探検マイライブラリ
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / ニュース・政治
L'ExpressL'Express

L'Express Thema No. 17

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

:
France
言語:
French
出版社:
Groupe Express Roularta
もっと読むkeyboard_arrow_down
特別販売: Économisez 50% sur votre abonnement!
定期購読
¥4,735¥2,841
26 号

この号

access_time2
1968, année héroïque

Cette année-là, rien ne s’est passé comme prévu. L’Express du 1 janvier annonçait une « année américaine » avec, en ligne de mire, les élections présidentielles qui devaient consacrer la suprématie de la première puissance économique et militaire du monde. Les élections ont bien eu lieu mais l’issue en fut complètement transformée par l’enlisement des troupes américaines au Vietnam, l’assassinat, à deux mois de distance, du pasteur Martin Luther King, inlassable défenseur des droits civiques des Noirs, et celui de Robert Kennedy, candidat démocrate à l’investiture suprême. En France, alors que les responsables politiques s’inquiétaient de la progression du nombre de chômeurs et de la mise en œuvre du futur Marché commun, ce sont les étudiants qui ont créé la surprise en voulant faire éclater le carcan dans lequel la société…

access_time9
« la libération l’a emporté sur la révolution »

PASCAL ORY Né à Rennes en 1948, historien, docteur es lettres et sciences humaines, il s’est fait une spécialité de l’histoire des idées. Professeur émérite d’histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il est aussi président du Conseil permanent des écrivains. Il publiera, en mai 2018, une réédition de son ouvrage L’Entre-Deux-Mai (1968-1981), sous-titré La Crise d’où nous venons (Alma éditeur). L’EXPRESS : 1968 marque-t-elle une année de rupture dans l’histoire contemporaine ? PASCAL ORY : Avec le recul, ce n’est nullement le temps d’une rupture, mais clairement, le lieu d’une crise, une véritable « crise de croissance ». En Occident, des Etats-Unis à la France, les indicateurs économiques sont au vert et malgré cela – ou à cause de cela – plusieurs pays vont voir leur régime politique ébranlé, sans cependant qu’il en…

access_time6
l'année qui a tout changé

Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi. C’est sans doute le slogan le plus oublié de 68. Et pourtant celui qui résume le mieux le soulèvement planétaire qui se produisit. Derrière cette utopie, qui ne passa pas l’année, se dissimulait une des grandes secousses de l’histoire, de celles que l’on mesure après coup et qui laissent des fissures un peu partout. Dommage pour la légende, mais 1968 ne se distingue pas des autres grandes dates de l’histoire par sa volonté d’en finir avec l’oppression des peuples, l’aliénation des masses, l’injustice faite à l’homme. 1848 en rêva tout autant, avec des résultats aussi discutables. 1968 est avant tout un catalogue du malaise mondial, une prémonition impuissante, un rendez-vous avec les décennies suivantes, une feuille de route, un gigantesque inventaire de…

access_time1
12 mois de secousses

5 janvier Tchécoslovaquie. Alexander Dubcek est désigné premier secrétaire du Parti communiste. Libéralisation du régime. 30 janvier Sud-Vietnam.Début d'une offensive générale des forces du Vietcong. Les troupes américaines et leurs alliés sud-vietnamiens emportent, le 24 février, la ville impériale de Huê. 18 mars Pologne. A Varsovie et à Cracovie, des grèves ouvrières s’ajoutent à des manifestations étudiantes en faveur de la liberté. Le mouvement sera réprimé au début du mois suivant. 4 avril Etats-Unis. A Memphis, le pasteur Martin Luther King, leader du mouvement américain pour les droits des Noirs, est assassiné. 19 mai Nigeria. L’armée reprend Port Harcourt (sud) aux séparatistes du Biafra. Entre 1967 et 1970, la guerre civile et ses conséquences feront quelque 2 millions de morts. 6 juin Etats-Unis. Robert Kennedy, 42 ans, est abattu à Los Angeles. Le frère de…

access_time9
l’amérique ko debout

C’est l’époque étrange où l’activiste Abbie Hoffman allume son joint dans le bureau de l’adjoint au maire de Chicago et promène un « cochon roi » tout rose devant les notables réunis à la Convention du Parti démocrate. L’époque où les féministes du mouvement Now (Maintenant) perturbent le sacre de Miss America dans un casino d’Atlantic City en poussant des youyous empruntés aux militantes indépendantistes du FLN, entrevues dans le film La Bataille d’Alger. En 1968, l’insurrection des facs américaines contre la guerre du Vietnam, les refrains de Bob Dylan et l’hostilité des médias poussent le président Lyndon B. Johnson, successeur de Kennedy, à annoncer sa retraite après seulement quatre ans de pouvoir. Tout semble possible, même le pire. A l’autre bout du monde, dans le village vietnamien de My…

access_time5
martin luther king la mort d’un rêve

SA VOIX était la mauvaise conscience de l’Amérique. Elle s’est tue, jeudi dernier [le 4 avril 1968], à Memphis, Tennessee, la capitale du coton. Ce jour-là, à 19 h 05, le pasteur Martin Luther King, 39 ans, héros des droits civiques, prophète de la non-violence et prix Nobel de la paix, est mort assassiné. Sur le front des races, en 1968, l’Amérique attendait le pire. Le pire est arrivé. En moins de vingt-quatre heures, le président Johnson, au bout de sa plus longue semaine, lançait deux appels pathétiques à la nation, conjurant tous les Américains, blancs et noirs, de s’unir pour que ne se lève pas, de Los Angeles à New York, le drapeau noir de la violence : « La fibre de l’étoffe même de la République sont mises…

help