探検マイライブラリ
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / ニュース・政治
L'ExpressL'Express

L'Express No.3562

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

:
France
言語:
French
出版社:
Groupe Express Roularta
もっと読むkeyboard_arrow_down
特別販売: Abonnez-vous et obtenez 1 ans de numéros anciens GRATUITS! Les numéros gratuits, seront livrés 72 heures après l’achat.

この号

access_time2
immigration : la nouvelle crise grecque

Rythme d’examen des demandes d’asile, renforcement de la rétention, révision à la baisse de la couverture santé accordée aux étrangers… A l’Assemblée nationale le 7 octobre, puis au Sénat, le 9, le débat voulu par le gouvernement sur l’immigration devait porter, pour l’essentiel, sur des enjeux franco-français (voir ci-contre). Logique, l’exercice a été conçu par Emmanuel Macron comme une manière de prendre date pour la présidentielle de 2022. Paradoxalement, la question du contrôle des frontières européennes ne semble pas prioritaire, alors même qu’une nouvelle crise menace à la frontière gréco-turque. Depuis le début de l’année, la Grèce est, de loin, le premier pays d’entrée de l’immigration irrégulière en Europe. Près de 43 000 personnes, essentiellement des Afghans et des Syriens, ont emprunté cette route depuis la Turquie. Soit 59 %…

access_time1
on en parle

En France, combien d’entrées sur le territoire ? L’essentiel du débat se concentre aujourd’hui sur les 123 625 demandes d’asile enregistrées en 2018 (pour 33 300 statuts de réfugié octroyés), une hausse de 22,7 %. Mais la France a aussi délivré 255 956 visas de long séjour au titre de l’immigration légale. Quelles sont les priorités de l’exécutif ? Le gouvernement estime que la hausse des demandes d’asile, en particulier en provenance de Géorgie et d’Albanie, est essentiellement due à l’attractivité du pays au regard des conditions d’accueil dans les autres pays européens. L’un de ses objectifs est donc de « rechercher une harmonisation » des aides en Europe. Que peut-on attendre du débat ? Les discussions doivent, dixit l’exécutif, « nourrir l’action publique ». Pas de nouvelle loi, mais des dispositifs d’aide aux demandeurs…

access_time4
les exclusifs

Rencontre Griveaux-Renson Benjamin Griveaux (photo) et Hugues Renson avaient prévu de se voir début octobre, mais le décès de Jacques Chirac et le drame de la préfecture de police ont différé les retrouvailles entre les ex-rivaux pour l’investiture LREM aux municipales à Paris. Depuis la désignation de Griveaux, le vice-président de l’Assemblée nationale garde le silence. Les deux hommes se sont toutefois croisés au Parc des Princes, le 18 septembre, lors de la victoire 3-0 du PSG sur le Real Madrid. « Il faudra que tu reviennes », a lancé Renson au candidat, peu coutumier du stade. T. Du. Lecornu est toujours (un peu) à LR Il est adhérent de La République en marche depuis la fin de 2017, il y exerce même des responsabilités fonctionnelles au sein de la direction, mais ce…

access_time2
le tour du monde revue de presse

Espoir au Donbass Le 1er octobre, l’Ukraine, la Russie et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) se sont entendus sur un accord de paix dans le Donbass (est de l’Ukraine), contrôlé par les séparatistes russophones. Le document, paraphé par tous les protagonistes, prévoit d’organiser des élections locales sous la surveillance de l’OSCE, mais aussi d’observateurs étrangers et ukrainiens. Si celles-ci se déroulent dans de bonnes conditions, la région se verra accorder un statut spécifique. Connu sous le nom de « formule Steinmeier », cet accord avait été imaginé en 2016 par le ministre allemand des Affaires étrangères après l’échec des accords de Minsk, rappelait le quotidien Kyiv Post le 4 octobre. Le surlendemain, plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale pour protester…

access_time1
trump tord le bras des européens

Après quinze ans de procédure, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a finalement donné raison aux Etats-Unis, qui accusaient Bruxelles d’avoir subventionné Airbus. En réparation, l’OMC a autorisé les Américains à surtaxer les produits européens pour une valeur de 6,9 milliards d’euros. Des droits de douane qui seront appliqués dès le 18 octobre, a averti l’administration Trump, douchant les espoirs des Européens, persuadés de pouvoir trouver un accord. Cela semblait logique : d’ici à six mois, l’OMC annoncera une sanction miroir contre les Etats-Unis, accusés d’avoir subventionné Boeing. Qu’importe pour Donald Trump, qui voit là une opportunité en or pour mettre la pression sur Bruxelles, alors que depuis avril se négocie, diffcilement, un accord de libre-échange entre les deux puissances. « Dans un an, il y a la présidentielle, Trump a…

access_time1
la belle vitalité du ps portugais

Au Portugal, le Parti socialiste, mené par le Premier ministre, Antonio Costa, affche une santé insolente, avec 36,65 % des suffrages aux législatives du 6 octobre. Soit 4 points de plus qu’en 2015. Les Portugais ont accordé leur satisfecit à l’alliance conclue cette année-là par le PS : un gouvernement minoritaire, soutenu par le Bloc de gauche (anti-austérité) et le Parti communiste. Les électeurs avaient alors dit « assez » à la rigueur imposée par le précédent gouvernement de centre droit pour remédier à la grave crise de 2010. On ne donnait à l’époque pas cher de cet attelage inédit. Quatre ans plus tard, pourtant, Antonio Costa collectionne les bons résultats : chômage passé de 17 %, en 2013, à 6,2 %, hausse du salaire minimum et des pensions de…

help