arrivant pas ou plus à trouver leur place dans notre démocratie. Deus ex machina, quel que soit l’état de la « machina »… C’est dans ce contexte que Marine Le Pen va devoir redéfinir sa stratégie pour la présidentielle, c’est maintenant que la question se pose à elle. Voici pourquoi L’Express a choisi cette semaine pour enquêter sur le sujet. La claque reçue par le Rassemblement national (RN) au premier tour des régionales, avec ces centaines de milliers d’électeurs perdus depuis…

f0010-01
2
abstention: la cote d’alerte démocratique

A la fin, qu’est-ce que la démocratie? « Le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave », définissait de Gaulle. Avec 68 % d’abstention lors du premier tour de ces régionales et départementales, la désaffiliation des Français de la chose politique atteint une sorte de cote d’alerte démocratique. Il existe bien sûr de multiples facteurs pour expliquer cette désaffiliation. Entre autres: une partie croissante des citoyens considèrent désormais que, sur un certain nombre de sujets cruciaux, leur vote n’a plus d’effet, car il ne se traduit plus en conséquences pratiques sur le cours des choses. Ce n’est pas « souverainiste » que de le dire: les nouvelles règles induites par les chambardements des dernières décennies ont créé un sentiment d’impuissance électorale que les partis politiques traditionnels feraient bien de…

3
nucléaire: tu n’as rien vu à taishan

La séquence a été de courte durée, mais elle a mis l’ensemble de la filière nucléaire en émoi. En révélant, la semaine dernière, qu’une fuite de gaz rares avait été détectée au sein de la centrale chinoise de Taishan, la chaîne d’information américaine CNN a soudain réveillé les fantômes de Tchernobyl et de Fukushima. Et fait trembler tous les étages de la maison EDF. Une « menace radiologique imminente » autour du tout premier EPR mis en service, voilà le pire des scénarios pour l’électricien national, qui caresse l’espoir d’en construire une demi-douzaine dans l’Hexagone, après celui de Flamanville (Manche). L’incident s’est avéré moins grave qu’on ne le redoutait, heureusement. Avec une réactivité qu’on ne lui a pas toujours connue, EDF (actionnaire à 30 % de la société exploitant la centrale…

f0012-01
1
malgré la détente américaine, l’europe en première ligne face à poutine

Pour sa première rencontre avec Vladimir Poutine, le 16 juin, Joe Biden a offert à son homologue russe des lunettes d’aviateur fabriquées dans le Massachusetts, sans doute, symboliquement, pour que ce dernier s’imprègne de la nouvelle vision américaine du monde. Même s’il a instauré des « lignes rouges », Biden a amorcé une détente avec Moscou, afin de se focaliser sur le véritable « adversaire systémique » de l’Occident, à savoir la Chine. Le leader américain a martelé cette doxa pendant son marathon européen, du G7 à l’Otan. Et les alliés sont priés de serrer les rangs. « Les Etats-Unis veulent rejouer la guerre froide en remplaçant l’Union soviétique par la Chine », observe l’historien politique Luuk van Middelaar. Mais Bruxelles suit son propre calendrier. Juste avant que Biden ne rencontre Poutine…

5
vade-mecum pour les réformes

C’est une vieille chanson dont on avait presque oublié le refrain. Une mélodie irritante pour certains, réconfortante pour d’autres. Sur fond de déconfinement et de redémarrage de l’activité, revoici l’air des réformes. Pendant plus d’un an, personne n’a même osé le fredonner, tant la vie économique était mise sous cloche, anesthésiée par la violence de la pandémie et les monceaux d’argent public injectés pour contrer la récession. Aujour d’hui, le mot « réforme » est de nouveau sur toutes les lèvres. En un rien de temps, les oppositions et les lignes de fracture du « monde d’avant » se sont redessinées, preuve que la parenthèse de la crise sanitaire est en train de se refermer. A un an de l’élection présidentielle, pas question pour l’exécutif de laisser penser qu’il se borne…

f0014-01