EXPLOREMY LIBRARY
Movies, TV & Music
Pianiste

Pianiste

No. 122

Retrouvez tous les 2 mois un cahier détachable de 48 pages de partitions classées par difficulté et par courant musical, mais également des méthodes pour progresser pas à pas, des interviews et toute l'actualité du piano.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
EMC2
Frequency:
Bimonthly
Read More
BUY ISSUE
₹ 607.11
SUBSCRIBE
₹ 2,776.74
6 Issues

in this issue

2 min.
liberté

Ne cherchez plus la sortie ! Suivez le maître d’Arcueil et embarquez-vous sur un poème. « Nulle plus haute école de liberté à l’égard de toutes les conventions », disait André Breton au sujet de Satie. La liberté. C’est bien ce dont il est question. Elle nous apparaît aujourd’hui dans sa musique avec d’autant plus d’acuité. Citons, parmi ses extravagances, l’abolition de la barre de mesure. Ce temps infini. D’éternels points de suspension. Satie, comme en retrait de sa propre musique disant à l’interprète : « Dessinez votre propre voie. Trouvez vous-même le chemin.» Satie n’impose pas de contrainte. Mais cette liberté peut vous perdre. Il livre son dispositif poétique comme une énigme. Les commentaires qu’il inscrit sur ses partitions relèvent davantage de la prose que d’indications musicales. Sur ses Embryons desséchés, il…

5 min.
the show must go on

LES COMPTES À SUIVRE Afin de garder le contact avec leur public, de nombreux artistes ont investi les réseaux sociaux pour donner des concerts improvisés, dans l’intimité de leur appartement. Des rendez-vous quotidiens, qui mêlent humour, débrouille et une grande humanité. ➜ À 13 h, retrouvez Boris Giltburg sur sa page Twitter pour une masterclasse en direct. Chaque jour, le pianiste russo-israélien présente l’une de ses œuvres favorites et donne des conseils pour l’interpréter. Rachmaninov, Sibelius, Grieg… L’occasion de redécouvrir les plus belles pièces de son répertoire. ➜ À 19 h, installez-vous confortablement pour assister au concert de salon du pianiste allemand Igor Levit. Chaque soir, il diffuse en direct un récital sur ses pages Twitter et Facebook. Au programme : Schubert, Beethoven, Wagner, Liszt… Et quelques surprises. Enfin, finissez la…

18 min.
carnets de notes

Depuis Paris Florent Boffard « CETTE PÉRIODE AGIT COMME UN RÉVÉLATEUR » J’ai l’impression que nous vivons collectivement une des périodes qui agit comme un révélateur sur tous les aspects de la vie, les meilleurs comme les pires. J’essaie d’oublier les seconds… Comme dans l’art, les contraintes stimulent la créativité et l’imagination, et à l’échelle de toute une population, on a mille occasions de s’émerveiller et d’apprécier la richesse qui émerge du nombre et de la collectivité tant critiqués habituellement. Bien sûr, ceux qui peuvent continuer à vivre leur passion durant ces semaines de captivité sont très privilégiés. C’est mon cas, et j’ai parfaitement conscience de cette chance. Malgré toutes les nouvelles sinistres qui nous mitraillent à longueur de journée, je peux passer la majeure partie de mon temps dans l’univers de la musique…

6 min.
salles vides, le désarroi

Depuis le début du confinement, les annonces d’annulations s’enchaînent. Concerts, spectacles, grands rendez-vous de l’été… Le célèbre festival de Verbier, prévu en juillet, a été le premier à se retirer, rapidement suivi par le festival de Bayreuth en Allemagne et par celui d’Aldeburgh au Royaume-Uni. Le festival du Printemps des arts de Monte-Carlo, qui devait se tenir du 13 mars au 11 avril a été annulé le jour de l’ouverture. «Tout le mois de concerts a purement et simplement été supprimé», nous confie Marc Monnet, son directeur artistique, non sans émotion. D’autres continuent d’avancer au jour le jour. C’est le cas de Jérôme Chabannes, directeur artistique de Piano à Lyon. «Nous avons renoncé à l’intégrale des Sonates de Beethoven programmée fin mars avec Renaud Capuçon et Kit Armstrong. Maintenant, nous…

3 min.
sultan du swing

Un langage personnel, alliant lyrisme et finesse du toucher. Né à Philadelphie en 1938, il ne commence à étudier le piano que vers l’âge de 13 ans, puis suit des cours à la Granoff School of Music. Il admire alors Bud Powell et Thelonious Monk. Vers l’âge de 17 ans il se convertit à l’islam et prend le nom de Suleyman Saud. Quatre ans plus tard, après avoir fréquenté les nombreux bars, lounges et clubs de la ville, il s’installe à New York et participe à sa première séance en studio pour Savoy avec le sextet de Curtis Fuller où figurent déjà les leaders du Jazztet, prestigieuse formation dirigée par Benny Golson et Art Farmer qui l’adoptent pour leur premier album, Meet The Jazztet. Après un disque pour Blue Note avec…

3 min.
pitre au pupitre

Votre premier souvenir musical? Les Fabulettes d’Anne Sylvestre, j’avais 5 ans. Votre plus beau souvenir musical? Le concert du poète et compositeur Gilles Vigneault, à Strasbourg, lorsque j’avais 8 ans. Il faut écouter ses merveilleuses chansons, notamment Pendant que. Votre dernière réflexion sur la musique? Lors de ma dernière Causerie, salle Gaveau, avec Anne Queffélec au piano. À la fin, elle a joué la Fantaisie-Impromptu de Frédéric Chopin, et j’ai été presque incapable de reprendre la parole après elle. Voilà l’effet de la musique: elle peut laisser sans voix. L’œuvre qui vous donne de l’énergie? Le Concerto pour 2 violons en ré mineur BWV 1043 de Jean-Sébastien Bach. Le chef-d’œuvre qui vous «tombe des mains»? Impossible! Quand un chef-d’œuvre ennuie, c’est qu’on n’est pas dans les meilleures dispositions pour l’écouter… Il faut alors recommencer! Le morceau que vous pourriez jouer…