L'Express No.3652

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

国家:
France
语言:
French
出版商:
Groupe Express Roularta
出版周期:
Weekly
HK$42.46
HK$346.52
26 期号

本期

4
courrier

Les leçons de l’abstention René Andron, Marseille (Bouches-du-Rhône) L’épisode navrant des régionales doit faire réfléchir (« Abstention : la cote d’alerte démocratique », L’Express du 24 juin). Dans notre pays, des générations se sont battues pour le droit de vote. Afin que l’exercice de ce droit prenne sens pour les jeunes, l’éducation civique me semble une matière indispensable dans l’enseignement secondaire. Certes, cela ne suffira pas à donner l’envie de se mobiliser pour un modèle et des causes dans lesquelles l’on ne se reconnaît pas, mais au moins cela permettrait-il de mesurer de façon éclairée les conséquences de ses prises de position et les responsabilités associées. Mila, héroïne romantique ? Gérard Chabane, Strasbourg (Bas-Rhin) L’adresse d’Abnousse Shalmani à Mila, la jeune femme harcelée et menacée de mort, est étonnante (« Lettre à Mila », L’Express…

f0008-01
1
l’express, le choix de l’enquête

« Zemmour : la tentation présidentielle » : vous l’aviez d’abord lu dans L’Express. Notre enquête fouillée, parue dans le numéro du 11 février, révélait l’envie de plus en plus pressante de l’éditorialiste de CNews et du Figaro de se lancer dans la course pour 2022. Depuis, cette hypothèse ne cesse de rythmer l’actualité politique, et encore récemment, alors que le CSA s’interrogeait sur le statut du tribun de moins en moins journaliste (voir page 31)… Enquêter en profondeur comme nous l’avons fait il y a peu sur Zemmour, donc, mais aussi sur les dérives de Sciences po ou l’échec industriel de Sanofi, voilà une voie dans laquelle L’Express entend persévérer : dans le brouhaha des polémiques ambiantes, nous avons plus que jamais besoin d’informations sûres et fiables.…

2
les défis d’un monde qui va manquer de jeunes

Dans le film de science-fiction Les Fils de l’homme, adapté d’un roman de P. D. James, l’humanité, gangrenée par les épidémies, les guerres et le terrorisme, court à sa perte, car elle ne peut plus avoir d’enfants. Si l’espèce humaine n’est pas frappée aujourd’hui de stérilité et devrait même s’agrandir de 2 milliards d’individus d’ici à 2050, son déclin n’en est pas moins inéluctable – et pourrait s’amorcer dès la seconde moitié du siècle. L’économiste britannique Thomas Malthus (1766-1834), qui pensait que la fécondité se maintiendrait à un niveau élevé, avait tout faux. Certes, la natalité reste forte en Afrique subsaharienne – plus de sept enfants par femme au Niger –, mais elle va baisser dans le monde entier, et de manière préoccupante dans les pays développés. A tel point que…

f0010-01
1
comités citoyens : beaucoup de bruit pour rien ?

En pleine deuxième vague épidémique, l’annonce tombait à pic. Le 24 novembre dernier, Emmanuel Macron promettait la création d’un collectif citoyen sur la vaccination, composé de 35 Français tirés au sort. Leur mission ? Faire remonter les questionnements, peurs, résistances et interrogations éthiques que pourrait susciter la vaccination contre le Covid-19, sous l’égide du Conseil économique, social et environnemental (Cese). En janvier 2021, alors que 58 % des Français se disent hostiles à se faire vacciner, les travaux du petit groupe commencent. Plus de cinq mois plus tard, qu’en reste-t-il ? Pas grand-chose, à en croire… les membres du collectif euxmêmes. Certaines décisions majeures – comme l’ouverture de la vaccination aux mineurs – ont été prises sans solliciter l’avis « des 35 », qui travaillaient pourtant parallèlement sur le sujet. Alors…

2
pourquoi macron a mauvaise mine

Le vote par correspondance ou par Internet amusera peut-être la galerie. Le défi d’Emmanuel Macron après ces élections régionales est tout autre : il est de montrer, à l’issue de son quinquennat, non pas qu’il faut voter, mais que la politique est encore utile. Lui qui avait déboulé en 2017 avec l’idée d’installer un nouveau monde qui se ferait fort de réenchanter la vie publique peut mesurer l’ampleur de la déception. L’abstention n’est pas seulement le premier parti de France, elle s’incruste, s’installe, se répand. Elle ne diminue pas vraiment d’un tour à l’autre, comme c’est pourtant souvent le cas aux régionales. Le chef de l’Etat peut aussi constater que les candidats qui portaient ses couleurs, ministres ou non, n’ont pas réussi à s’implanter dans les territoires. Ce n’est pas tout…

f0012-01
1
le département vous salue bien

On n’en a quasiment pas parlé pendant la campagne. On n’en a quasiment pas parlé au soir des résultats. On n’en parlera sans doute plus avant longtemps. On a tort, car les départements, en 2021, gardent encore bien plus de pouvoir que les régions, avec quelque 70 milliards d’euros de budget, contre 35 milliards. Vous croyiez pourtant que François Hollande et Manuel Valls avaient créé des « régions françaises de taille européenne » ? Vous n’avez pas tort, à deux « détails » près. Le premier : avant même la réforme, elles étaient déjà… les plus grandes d’Europe (après leurs homologues espagnoles). Le second : ces collectivités ne souffraient pas d’un problème de taille, mais d’un manque de budget ; or on ne leur a confié aucune compétence supplémentaire significative. La…