ESPLORALA MIA LIBRERIA
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Gossip e celebritá
Closer C'est leur histoireCloser C'est leur histoire

Closer C'est leur histoire

No. 43

100% témoignages, authentiques et exclusifs

Paese:
France
Lingua:
French
Editore:
Societe Mondadori Magazines France
Leggi di piùkeyboard_arrow_down
COMPRA NUMERO
1,01 €

IN QUESTO NUMERO

access_time1 minuti
edito

Y a pas photo ! Attention avant de choisir votre photographe de mariage! Ne vous jetez pas sur le premier venu. Katie Mehta, 26 ans, était censée officier il y a quelques mois dans un mariage sélect de Weatherford (Texas). Dès son arrivée, les convives ont halluciné: la demoiselle déambulait comme saoule entre les groupes, et ne sortait que rarement son appareil. En revanche, elle ondulait devant les mâles. A la recherche d’une proie? L’entrée n’était pas encore servie que les vigiles, alertés, la retrouvait en plein ébat dans un coin du parc avec un homme de l’assemblée. Loin d’obtempérer, Katie a hurlé au scandale, maudit les mariés et leurs familles et a fini par uriner dans une fontaine devant l’assistance médusée. La police en a aussi pris pour son grade.…

access_time1 minuti
grâce à un conducteur de la ratp, une enfant de 7 ans a sans doute échappé à un enlèvement. la fillette avait été saisie par un individu ivre qui avait tenté de l’emmener. il a heureusement échoué.

PARIS (ÎLE-DE-FRANCE) Quand on le félicite pour son geste, Nicolas se contente de le décrire comme une «réaction de papa » : « J’ai seulement fait mon métier dans les règles, fixé sur cette petite que je devais absolument ramener à sa grand-mère. » Le réflexe de cet homme de 30 ans a pourtant permis d’éviter le pire. Le 8 mai, vers 21 heures, dans le 19e arrondissement de Paris, une fillette de 7 ans roulait à trottinette sur le boulevard Macdonald. Sa grand-mère la suivait quand un homme alcoolisé a saisi la petite par le bras pour l’emmener. Alerté par les cris, le chauffeur de bus est aussitôt intervenu pour intercepter l’individu, ce qui a permis à la fillette de lui échapper. Après l’avoir mise en sécurité dans son autobus,…

access_time1 minuti
une association lui confie un cochon sauvé de l’abattoir, elle en fait du pâté

SAINT-JACUT-LES-PINS, (MORBIHAN) Babe n’aura pas eu autant de chance que son homonyme de cinéma… Adoptée à deux mois par l’association Le Paradis de la dernière chance, qui aide notamment les équidés à éviter l’abattoir, la truie aurait dû finir sa vie loin des crocs du boucher… Mais après le déménagement de la personne qui l’avait recueilli, l’animal avait été confié à une commerçante de Saint-Jacut-les-Pins (Morbihan). Une garde scellée par un contrat qui stipulait, a priori, l’interdiction de toute maltraitance et, a fortiori, de tout abattage. Aussi, quand son ex-maîtresse a voulu prendre des nouvelles de Babe, la commerçante s’est dérobée. Et pour cause : elle en avait fait des conserves ! C’est ce qu’ont fini par découvrir les gendarmes, fin décembre 2016, en récupérant « 110 kg de viande entassés…

access_time1 minuti
deux ans après son suicide, il est reconnu comme une victime du bataclan

PARIS (ÎLE-DE-FRANCE) Guillaume Valette, 31 ans, a été reconnu par la justice française comme le 131e mort des attentats du 13 novembre 2015. Indemne physiquement, le jeune homme était hélas atteint d’un sévère stress post-traumatique. Survivant du Bataclan, donc, mais brisé, le jeune analyste de laboratoire scientifique a été retrouvé pendu, le 19 novembre 2017, dans sa chambre de la clinique psychiatrique où il avait été admis. Son suicide a été reconnu par les juges d’instruction comme « la conséquence ultime de l’attentat » du Bataclan en mai dernier. Un soulagement pour ses parents. « C’est une reconnaissance, expliquent-ils au Parisien. Sa mort n’est plus anonyme. Même si ça n’atténue pas le chagrin. » Partie civile, ils seront présents lors du procès qui se tiendra « pour (le) représenter, et pour…

access_time1 minuti
furieux qu’on lui enlève son chien, il tue un policier municipal et plaide le crime passionnel

RODEZ (AVEYRON) Quoique prévu à l’automne 2020 devant la cour d’assises de Rodez, un insolite procès a déjà fait la une des journaux locaux. Alexandre Dainotti, 39 ans, est accusé d’avoir tué le chef de la police municipale de Rodez, Pascal Filoé, le 27 septembre 2018. Des faits qu’il a reconnus en garde à vue. En avril, à la suite de plaintes, le prévenu est convoqué par la police pour régulariser administrativement la possession de Poutine, un amstaff de catégorie 3, qui effrayait le voisinage. Faute de pouvoir présenter un permis, le chien est confié à la SPA en septembre. Fou de rage, dix jours plus tard, Alexandre Dainotti poignarde Pascal Filoé en pleine rue. La défense veut plaider le « crime passionnel » : « Mon client a tué par…

access_time1 minuti
il abandonne sa voiture et sa copine pour échapper à un contrôle routier

SAINT-AVOLD (MOSELLE) Lors d’un contrôle routier à un péage sur l’autoroute A4, les policiers ont assisté à un insolite délit de fuite. Le 19 avril dernier, les gendarmes interpellent un couple lors d’un contrôle de routine. Le conducteur leur fournit donc les papiers de la voiture. Mais, faute de permis et de papiers d’identité sur lui, le jeune homme est invité à les accompagner au poste de contrôle avec sa passagère. Là, on découvre qu’il a donné une fausse identité. Le fautif prend alors ses jambes à son cou et abandonne sa copine et son véhicule. Les gendarmes ne parviendront pas à le rattraper. Larguée à une centaine de kilomètres de chez elle, la demoiselle a donné l’identité de son petit ami avant de se faire raccompagner chez elle. Celui-ci avait…

help