探検マイライブラリ
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / ニュース・政治
L'ExpressL'Express

L'Express No.3560

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

:
France
言語:
French
出版社:
Groupe Express Roularta
もっと読むkeyboard_arrow_down
特別販売: Abonnez-vous et obtenez 1 ans de numéros anciens GRATUITS! Les numéros gratuits, seront livrés 72 heures après l’achat.

この号

access_time2
un choc pétrolier ? pas pour tout de suite

Si des milliers de personnes ont marché pour le climat ces derniers jours, d’autres ont fait, dans la panique, leur plein d’essence. La cause de cette précipitation? Le « Pearl Harbour » pétrolier qui a frappé le samedi 14 septembre des installations saoudiennes, touchant potentiellement la moitié des capacités de production du pays. Depuis, les cours de l’or noir ontgrimpé deprèsde 7,5%, alimentant les fantasmes d’un nouveau choc pétrolier. Rien de tel, pour le moment. Lors du premier choc, les cours du baril avaient grimpé de 134 % entre octobre 1973 et janvier 1974. Rebelote en 1979, quand les prix avaient flambé de 139 % en l’espace de six mois. Enfin, entre janvier 2007 et juillet 2008, l’envolée a atteint 177 % ! A moins d’une guerre totale entre l’Iran…

access_time1
on en parle

Les prix de l’essence à la pompe peuvent-ils grimper ? Oui. Certes, le coût de la matière première « pétrole » ne représente que 40 % du prix de l’essence, le reste étant pris par les taxes. Les prix à la pompe pourraient tout de même renchérir de 4 à 5 centimes. Est-ce grave pour la croissance ? Pas tant que ça… Nos économies sont moins dépendantes de l’or noir que lors des deux premiers chocs pétroliers. Pour chaque euro de PIB produit dans le monde, on consomme près de 2 fois moins de pétrole qu’en 1973. Ce coup de chaud sur les cours du pétrole peut-il accélérer la transition énergétique ? C’est tout le paradoxe ! La remontée des cours peut inciter les compagnies pétrolières à relancer des projets rendus moins rentables ces dernières…

access_time4
les exclusifs

My ecolo is French Jean-Michel Blanquer et Brune Poirson ont rencontré des collégiens à Avesnes-les-Aubert (Nord), le 19 septembre, pour une clean walk à l’occasion du World clean up day : si la secrétaire d’Etat à la Transition écologique endosse volontiers les anglicismes, le ministre de l’Education a dû jongler avec les périphrases pour rester fidèle à la langue française. Il a salué cette « marche pour nettoyer la nature » et appelé les 12 millions d’élèves à multiplier les gestes concrets pour préserver l’environnement. E. M. Retailleau 2.0 Le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, travaille, avec son mouvement Force républicaine, à une application mobile téléchargeable par les militants qui permettrait de partager des articles, des tribunes, ou de sonder les participants. Le Vendéen ambitionne de présenter un programme au…

access_time2
le tour du monde revue de presse

Non, Cameron ne regrette rien Voilà trois années qu’il a quitté la scène politique, anéanti par le vote en faveur du Brexit de juin 2016. L’ex-Premier ministre du Royaume-Uni David Cameron sort de son silence dans le Times (le 14 septembre), alors qu’il publie ses Mémoires : « Tous les jours, j’y pense, à ce référendum, confie-t-il. Ainsi qu’à notre défaite et à ses conséquences. » David Cameron avoue avoir été « profondément déprimé » après la consultation, qui lui a valu un sevrage forcé du pouvoir. Pour autant, il n’exprime aucun regret et considère qu’il fallait en passer par là. Il craint cependant les conséquences d’une sortie sans accord de l’Union européenne. « J’espère vraiment que cela n’arrivera pas, indique-t-il. Je m’inquiète désespérément de ce que réserve l’avenir. » Il…

access_time1
un cheminot pour les cheminots

Après des mois de rumeurs et de tergiversations, l’Elysée a tranché. C’est l’actuel patron de Keolis, une filiale de la SNCF, qui a été proposé à la tête de l’entreprise ferroviaire. Jean-Pierre Farandou (photo), Bordelais de 62 ans, amateur de vin et de rugby, « a une parfaite connaissance de tous les métiers et de tous les rouages de la SNCF », souligne un cadre maison qui l’a longtemps côtoyé. Un parcours sans fausses notes. Son seul échec ? Le refus de l’Arafer, le gendarme du rail, de le nommer à la tête de SNCF Réseau en 2016. Poste finalement obtenu par Patrick Jeantet qui, ironie de l’histoire, se retrouve finaliste malheureux à la succession de Guillaume Pepy. Jean-Pierre Farandou est un esprit libre, loin du profil de l’apparatchik. «…

access_time1
irène frachon, le calme après l’alerte

Elle est celle par qui le scandale du Mediator est arrivé. Il y a bientôt dix ans, Irène Frachon (photo) a obtenu, à la seule force du poignet, l’interdiction de cet antidiabétique des laboratoires Servier en révélant qu’il était source de graves lésions cardiaques. Mais avoir la peau de ce coupe-faim accusé d’avoir causé 2 100 décès n’était qu’un début. A l’heure du procès pénal de cette affaire – ouvert depuis le 23 septembre –, la pneumologue du CHU de Brest espère des sanctions importantes contre le groupe pharmaceutique. C’est une audience hors norme, qui réquisitionne pendant six mois toute une aile du tribunal de Paris : 40 prévenus, 2 000 parties civiles, 350 avocats… « Je suis soulagée, profondément heureuse que ce procès se tienne enfin », confie-t-elle, après…

help