探検マイライブラリ
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / ニュース・政治
L'ExpressL'Express

L'Express No.3563

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

:
France
言語:
French
出版社:
Groupe Express Roularta
もっと読むkeyboard_arrow_down
特別販売: Abonnez-vous et obtenez 1 ans de numéros anciens GRATUITS! Les numéros gratuits, seront livrés 72 heures après l’achat.

この号

access_time2
bolloré sacrifié pour sauver l’alliance renault-nissan

Certains trouvaient Jean-Dominique Senard trop doux, voire doucereux. Plus maintenant. Après avoir convoqué un conseil d’administration extraordinaire, le président de Renault vient d’obtenir la tête de son no 2, Thierry Bolloré. Celui qui, après l’arrestation de Carlos Ghosn au Japon, il y a onze mois, avait dû prendre dans la précipitation la direction du groupe au losange a d’ailleurs dénoncé dans un entretien aux Echos un « coup de force très inquiétant ». Les raisons de cette éviction? Elles sont multiples. Les membres du conseil d’administration auraient notamment mis en avant les piètres résultats du constructeur depuis que Thierry Bolloré, 55 ans, en a pris les rênes. Sur le premier semestre 2019, les bénéfices ont fondu de moitié pour tomber à 1 milliard d’euros. Est également reproché à celui qui…

access_time1
on en parle

Qui va lui succéder ? La directrice financière, Clotilde Delbos, va assurer l’intérim. De nombreux noms circulent, les mêmes qu’avant l’arrivée de Jean-Dominique Senard. En pole position, Didier Leroy, n° 2 de Toyota, qui a effectué une bonne partie de sa carrière chez Renault. Patrick Pélata, ancien bras droit de Ghosn, poussé vers la sortie après la vraie-fausse affaire des espions, pourrait aussi avoir une carte à jouer. Senard pourrait-il à son tour céder sa place ? Certains analystes pensent en effet que, étant donné son âge – 66 ans –, le PDG de Renault pourrait passer les rênes, une fois la maison remise en ordre, à un nouveau dirigeant, qui cumulerait les fonctions de PDG et de DG, comme du temps de Carlos Ghosn. Cela relance-t-il le projet de fusion avec Fiat ? Maintenant…

access_time4
les exclusifs

Lecornu et les arrêtés antipesticides On ne prendra pas Sébastien Lecornu (photo) en flagrant délit d’« agribashing ». Le ministre a beau être chargé des collectivités territoriales, il vient aussi d’un département (l’Eure) où les champs, donc les paysans, sont nombreux. Lors de l’assemblée générale de l’Union des maires et des élus de l’Eure, il n’a pas hésité à souffler dans les bronches des édiles : « J’ai vu tous ces arrêtés antipesticides. Je vois les maires comme des conciliateurs des usages plutôt que comme des personnes qui viendraient opposer les uns aux autres. Souvent, les champs de culture étaient là bien avant les lotissements ! » L. D. Mariage en pause La fusion des départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines n’avancera pas avant le printemps 2020. En mai, Macron a donné son…

access_time2
le tour du monde revue de presse

Surprise tunisienne A 61 ans, Kaïs Saïed est le président inattendu de la Tunisie. Selon les estimations à la sortie des urnes, au soir du 13 octobre, ce professeur de droit serait le vainqueur du second tour de la présidentielle, avec plus de 70 % des voix, après un duel avec Nabil Karoui, magnat de la télévision. Dès l’annonce de sa victoire, il s’est « engagé à consacrer la primauté de la loi et son application à tous », rapporte à Tunis La Presse (14 octobre). Après ce long processus électoral, l’« Etat reste debout », s’est félicité le nouveau chef de l’Etat, qui doit faire face à de nombreux défis, notamment économiques et sociaux. Selon la Constitution, le président peut proposer des lois. Encore faut-il avoir une majorité pour les…

access_time1
taxe foncière : la colère des départements

La suppression programmée à l’horizon 2023 de la taxe d’habitation ne fait pas que des heureux. Elle fait même des perdants : les départements. Jusqu’à présent, cette taxe était perçue par les communes. Pour compenser, Bercy a promis aux maires qu’ils récolteraient la taxe foncière, historiquement encaissée par les départements. En échange, ces derniers percevront, eux, une part des recettes de TVA… Problème : la TVA est un impôt national dont les taux et l’assiette sont entre les mains des comptables de Bercy. En clair, la réforme de la fiscalité locale version Macron revient à enlever aux départements leur pouvoir de lever l’impôt. La pilule est amère. D’autant que leurs dépenses ne sont pas compressibles. Ce sont les départements qui assurent les versements du RSA, de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA)……

access_time1
sylvie goulard, la première de la classe recalée

Elle était à sa manière emblématique du macronisme : Sylvie Goulard est incontestablement compétente, complètement européenne, régulièrement arrogante. Elle entretenait du coup un lien fort avec le chef de l’Etat. Elle avait rendu moult services et ouvert son carnet d’adresses pendant la dernière campagne présidentielle à celui qui n’était alors qu’un ancien (et éphémère) ministre. C’est aussi sur elle que le candidat s’était appuyé pour construire son projet européen. Mais le profil de première de la classe ne mène pas à tout. Le rejet par les députés européens, et à une très large majorité, de sa candidature à la Commission européenne, le 10 octobre, rejaillit sur Emmanuel Macron. Lequel s’est montré à cette occasion sous son pire jour : colérique, s’en prenant sinon à la terre en tout cas à…

help