ESPLORALA MIA LIBRERIARIVISTE
CATEGORIE
IN EVIDENZA
ESPLORALA MIA LIBRERIA
Notizie e Politica
Le Journal du dimanche

Le Journal du dimanche No 3809

Retrouvez tous les dimanches l'actualité nationale et internationale, politique, économique, sportive et culturelle...Le JDD vous permet de revenir sur les événements forts de la semaine, et de découvrir aussi les rendez-vous du week-end à ne pas manquer.

Paese:
France
Lingua:
French
Editore:
Lagardere Media News
Leggi di più
COMPRA NUMERO
1,13 €(VAT inclusa)
ABBONATI
45,82 €(VAT inclusa)
50 Numeri

In questo numero

5 minuti
un deal et des chantiers

C’est topé », s’est félicité Édouard Philippe hier après-midi, en petit comité. Alors que l’incertitude demeurait encore en milieu de journée sur la possibilité d’un compromis entre gouvernement et syndicats réformistes, CFDT en tête, à propos de la réforme des retraites, le scénario d’une rupture est aujourd’hui écarté. « Le gouvernement a fait un geste et nul ne peut le contester », explique au JDD le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. Dans une lettre adressée hier après-midi aux partenaires sociaux, le Premier ministre s’affirme en effet « disposé à retirer » l’âge pivot à 64 ans du projet de loi. Une revendication dont Berger avait fait une « ligne rouge ». Philippe répond donc positivement à la proposition de ce dernier en acceptant la mise en place d’une «…

2 minuti
ce que contient le courrier d’édouard philippe

En une lettre envoyée hier, Édouard Philippe s’est assuré de l’apaisement des relations avec Laurent Berger. Car le chef du gouvernement y écrit les mots tant attendus par le secrétaire général de la CFDT : « Je suis disposé à retirer du projet de loi la mesure de court terme que j’avais proposée, consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d’équilibre de 64 ans en 2027. » En clair, il retire l’âge pivot comme le demandait le syndicat réformiste. Pour autant, il rappelle l’une des priorités du projet : le nouveau système doit être financé. « L’impératif d’équilibre » sera donc « inscrit dans le projet de loi ». À charge alors pour les partenaires sociaux, réunis dans la future conférence de financement, de proposer une alternative…

5 minuti
laurent berger, secrétaire général de la cfdt « le travail commence »

Le leader syndical appelle désormais les partenaires sociaux à s’engager pour garantir l’équilibre financier du système des retraites. Le Premier ministre a annoncé hier le retrait de l’âge pivot à 64 ans du projet de loi. Êtes-vous satisfait ? Je m’en réjouis, et c’est grâce à l’action de la CFDT. Nous voulions que le gouvernement retire ce point de désaccord profond que nous avions : l’âge pivot. Il ne figurera plus dans le projet de loi présenté en Conseil des ministres le 24 janvier. C’est une victoire pour tous les salariés, qui devaient travailler plus longtemps à partir de 2022 à cause d’une mesure injuste. Vous attendiez-vous à cette décision d’Édouard Philippe ? Lors de la réunion de vendredi avec le Premier ministre, nous avons senti une volonté d’écoute. Je pense que l’opposition forte…

4 minuti
geoffroy roux de bézieux, président du medef « l’équilibre financier passera par une mesure d’âge »

Que vous inspire le compromis trouvé avec le Premier ministre ? Je rappelle que nous n’étions pas demandeurs de cette réforme et que nous souhaitons un âge légal à 64 ans. Néanmoins, vu l’état du pays et la durée du conflit, nous sommes prêts à rentrer dans cette concertation pour trouver un compromis qui ne remet pas en cause le coût du travail. Édouard Philippe a accepté hier de retirer l’âge pivot. Cette décision vous inquiète-t-elle ? L’équilibre financier passera par une mesure d’âge. Mais nous sommes ouverts à travailler sur sa nature et je participerai évidemment à la conférence de financement. Nous avons trois mois devant nous. Laurent Berger estime qu’un âge pivot à 64 ans est une mesure « aveugle ». J’entends cet argument. Il y a peut-être un compromis possible.…

2 minuti
le coût de la réforme, un secret bien gardé

Le dossier a été conservé dans un tiroir, à l’abri des regards. L’étude d’impact, qui aurait dû être transmise jeudi soir avec les deux projets de loi au Conseil d’État et aux instances de Sécurité sociale, y est restée. « Ça n’est pas normal, mais pas étonnant non plus tant les paramètres changent tous les jours », relève un fin connaisseur des retraites. Évaluer le coût du passage à un système par points est une mission délicate. D’autant qu’elle engage ceux qui l’ont établi. « Une fois que vous avez lâché des chiffres, vous ne pouvez plus revenir dessus, lance un négociateur. Ils permettent d’objectiver les débats, de responsabiliser les acteurs et de limiter les revendications. » Discret financièrement, le gouvernement l’est également parce qu’il sait que l’addition risque d’être plus…

1 minuti
un financement des retraites disparate en europe

CHAQUE PAYS européen a sa règle pour financer son régime d’assurance vieillesse,et les taux de cotisation varient parfois en fonction de la nature de l’emploi (salarié, fonctionnaire, indépendants…). Actuellement, la France fixe pour les salariés un taux de cotisation au régime général de 15,45 % (6,90 % sont pris en charge par les salariés et 8,55 % par les employeurs) dans la limite d’un plafond mensuel et annuel. Au-delà de ce plafond, les taux changent. À cela s’ajoutent les cotisations pour les complémentaires: 7,87 % pour la tranche 1 (3,15 % pour le salarié et 4,72 % pour l’employeur), 21,59 % pour la tranche 2 (8,64 % salarié et 12,95 % employeur). Dans le nouveau système, le taux global sera de 28 %, payés à 60 % par les employeurs. En…