Le Journal du dimanche No 3885

Retrouvez tous les dimanches l'actualité nationale et internationale, politique, économique, sportive et culturelle...Le JDD vous permet de revenir sur les événements forts de la semaine, et de découvrir aussi les rendez-vous du week-end à ne pas manquer.

Paese:
France
Lingua:
French
Editore:
Lagardere Media News
Frequenza:
Weekly
1,13 €(VAT inclusa)
45,82 €(VAT inclusa)
50 Numeri

in questo numero

3 min
le temps du mouvement

SOIR D’ÉLECTION, soir de frustration. À 20 heures, Emmanuel Macron découvrira les résultats des élections régionales et départementales en simple spectateur. Son espoir de prolonger la recomposition politique autour de lui s’est brisé sur le mur de l’abstention et d’un conservatisme local qui a protégé les élus en place, douché les ambitions de l’extrême droite et réduit à néant ses propres calculs. L’impact psychologique de l’épidémie a pesé, ainsi que l’incongruité d’un découpage administratif dans lequel peu de Français se reconnaissent. Mais le chef de l’État doit admettre que cet échec est avant tout le sien, et ouvrir la dernière phase du quinquennat en renouant avec son élan originel. Trois axes se dessinent devant lui. Inverser le mouvement. On l’a dit depuis une semaine, et c’est vrai : la désaffection des…

6 min
à la relance

« Il faut un truc solide qui écrase tout dans l’opinion publique »Un conseiller Condamné à bouger. Avant même de connaître les résultats du second tour des élections régionales, ce soir, Emmanuel Macron se doit de réagir : le niveau, historiquement faible, du parti présidentiel, autant que celui, record, de l’abstention au premier tour l’obligent. « Je ne tirerai aucune conclusion nationale de ces élections qui sont des élections locales », avait prévenu Macron avant le premier tour. Il n’en sera évidemment rien. Un ministre de premier plan : « Nous sommes plus fragiles après les régionales qu’avant. Il va vouloir donner une nouvelle impulsion. » Pour ne pas sembler céder à la panique, le chef de l’État pourrait temporiser quelques jours. « Il ne veut surtout pas lier le destin gouvernemental…

4 min
la bataille de la droite a déjà commencé

Les téléphones vont chauffer à droite dans les prochains jours. Sitôt tournée la page des régionales débuteront dès demain les grandes manœuvres pour la présidentielle de 2022. Sauf surprise au second tour aujourd’hui, trois poids lourds devraient sortir renforcés des élections : Xavier Bertrand (Hauts-de-France), Valérie Pécresse (Île-de-France) et Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes). Alors la droite se surprend à croire à nouveau en ses chances, tout en risquant un embouteillage de présidentiables. Il va donc lui falloir répondre très vite à une question lancinante : comment les départager sans ruiner tous ses espoirs avec une de ces guerres fratricides dont elle a le secret ? Avocat d’une primaire à laquelle il se verrait bien participer – il se prononcera sur une éventuelle candidature dans la première quinzaine de juillet –, le président…

lejoudedimfr210627_article_003_01_01
5 min
marine le pen, l’heure des doutes

« Ça ne sert à rien de vouloir se “dédiaboliser” »Gilbert Collard, eurodéputé Pour Marine Le Pen, ce devait être la rampe de lancement vers l’élection présidentielle. Mais en cas de nouvelle déconvenue, ce soir, la marche pourrait finalement s’avérer trop haute. Largement défaite dimanche dernier, la cheffe du Rassemblement national (RN), au moment d’aborder la campagne de 2022, voit ses plans remis en question. D’où une certaine fébrilité qui s’est exprimée dès le soir du premier tour, Le Pen grondant ses propres électeurs ne s’étant pas rendus aux urnes. « Elle était sous le coup du mauvais résultat, ce qui explique cette réaction maladroite », avance l’un de ses conseillers. Depuis, les cadres font paratonnerre. Marine Le Pen se serait montrée « décontractée » lors des deux réunions du lundi, qui ont…

lejoudedimfr210627_article_004_01_01
4 min
mariani et muselier à la chasse aux abstentionnistes

Comment reconnaître une tête de liste en campagne sur un marché provençal ? Facile : c’est le seul à porter la veste quand tout le monde arbore tongs et bermuda. Jeudi, au grand marché de Six-Fours-les­Plages, station balnéaire varoise de 33 000 habitants, voici justement un costume sombre sous les palmiers : c’est Frédéric Boccaletti, l’homme fort du Rassemblement national (RN) varois. Ici en son fief. Un élu aux multiples casquettes, avec lesquelles il jongle selon les étals : codirecteur de la campagne de Thierry Mariani lorsqu’il entend des électeurs bougonner contre les politiques (« Râler et vouloir changer, c’est bien, mais voter, c’est essentiel ! ») ; élu local d’opposition quand il croise des habitants qui manifestent contre une décision du maire (Les Républicains) de la ville, Jean-Sébastien Vialatte («…

4 min
le changement radical de julien bayou

On l’a vu manifester déguisé en Superman Il a coupé ses cheveux, enfilé un costume et même mis une cravate. Un changement radical pour celui qui a longtemps arboré tignasse ébouriffée et look d’éternel adolescent. L’âge, justifie Julien Bayou, qui vient de fêter ses 41 ans. Les nécessités de la politique, aussi. « Vous, vous ne passez pas un entretien d’embauche devant 12 millions de personnes », dit la tête de liste d’union de la gauche en Île-de-France. Un gage de respectabilité, donc, donné pour toucher un public plus large, dans l’espoir de faire basculer la Région ce soir. « On fait souvent aux écologistes un procès en illégitimité, en amateurisme, défend Elliot Lepers, son ami rencontré à l’époque où tous deux soutenaient la candidature d’Eva Joly à la présidentielle de 2012.…

lejoudedimfr210627_article_006_01_01