EXPLOREMY LIBRARY
Movies, TV & Music
Rock and Folk

Rock and Folk 606

Le rock n’est pas mort, tous les mois Rock& Folk vous le répète, et prend la défense de vos oreilles : coups de gueule, coups de cœur, l’équipe passe les bacs en revue et met sur le grill ceux qui font l’actu rock. Confiez vos oreilles à Philippe Manœuvre et constituez-vous LA discothèque idéale. Avec Rock & Folk, vivez en rock !

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Editions Lariviere SAS
Frequency:
Monthly
Read More
BUY ISSUE
₹ 477.05
SUBSCRIBE
₹ 4,575.56
12 Issues

in this issue

2 min.
la revanche de l’underground

Disons-le tout de suite, ce qui rassure notre époque dans un duo homme-femme, c’est que la parité est respectée. Ceci écrit, les Limiñanas s’en fichent probablement et sont amoureux depuis le lycée. Une fille à la batterie et un gars à la guitare. Il est question ici d’un truc ancestral, électrifié, crépitant, souterrain. D’alcool sans étiquette. Venu du garage, forcément et qui ramène à la contre-culture. Les forces de l’esprit, comme disait l’autre. Cette musique doucement barrée qui emmène ailleurs. Ou avant. Erudite et pas pédante. Référencée et dansante. Psychédélique à jeun. Cool, parfois chantée en Italien ou dans la langue de Serge Gainsbourg pour ces fans du riff et des Troggs. Et souvent de riffs des Troggs. Un gang se lève aujourd’hui contre la banalité actuelle, sa tiédeur et le quinoa.…

12 min.
du moment qu’elvis est toujours vivant...

Le sourire et la banane Pour une des rarissimes fois qu’il y a sur la couverture de R&F un rocker qui sourit... Il vient de mourir. La dernière idole emporte-t-elle aussi le dernier sourire ? SAM Le malheur du rock On ne peut, surtout dans le rock, impunément narguer les dieux et ce qui devait arriver advint: Johnny d’Ormesson s’en est allé 54 ans après, et dans une même valse, la paire Piaf/ Cocteau (le poète est mort six heures après la chanteuse). Je laisse aux littéraires et à Julien Doré la dépouille de l’écrivain, quant au second ce n’est pas une mince affaire: Johnny a été, chez nous, l’incarnation du rock pour le meilleur, showman hors-pair d’une constante sincérité et toujours entouré de remarquables instrumentistes mais surtout le pire, trop de disques mal…

6 min.
télégrammes

ALVVAYS Le quatuor canadien mené par Molly Rankin sera sur la scène du Trabendo (Paris) le 26 février. Il défendra sa dernière livraison parue en 2017 “Antisocialites”. BELLRAYS Lisa Kekaula et ses acolytes enchaîneront une dizaine de dates dans l’hexagone en février (le 14 à Quimper, 15 à Orléans, 16 à Strasbourg...). Ils soutiendront leur “Punk Funk Rock Soul Vol.2” qui verra le jour le 2 février et finiront par le Point Ephémère (Paris) le 19 mars. THE BREEDERS Kim et Kelley Deal retrouvent Jospehine Wiggs et Jim McPherson, la section rythmique de “Last Splash”, sur “All Nerve”, cinquième album du groupe de Dayton, attendu pour le 2 mars. LANA DEL REY Radiohead attaque l’Américaine pour plagiat. Le groupe britannique a déposé plainte, prétendant qu’un récent titre de la chanteuse, “Get Free”, s’inspire de son hit “Creep”…

7 min.
hommage populaire a johnny hallyday un chanteur pas abandonné

Deux sans-abris échangeaient avec une dame en manteau de fourrure “Que ce jeune Belge décidant de prendre un nom de scène anglo-saxon soit allé chercher très loin le blues de l’âme noire américaine, le rock’n’roll de Nashville (sic) pour le faire aimer aux quatre coins du pays était hautement improbable.” Cette phrase, prononcée par le président Macron lors de son discours sur le parvis de l’église de la Madeleine, résume à elle seule toute l’affaire: l’hommage populaire à Johnny Hallyday fut une longue oscillation entre l’incompréhension de l’État pour cette culture et l’omniprésence de la symbolique américaine au coeur de la capitale. Mais, pour la première fois de son histoire, cette journée de décembre a vu le peuple de France rendre hommage à un rockeur bien de chez lui. Qu’est-ce que…

9 min.
daniel miller

“J’avais 12 ans, je trouvais ça fantastique” Fondateur du label Mute (Depeche Mode, DAF, Throbbing Gristle, Nick Cave, Erasure), Daniel Miller n’a pourtant ni les oripeaux ni les manières gothiques que son statut pourrait laisser imaginer. Le sexagénaire flegmatique nous apparaît ainsi arborant un feutre élégant et autres détails vestimentaires tenant plus du gentleman farmer retiré que du batcave déplumé, acceptant courtement de quitter ses terres pour défendre un livre paru aux éditions E/P/A contant l’histoire de son grand oeuvre. Ledit livre favorisant largement l’image au mot (Miller n’est pas un énième surgeon des art schools britanniques pour rien), une discussion ne semblait pas de trop pour éclaircir la vision à dédales de l’un des derniers des indépendants. Des vrais. Des tatoués. Le début du punk rock ROCK&FOLK: Premier disque acheté ? Daniel Miller…

4 min.
starcrawler

“Ces shows interdits aux moins de 21 ans sont absurdes” Starcrawler, c’est avant tout une chanteuse née avec un nom de rock star et la dégaine qui va avec. Grande, d’une minceur extrême, croisement de Patti Smith et Ozzy Osbourne, Arrow de Wilde possède les intonations félines de Karen O et la morgue de Suzi Quattro. Spectaculaire sur scène, elle n’hésite pas à porter des tenues qui soulignent son androgynie et aime s’asperger de faux sang, ce qui ne manque jamais de faire réagir le public. Fille de la photographe rock Autumn de Wilde et du batteur Aaron Sperske (Beachwood Sparks, Ariel Pink...), elle est l’incarnation de l’enfant de la balle born in LA. Starcrawler est né de sa rencontre avec le guitariste Henri Cash, jeune homme obsédé par les White…