Gossip e celebritá
Paris Match

Paris Match No. 3700

Depuis plus de 60 ans, Match raconte le monde tel qu’il est. Entre les joies et les peines, les larmes et les sourires, l’Histoire s’écrit à travers les destins du quotidien, sur la scène internationale, et trouve chaque semaine un écho émouvant dans le magazine.

Paese:
France
Lingua:
French
Editore:
Lagardere Media News
Leggi di più
COMPRA NUMERO
2,33 €(VAT inclusa)
ABBONATI
66,20 €(VAT inclusa)
52 Numeri

in questo numero

5 minuti
la télé affronte la crise

Paris Match. En tant que président de M6, comment avez-vous réagi à une situation aussi exceptionnelle ? Nicolas de Tavernost. Il a fallu faire face brutalement à une crise à laquelle nous n’étions pas préparés. Ma priorité a été la protection des collaborateurs. Ils sont actuellement 1 700 en télétravail. Nous avons maintenu uniquement l’essentiel au sein des locaux, soit environ 150 personnes qui ne sont pas toutes en même temps dans nos bâtiments et qui assurent les régies finales, l’information, la gestion technique des programmes et de la radio. Vous continuez à envoyer des équipes sur le terrain ? Même une chaîne privée devient du service public dans ce genre de cas. Les productions de divertissements ont toutes été suspendues, mais côté info, les équipes de “Capital” et de “Zone interdite” notamment…

2 minuti
le grand écran face à l’inconnu

Samedi 14 mars. Le milieu du cinéma tente de s’adapter. Nombre de sorties de film ont été repoussées depuis déjà plusieurs jours. Les salles se conforment, elles, aux mesures d’éloignement pour rester ouvertes et prolonger leur rôle de lien social. Mais la sidération va prendre le pas. « Tout a basculé en quelques minutes avec la prise de parole d’Edouard Philippe demandant la fermeture des salles, une première dans l’histoire », raconte Richard Patry, le président de la FNCF. Ni lui ni le président du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) n’étaient au courant. «En quelques heures, nous avons dû mettre en œuvre la fermeture des quelque 2 000 cinémas que compte l’Hexagone, organiser le gel des abonnements par carte, gérer les mesures à destination des 15…

3 minuti
olivier nora « j’espère que la production future ne sera pas centrée sur le coronavirus »

Paris Match. Comment les éditions Grasset font-elles face à la crise actuelle ? Olivier Nora. Le siège est fermé. Nous généralisons le télétravail sur tous les postes où c’est possible, vendons ce qui peut l’être par les canaux encore disponibles (grandes surfaces alimentaires, plateformes en ligne, fichiers numériques), gelons pour le moment tous les titres dont la parution était prévue jusqu’à mi-mai, anticipons autant que faire se peut la fabrication des ouvrages chez les imprimeurs encore ouverts, prospectons nos confrères étrangers pour la cession des droits de traduction, les réalisateurs et producteurs pour la cession des droits audiovisuels, et animons nos réseaux sociaux pour faire vivre notre production le plus durablement possible. Une seule chose me paraît évidente : il va nous falloir reprendre à zéro toute la programmation de nos…

2 minuti
l’opéra de paris peut-il rebondir ?

Tout juste remis de la plus longue grève de son histoire – avec à la clef une perte entre 15 à 17 millions d’euros –, l’Opéra de Paris a été frappé à son tour par le coronavirus. Alors que le Met de New York annonce qu’il annule tous les derniers spectacles de sa saison, Stéphane Lissner se veut raisonnablement optimiste. « Nous faisons des plannings de quinze jours en quinze jours, mais nous savons déjà que certaines nouvelles productions ne verront pas le jour. Par contre, il est possible de solliciter le ballet plus facilement pour donner “Eugène Onéguine” tout juste présenté lors de la tournée japonaise de la compagnie. » Faire plus avec moins ? La direction de l’Opéra pense que les grands mécènes, notamment les entreprises du luxe…

1 minuti
un marché bouleversé, mais innovant

Paris Match. La Fiac aura-t-elle bien lieu ? Jennifer Flay. Pour l’instant, même dans les scénarios les plus pessimistes, la Fiac se déroulera bien la troisième semaine d’octobre. Quels changements avez-vous apportés à sa préparation ? Les galeries, qui ont très tôt annoncé leur fermeture au public, ont du mal à se projeter et s’inquiètent de leur chiffre d’affaires. Nous avons fait un geste en étendant la date de clôture des candidatures, et nous avons déjà reçu un grand nombre de dossiers, peut-être accentué par le Brexit. Avec la crise sanitaire, les foires et les galeries utilisent de plus en plus les “viewing rooms” destinées à la consultation d’œuvres en ligne. Procurent-elles une expérience satisfaisante des œuvres ? Elles sont indispensables, mais ne remplacent en aucun cas la rencontre avec l’œuvre. Elles servent surtout à…

3 minuti
eric-emmanuel schmitt « après une telle disette, les spectateurs vont se ruer dans les salles »

Paris Match. Comment vivez-vous cette période de confinement ? Eric-Emmanuel Schmitt. L’écrivain est content, l’acteur malheureux, le directeur de théâtre inquiet. Comme j’achève un gros livre, rester chez moi m’oblige à rédiger, peaufiner, relire. En revanche, être privé de scène, du contact avec les gens me mine : le spectacle vivant, c’est du public vivant ! Quant au directeur du Théâtre Rive Gauche, il a dû fermer sa salle, arrêter de beaux spectacles, recourir au chômage partiel, mille choses détestables. Que ressentez-vous aujourd’hui face aux reports, aux annulations ? Pour l’instant, l’optimisme rationnel nous tient tous la tête hors de l’eau : les dates se reportent sur la prochaine saison. Nous n’affrontons pas la fin du monde, nous traversons une désagréable parenthèse. Nous sommes en face d’une catastrophe, mais si le virus reste…