Notizie e Politica
Le Journal du dimanche

Le Journal du dimanche No 3821

Retrouvez tous les dimanches l'actualité nationale et internationale, politique, économique, sportive et culturelle...Le JDD vous permet de revenir sur les événements forts de la semaine, et de découvrir aussi les rendez-vous du week-end à ne pas manquer.

Paese:
France
Lingua:
French
Editore:
Lagardere Media News
Frequenza:
Weekly
Leggi di più
COMPRA NUMERO
1,13 €(VAT inclusa)
ABBONATI
45,82 €(VAT inclusa)
50 Numeri

in questo numero

1 minuti
le pic est imminent

PUISQU’IL FAUT se raccrocher à des signaux encourageants, le ralentissement de la croissance des cas admis en réanimation suggère l’imminence du pic. Ou plus exactement de l’entrée sur le plateau. C’est notamment le cas en Île-de-France. Mais cela reste une augmentation (sauf dans le Grand-Est, première région foudroyée) et cela n’augure pas la fin de l’épidémie, comme l’a rappelé samedi le directeur général de la santé, Jérôme Salomon. « Nous sommes au début de la période où nous pouvons évaluer l’impact du confinement », a-t-il indiqué. Selon les chiffres de Santé publique France, il y avait hier 6 838 personnes en réanimation (+ 176) et 28 143 hospitalisées (+ 711). Mais le nombre qui marque, c’est évidemment celui des morts : 7 560, trois fois plus que samedi dernier. Il…

4 minuti
haut les masques !

Dans la gestion de la pandémie, c’est un changement de doctrine et un tournant. Le masque, paravent sanitaire en Asie, était devenu, en Europe où la pénurie fait rage, le symbole de l’incapacité des États à anticiper l’émergence d’une maladie contagieuse et à protéger les soignants. Le voici élevé au rang de bouclier pour tous, certes artisanal et imparfait, mais propre à rassurer des populations inquiètes et à offrir un horizon politique pour le déconfinement. Vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui, sur la foi d’études scientifiques, a longtemps répété que son port devait être réservé aux personnels de santé et aux malades, a ouvert la voie à un usage accru par le grand public afin de limiter la propagation du coronavirus. Aux États-Unis, même Donald Trump se convertit à…

1 minuti
visage masqué : que dit la loi ?

L’ARTICLE 1ER de la loi du 11 octobre 2010 l’interdit : « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage. » Cette infraction peut être punie d’une amende allant jusqu’à 150 euros. Le texte prévoit toutefois des exceptions incluant les masques de protection : la tenue cachant le visage est autorisée, entre autres, « si elle est justifiée par des raisons de santé », selon la loi. Le ministère de l’Intérieur confirme : « Le port d’un masque destiné à prévenir tout risque de contagion par le Covid-19 ne constitue pas une infraction pénale. » Lors du premier tour des élections municipales, le 15 mars, les personnes en portant un pouvaient se voir demander de le retirer par le président du bureau de vote,…

4 minuti
« la plus grande erreur est de ne pas en porter »

Quand franchira-t-on enfin le pic tant attendu ? Dans le cas du Covid-19, c’est une notion complexe. Lors d’une épidémie de grippe, le pic est le moment où le nombre de nouveaux cas commence à diminuer. Ce modèle ne s’applique pas bien à la crise actuelle. Ce qui doit guider les décisions aujourd’hui, c’est le nombre de lits de soins intensifs et de réanimation nécessaires pour prendre en charge correctement ceux qui en ont besoin. Le nombre d’entrées dans ces unités reflète la dynamique de l’épidémie et conditionnera la date du déconfinement. La proportion de personnes infectées est un autre facteur important. Une récente étude de l’Imperial College de Londres estime que 3 % des Français l’ont déjà été. Ce travail suggère qu’environ 3 millions de personnes ont été atteintes et…

2 minuti
leurs scénarios pour le déconfinement

« Déconfiner par tranches d’âge » Avant d’imaginer le déconfinement, il faut analyser le nombre de gens qui entrent en réanimation mais aussi le nombre de ceux qui en sortent, qui n’est pas très clair pour l’instant. Une fois que le système de soins ne sera plus submergé, les résultats des tests sérologiques [sanguins] seront au cœur de l’analyse. Ces tests permettront d’avoir une idée de la taille de l’épidémie dans la population et du niveau de l’immunité de groupe, afin d’isoler les gens positifs et donc de freiner l’épidémie. Ils seront particulièrement utiles chez les personnes à risque comme les soignants. Ceux qui ont été atteints pourront retourner au travail, à condition que leur activité reprenne et qu’ils n’aient pas de contrainte de garde d’enfants. Mais on ne pourra pas tester…

3 minuti
des modèles faits maison

Il est en passe de devenir un accessoire tendance. Blogueuses et youtubeuses inondent la Toile de tutoriels pour vous permettre de confectionner votre propre masque en tissu à partir des patrons communiqués par certains professionnels de la santé. Une vingtaine de centimètres de cotonnade, un carré de molleton ou de maille polaire pour la doublure et deux bandes élastiques suffisent, selon le CHU de Grenoble, qui a été le premier à diffuser, le 13 mars, un document expliquant la marche à suivre. Le « masque barrière » n’est pas un dispositif médical, mais il complète les gestes et les règles de distanciation sociale, comme le précise l’Association française de normalisation (Afnor), qui a mis à disposition des particuliers et des industriels deux patrons de masque : à plis ou en canard.…