ESPLORALA MIA LIBRERIA
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Lifestyle maschile
Vogue HommesVogue Hommes

Vogue Hommes Mars 2016

Le magazine des tendances au masculin pour les hommes de 35 ans passionnés par tout ce qui est à la mode. Le magazine des hommes vu comme nulle part ailleurs.

Paese:
France
Lingua:
French
Editore:
Les Publications Conde Nast SA
Leggi di piùkeyboard_arrow_down
COMPRA NUMERO
5,09 €(VAT inclusa)
ABBONATI
8,14 €(VAT inclusa)
2 Numeri

IN QUESTO NUMERO

access_time5 minuti
sergueï polounine

—Dans la vidéo de « Take Me To Church », le tube du chanteur irlandais Hozier, le danseur étoile Sergueï Polounine en collant déchiré, ses nombreux tatouages recouvrant son torse nu, danse seul dans une sorte de garage qu’on imagine perdu dans une forêt. Il s’élance vers le toit, rampe au sol, prend sa belle tête échevelée entre ses mains, démon expressionniste, faune rock, bad boy à pointes. La vidéo a été vue par 14 millions d’internautes. Le danseur ukrainien est un exemple fascinant d’une abondance de dons doublée d’une cruelle instabilité intérieure. Comme en témoigne le flagrant numéro qu’il offre à Mario Sorrenti ( p. 174 ). Fils d’une femme au foyer et d’un ouvrier, Polounine est né et a passé son enfance en Ukraine. Il aurait aimé faire du…

access_time2 minuti
dandy comme bowie

—La disparition de David Bowie, le 10 janvier 2016, deux jours après son 69 anniversaire et la sortie de l’album Blackstar rempli d’allusions crépusculaires, a considérablement ému le monde entier, y compris au–delà du cercle de ses admirateurs plus ou moins inconditionnels. Une fois encore la confession, le cri du coeur ultime à l’heure fatidique d’une maladie difficile à traiter, dont il avait eu la révélation avant d’entrer en studio, n’apparaissaient pas comme tels mais transmués en images mystérieuses ou ironiques et sonorités lancinantes ou stridentes. Combien de fois, au cours des dix dernières années, n’a–t–on, dans les réunions préparatoires à chaque nouveau numéro de Vogue Hommes, cité le nom de Bowie, que nous aurions aimé rencontrer et interroger sur sa manière unique de faire la synthèse du rock et de…

access_time2 minuti
édito

James Jagger a 30 ans et affiche un pedigree aussi rutilant qu’écrasant, fils aîné de l’une des plus grandes idoles rock’n’roll de l’histoire et de Jerry Hall, top model de légende aux proportions stupéfiantes. Depuis quelques semaines, ce « fils de », leader d’un groupe punk enragé ( Turbogeist ), détonne dans Vinyl, série survoltée, plantée dans l’industrie du disque des années 1970, une frénésie sensationnelle de sexe, drogue et riffs hurlants ultra–léchée, produite par daddy Mick et Martin Scorsese. Au–delà de la ressemblance physique flagrante avec le pater,James Jagger laisse échapper plein écran une animalité, une cinégénie et une justesse de jeu tout simplement bluffantes. Quand nous réfléchissions à la personnalité que nous aimerions mettre en couverture de ce numéro, un type sexy, une belle gueule avec du talent, une…

access_time1 minuti
désert rouge

access_time6 minuti
les voguehommanies

Le sukajan —Le chanteur Zayn Malik peut ressusciter des pans entiers de la garde–robe masculine. Il vient de le faire avec le sukajan. Après 1945, les Américains postés sur le territoire japonais commissionnèrent des vestes aux brodeurs locaux. Les soldats leur confiaient la soie de parachutes plus ou moins dérobés aux services généraux de l’armée et les artisans les toisaient de dragons, de Snoopy, de cerisiers en fleurs, de geishas et d’aigles symboles de la puissance alliée. On appellera cette veste hybride entre le preppy et le kimono, le sukajan. Dans les années 1960, elle est portée par la jeunesse japonaise en pleine rébellion et devient associée aux voyous. Les GIs continuèrent de récupérer et broder des parachutes pendant les guerres de Corée et du Vietnam avec des motifs de plus en…

access_time2 minuti
grace absolue

—Le prêt–à–porter masculin anglais est un vivier de plus en plus bouillonnant, avec une émulation entre créateurs aux visions de plus en plus radicales. La silhouette des hommes de Grace Wales Bonner est déjà singulière, élancée, rétro et précieuse, à l’opposé des codes banquiers ou urbains dominant. On découvre un univers puissant, des hommes noirs décorés de cristaux, fiers et poings levés, des tailleurs avec des galons de coquillages, tout en douceur et romantisme presque folklorique, la main sur le coeur. « Les cristaux et les coquillages étaient utilisés comme monnaie autrefois et je voulais explorer l’idée de la valeur, de ce qu’est le luxe, et mélanger ces notions. Je suis très inspirée par le travail de Chanel, comme symbole du sommet du luxe européen. Je confronte son idée puriste avec…

help