Le Journal du dimanche No 3887

Retrouvez tous les dimanches l'actualité nationale et internationale, politique, économique, sportive et culturelle...Le JDD vous permet de revenir sur les événements forts de la semaine, et de découvrir aussi les rendez-vous du week-end à ne pas manquer.

Paese:
France
Lingua:
French
Editore:
Lagardere Media News
Frequenza:
Weekly
1,13 €(VAT inclusa)
45,82 €(VAT inclusa)
50 Numeri

in questo numero

1 min
la pression monte sur la troisième dose

DÉJÀ RECOMMANDÉE aux personnes immunodéprimées pour « booster » l’immunité post-vaccinale, la troisième dose devra-t-elle être généralisée ? Oui, disent les fabricants. Pfizer et BioNTech déposeront « dans les semaines qui viennent » une demande d’autorisation aux agences du médicament américaine et européenne. L’exécutif, lui, envisage un tel rappel pour les résidents en Ehpad à la rentrée. Il a saisi la Haute Autorité de santé (HAS), qui doit publier un premier avis sur la troisième dose en fin de semaine. Sans trancher, celle-ci entend définir les éléments à prendre en compte pour décider. Parmi les questions : la durée de l’immunité post-vaccinale, le public concerné, l’efficacité des vaccins (y compris les nouvelles formules) face aux variants… En l’attente de données complémentaires, la HAS devrait adopter une position prudente, avant un…

5 min
l’arme de la contrainte

Sur la forme, l’allocution d’Emmanuel Macron, demain à 20 heures, ressemblera à celles qui, depuis dix-huit mois, ont rythmé les différents épisodes de l’épidémie : prononcée depuis l’Élysée, solennelle en diable. Mais pas sur le fond. Cette fois, il ne décrétera ni couvre-feu ni reconfinement, ne déclarera pas « la guerre » au virus ni n’annoncera le retour des « jours heureux ». C’est par la vaccination, et par celle des soignants, qui devrait devenir obligatoire, qu’il abordera le sujet. Le chef de l’État envisageait plutôt de dessiner un chemin pour les réformes de la dernière année du quinquennat. Mais le Covid, une fois de plus, s’est invité dans l’équation politique. Car les prémices de la quatrième vague sont bien là. Hospitalisations et entrées en réanimation baissent, mais le variant Delta…

lejoudedimfr210711_article_002_01_01
3 min
bernard kouchner, ancien ministre de la santé « refuser la vaccination, c’est une trahison »

Le Covid-19 a désormais fait plus de 4 millions de morts dans le monde. Peut-on sortir de cette crise ? « Il faut sortir de cette gloriole virile qui consiste à se vanter de ne pas être vacciné » Nous ne viendrons pas à bout de ce virus sans mobilisation mondiale. Il faut d’abord en être conscient. Nous, pays riches, ne pouvons pas nous contenter de nous battre pour nos concitoyens. Il faut le faire, bien sûr. Mais la bataille doit être menée partout, comme nous l’avons fait pour le sida. Ça a pris du temps, mais nous avons réussi. Cette lutte aussi sera longue. Il faut d’ailleurs arrêter de raisonner en « vagues ». Nous, nous dressons des barrières contre ce virus, et lui, il fabrique des variants. Il faudra vivre…

lejoudedimfr210711_article_003_01_01
3 min
le débat politique ne fait que commencer

Au Parti socialiste comme chez Les Républicains, on se montre favorable à la vaccination obligatoire des soignants. Mais infiniment plus prudent dès lors qu’on aborde son extension à d’autres catégories. Concernant les soignants, les groupes parlementaires PS au Sénat et à l’Assemblée nationale sont d’accord « sur le principe ». Mais la présidente de ce dernier groupe, Valérie Rabault, a tout de même demandé au Premier ministre, par courrier, des précisions sur les sanctions qui seraient prises à l’encontre des réfractaires au vaccin. « Pour les soignants, ou les pompiers qui contribuent aux services de soins, ce ne serait pas anormal, estime le président des sénateurs PS, Patrick Kanner. Les enseignants, ça mérite plus de réflexion. » À droite, ce sujet des enseignants fait débat. Pour le président des députés LR,…

3 min
les partenaires sociaux se divisent sur les sanctions

La sortie de crise avait été au cœur de leurs précédentes réunions. Entre l’évocation d’une obligation vaccinale, la définition des populations visées et la perspective de sanctions, l’ambiance s’est considérablement refroidie, vendredi, lors de la dernière rencontre entre Élisabeth Borne, ministre du Travail, et les partenaires sociaux. Cette prise de température devait préparer, voire déminer le terrain avant la prise de parole du président Macron. Elle a révélé des syndicats partagés sur les mesures à prendre pour accélérer la campagne de vaccination. L’Union des entreprises de proximité propose de faire payer les réfractaires Sur les huit organisations présentes autour de la table, seule la CGT, premier syndicat auprès des professionnels de santé, est opposée à toute obligation qui pourrait impliquer des sanctions à l’encontre du personnel soignant. Sa représentante, Catherine Perret, est…

2 min
les fonctionnaires auront des centres spéciaux pour se faire vacciner

De nouveaux barnums devraient être installés dans les prochains jours pour accélérer la vaccination des agents de la fonction publique. Demain, tous les préfets recevront un courrier signé par Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, les incitant à mettre en place ces nouveaux centres. Les 100 préfectures du territoire et les quelque 200 sous-préfectures seront chargées d’installer le dispositif. Des créneaux de vaccination seront aussi réservés aux agents publics dans les structures déjà existantes. La ministre a fait le choix de « lever les derniers freins existants pour accélérer la vaccination ». Elle écarte, pour les millions d’agents qui ne relèvent pas du secteur de la santé, les principes d’obligation et de sanction. « Cette mobilisation logistique doit permettre de faciliter l’organisation des agents publics,…

lejoudedimfr210711_article_004_02_01