EXPLOREMY LIBRARY
Movies, TV & Music
Rock and Folk

Rock and Folk No. 637

Le rock n’est pas mort, tous les mois Rock& Folk vous le répète, et prend la défense de vos oreilles : coups de gueule, coups de cœur, l’équipe passe les bacs en revue et met sur le grill ceux qui font l’actu rock. Confiez vos oreilles à Philippe Manœuvre et constituez-vous LA discothèque idéale. Avec Rock & Folk, vivez en rock !

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Editions Lariviere SAS
Frequency:
Monthly
Read More
BUY ISSUE
₹ 477.05
SUBSCRIBE
₹ 4,575.56
12 Issues

in this issue

2 min.
androgynes génies

Rock&Folk numero 68. Septembre 1972. Marc Bolan est en couverture. Dans un article intitule Freaks, consacre a la scene theatrale emergeante, Paul Alessandrini debute ainsi: “On peut l’affirmer: on entre dans la troisième génération. Les nouvelles pop-stars s’affirment toutes par la surenchère érotique.” Il poursuit: “La bisexualité domine, elle est le scandale, la démesure, la provocation.” Plus loin: “Le goût du travesti, vieille tradition anglo-saxonne dont la permanence était jusqu’à présent dans les cabarets, s’empare du rock.” Il evoque: “Une nouvelle mode qui va de pair avec un retour au rock simple, rigide, violent.” Precise: “Aucune progression de la musique, juste une nouvelle définition du rock: la part du théâtre, de l’agression sexuelle, du monstrueux avec ou sans accessoires va en s’amplifiant. On va de nouveau autant pour voir un…

5 min.
courrier des lecteurs

Rock’n’roll Circus “Le rock’n’roll, pour moi, c’est du cirque” assène Hugues Aufray. Il est vrai que “Céline” ou “Stewball”, ce n’est ni du rock’n’roll ni du cirque mais de formidables complaintes languissantes à la sauce variétoche, surtout n’écoutons pas de chansons barnum comme par exemple “Won’t Get Fooled Again”. That’s all folks! DOMINIQUE Et inversement? Le futur du rock est dans son passé. PATRICK MOALIC La dame en rouge Quarante ans d’attente pour cette couverture avec la talentueuse Chrissie Hynde. Sur un fond rouge, Rock&Folk joue la couleur du cuir de la dame sur son premier album. Qui n’a pas fantasmé sur la brune au cuir rouge? C’est vrai qu’en 1980, avec entre les mains le premier Pretenders, “London Calling” des Clash, “Songs The Lords Taught Us” des Cramps et “Walking Shadows” des Dogs, j’étais un adolescent…

8 min.
télégrammes

ASIAN DUB FOUNDATION L’insoumis combo de Londres, spécialiste de hip-hop et d’electronica, revient avec “Access Denied”. Quatorze pistes attendues le 18 septembre prochain. BLUES ROOTS FESTIVAL Du 11 au 13 septembre, Rhoda Scott, Manu Lanvin And The Devils, Johnny Gallagher, Boney Fields Band se succèderont au Domaine de Vlabrillant à Meyreuil, en Provence, pour la 2ème édition du festival. CATASTROPHE Le collectif mené par son duo Blandine Rinkel et Pierre Jouan présentera sa comédie musicale “Gong” au 104 (Paris) les 10 et 11 septembre. L’occasion de (re)découvrir son cosmos pop à travers chant, musique, danse… FESTIVAL MUSICAL ECRAN La 6ème édition se déroulera du 6 au 13 septembre à Bordeaux, dans diverses salles de cinéma. A voir ou revoir divers documentaires musicaux dont: “PJ Harvey: A Dog Call Money” de Seamus Murphy le 6, “Marianne & Leonard:…

10 min.
marc hollander

“Je me repassais plusieurs fois le solo de Jeff Beck” MIKE LOVE AU SUJET DE “PET SOUNDS” se plaignait que Brian Wilson ait cassé “la formule”. Marc Hollander, avec Crammed Discs, a réussi à tenir la distance tout en se renouvelant, en obtenant même un gros succès public via Bebel Gilberto. Avec Aksak Maboul, la tête chercheuse bruxelloise et sa collègue Véronique Vincent revigorent le projet vieux de quarante-trois ans en lui injectant de nouvelles têtes telles que Julien Gasc ou leur fille Faustine. Marc Hollander livre la recette de sa jeunesse. Tout est dans le titre ROCK&FOLK: Premier disque acheté? Marc Hollander: Je crois bien que c’est a douze ans, “Rhapsody In Blue” de Gerswhin. R&F: Vous étiez adolescent au moment de la British Invasion. Marc Hollander: J’ai commence a ecouter les disques des Beatles,…

5 min.
fontaines dc

Jeunes, concentrés, intéressants et légèrement prétentieux “… L’ON SE DIT QUE TOUT CELA POURRAIT RAPIDEMENT TOURNER EN EAU DE BOUDIN, QU’APRES UN DEUXIEME LP PLAINTIF, CES CINQ-LA SERAIENT CAPABLES DE COMPOSER UN ALBUM A LA U2, soit un disque à la fois outré et caricatural.” Cette phrase concluait l’article d’il y a un an, écrit à l’occasion de notre rencontre avec Fontaines DC pour leur premier album, “Dogrel”. Aujourd’hui, nous en sommes là, au deuxième album, le plaintif. Il s’avère que “A Hero’s Death” l’est. La mort du héros, c’est celle du groupe. Fontaines DC a été porté par la presse et le public. Déjà, ils rejettent le titre. Viser la tête pour se tirer une balle dans le pied, apanage des grands. Mais pourquoi? On leur a reparlé afin d’essayer…

5 min.
steve earle

“C’est du folk, mais du folk bruyant!” LE TALENT DE STEVE EARLE, C’EST UN PEU COMME LA LETTRE VOLEE D’EDGAR POE: d’une évidence trop discrète pour qu’on y prête attention. Chaque nouvel album du Texan est un événement qui passe inaperçu. Et pourtant, de “Guitar Town” à ses derniers grands albums, “So You Wannabe An Outlaw” et surtout “Terraplane” en 2015, Earle n’a cessé de se livrer à une sorte d’artisanat supérieur qui en fait l’un des principaux songwriters de sa génération. A l’heure où Trump devient l’excuse commode au mépris d’un peuple assimilé à un troupeau de rednecks façon “Délivrance”, Steve Earle propose, en musique, une politique de la main tendue en consacrant un album entier, le mélancoliquement nommé “Ghosts Of West Virginia”, à l’explosion qui décima vingt-neuf mineurs de…