ESPLORALA MIA LIBRERIA
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Cultura e Letteratura
LireLire

Lire No.469

Chaque mois, découvrez dans LIRE toute l'actualité des livres et des écrivains. Entretiens, dossiers thématiques, extraits de nouveauté et critiques, avec LIRE, vous vivrez plus passionnément votre amour de la littérature.

Paese:
France
Lingua:
French
Editore:
EMC2
Leggi di piùkeyboard_arrow_down
SPECIALE: Économisez 50% sur votre abonnement!
COMPRA NUMERO
5,09 €(VAT inclusa)
ABBONATI
23,42 €14,05 €(VAT inclusa)
5 Numeri

IN QUESTO NUMERO

access_time3 minuti
l’édito

On en revient toujours au(-x) prix. Qu’il s’agisse d’un coût ou d’une distinction.Ainsi, l’un des passages obligés d’une rentrée littéraire est la révélation des premières listes des grands prix d’automne, provoquant toujours des secousses. L’omission – à nos yeux aberrante – du Lambeau de Philippe Lançon dans la première sélection du Goncourt aurait pu devenir le scandale du moment, si les jurés du Renaudot n’avaient pas fait des leurs. Ceux-ci ont en effet choisi de retenir parmi les dix-sept romans en compétition celui de Marco Koskas, Bande de Français, qui a pour particularité d’être publié en autoédition, via la plateforme CreateSpace – une entreprise appartenant à Amazon, qui distribue en exclusivité tous les titres faisant appel à ce service. Levée de boucliers (ô combien légitime!) des libraires, qui voient là…

access_time3 minuti
courrier des lecteurs

Amusements Trois roses effeuillées et Ronsard poétise Les pendus à Villon que le vent martyrise Pour des moulins à vent Cervantès de mise Dans un cor nostalgique Vigny souffle la brise L’enfant des barricades que Hugo sacralise Le fabuleux métal qu’Heredia colonise Sur nos petits travers La Fontaine moralise Sur quelques sanglots longs Verlaine symbolise Et pour des fédérés Clément met des cerises Pour notre liberté Éluard idéalise Quelques mots décousus que Breton mécanise Des torrents de pluie que Prévert canalise Pour les beaux yeux d’Elsa Aragon focalise Un quartier de Paris que Cendrars actualise De la lune à Jacob ne reste que hantise Sur nos cheveux blanchis Rosemonde pactise Et sur le temps sans fin Laforgue est sans balises De rêves ou douleurs les poètes agonisent De mots doux de mots…

access_time3 minuti
à l’heure espagnole

Trente-six ans le mois prochain, toujours seule. Un an et demi de célibat selon la préfecture de police, un siècle selon les organisateurs. J’ai l’impression d’avoir Cent ans de solitude à mon compteur amoureux. Alors, refusant de voir mourir l’été et ses promesses d’idylles en nu-pieds, j’ai migré vers le sud, en péninsule Ibérique, pour trouver mon latin. Un type qui parle avec des consonnes qui roulent des mécaniques, un infatigable joueur de mandoline qui me ferait sentir spéciale à chaque mot, provoquant jalousie, tendresse, douceur, passion, bref, un homme « todo incluido ». Sauf qu’avec lui, les taxes ne sont pas incluses, et la facture réserve de sacrées surprises. Son audacieuse moustache pointant vers le haut comme deux tours gardant sa bouche À Barcelone, je suis tombée sur Gabriel García Márquez.…

access_time1 minuti
le chemisier

L’un des plus beaux romans graphiques de l’automne risque de réveiller bien des fétichismes vestimentaires. N’imaginez pas des accessoires grivois ou des tenues suggestives, mais un élément de garde-robe somme toute banal : un simple chemisier. Ce bout de tissu est au cœur du nouvel album, magnifique, de Bastien Vivès qui continue d’affirmer son talent singulier après les succès du Goût du Chlore, de Polina ou d’Une sœur – sans oublier la série des Lastman. Discrète étudiante en lettres, Séverine va malencontreusement se tacher lors d’un baby-sitting. Le père de la petite fille qu’elle garde lui prête un chemisier en soie appartenant à son épouse. La marque ? Agnès Michel. La vie de la jeune femme va alors prendre un tour complètement inattendu : Séverine devient soudain l’objet de toutes…

access_time1 minuti
en bref…

LE CHIFFRE 113 C’est le nombre de volumes de La Pléiade qu’a tenté de dérober un homme de 65 ans, en pleine nuit, le 9 septembre dernier dans une librairie de Guéret (Creuse). Arrêté, il a expliqué aux magistrats qu’il avait agi par « romantisme » pour offrir ces ouvrages à sa petite amie. Déjà condamné à vingt-deux reprises, il a écopé d’une peine de dix-huit mois de prison ferme. De quoi avoir le temps de lire des livres… LA PHRASE « Les libraires devraient s’en prendre aux éditeurs qui ont refusé de me publier, et pas à moi », Marco Koskas (à l’AFP). Surprise dans la sélection du prix Renaudot : y figure Bande de Français de Marco Koskas, autoédité grâce à la plate-forme CreateSpace d’Amazon. Une présence qui a créé la polémique à la…

access_time4 minuti
pour l’ensemble de sa carr(i)ère

QUE LUI EST-IL ARRIVÉ DEPUIS LE ROYAUME ? Dans le passionnant entretien qui ouvre Emmanuel Carrère : faire effraction dans le réel, épais volume de textes savants analysant son œuvre, le principal intéressé a l’honnêteté de l’avouer : « Depuis la fin du Royaume, je suis en panne comme écrivain : je savais que cela allait arriver. Je me disais aussi que si j’étais prévenu un peu de cela, ça se passerait, ma foi, gentiment, ou pas désagréablement. Mais ce n’est pas vrai, c’est quelque chose qui me mine un peu, même si j’ai d’autres occupations, essentiellement d’écrire des scénarios et de faire des reportages, mais voilà, je le savais. Je ne sais pas comment je me suis engagé dans cette phase… » Ne rencontrant pas de sujet stimulant et ne…

help