探検マイライブラリ
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / ニュース・政治
L'ExpressL'Express

L'Express Thema No. 16

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

:
France
言語:
French
出版社:
Groupe Express Roularta
もっと読むkeyboard_arrow_down

この号

access_time1
la force et l’émotion

« On peut dire des Russes, grands et petits, qu’ils sont ivres d’esclavage. » Cette phrase du marquis de Custine résonne inconsciemment dans la mémoire des Français sitôt qu’ils abordent le sujet de la Russie. Une terre aussi vaste résumée par un cliché aussi réducteur : pendant longtemps encore, la compréhension du monde russe pâtira de cette image de brutalité, association de pouvoir fort et de soumission des masses, que l’histoire, de Lénine à Poutine, comme l’actualité récente, ne sont pas près d’effacer. Autant dire que cet empire de la démesure, promontoire des élans mystiques ou idéologiques les plus radicaux, demeure encore mal connu, nimbé de jugements à l’emporte-pièces, obscurci par la face envahissante de ses dirigeants, lesquels se sont donnés pour rôle, comme si aucune autre conduite n’était possible, de…

access_time12
michel eltchaninoff « une vocation conquérante »

Un siècle après la Révolution de 1917, cet évènement apparaît-il toujours comme aussi important, à la lumière de ce qui l’a suivi? La révolution russe est un séisme historique d’une telle ampleur qu’il s’étend, de ses signes avant-coureurs à ses répliques, sur un siècle entier. Dès les années 1860, la paysannerie est déçue par l’abolition du servage. Les mouvements nihilistes et populistes choisissent la violence politique. Quelques écrivains comprennent ce qui attend la Russie : une dictature impitoyable au nom de l’émancipation de l’humanité. Dans Les Démons (1871), Dostoïevski met en scène des révolutionnaires qui se voient comme l’avantgarde d’un peuple arriéré. L’un d’eux prophétise : « partant d’une liberté illimitée, je conclus à un despotisme illimité ». Après la première révolution de 1905, deux autres suivent en 1917 et aboutissent…

access_time1
1917 la révolution

23 FÉVRIER 1917 Les habitantes de Petrograd, soutenues par les ouvriers, manifestent contre le manque de nourriture. C’est le début de la grève. 15 MARS 1917 Une partie de l’armée rejoint le camp des insurgés. Sous la pression de l’état-major, le tsar Nicolas II abdique. 6-7 NOVEMBRE 1917 Les bolcheviks s’emparent des principaux centres de décision de la capitale, Petrograd. 20 DÉCEMBRE 1917 Création de la Tchéka (ancêtre du KGB), police politique chargée de combattre les opposants à la révolution d’Octobre. 23 FÉVRIER 1918 Le gouvernement soviétique proclame la mobilisation générale et obligatoire. Trotski prend la direction de la nouvelle Armée rouge. 3 MARS 1918 Les bolcheviks signent le traité de Brest-Litovsk mettant fin à la guerre avec l’Allemagne. 17 JUILLET 1918 Assassinat de Nicolas II et de la famille impériale russe. ÉTÉ 1918 Guerre civile entre…

access_time18
lénine, la fièvre de l’idéal

IL FAUT EN FINIR AVEC L’ARTISANAT DU MOUVEMENT OUVRIER (...) GRÂCE À LA STRUCTURATION D’UN PARTI DE RÉVOLUTIONNAIRES PROFESSIONNELS CLANDESTINS, TOUT ENTIERS DÉVOUÉS À LA CAUSE Provincial comme nombre de ses camarades communistes, Lénine partage avec les principaux leaders de la gauche radicale russe des origines sociales bourgeoises. A la différence de certains d’entre eux (Martov, Kamenev, Trotski), il n’a en revanche qu’une lointaine ascendance juive et elle n’influe en rien sur sa vision du monde. Le jeune Vladimir est né le 22 avril 1870 à Simbirsk, sur les berges de la Volga, dans une maison qui connaît une ascension sociale remarquable. La carrière de son père Ilia dans l’enseignement le fait passer du rang de notable local à celui de haut responsable anobli par le tsar. Mais en janvier 1886,…

access_time6
trotski, « le chien enragé »

LE PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS NE CESSE DE S’INDIGNER DE LA PRÉSENCE EN FRANCE D’UN PERSONNAGE AUSSI PEU FRÉQUENTABLE Lev Davidovitch Bronstein est né en 1879 dans le sud de l’Ukraine où Catherine II, naguère, encouragea les juifs, nombreux dans la région, à devenir propriétaires terriens. Engagé très tôt dans le mouvement révolutionnaire, il s’y distingue par son exceptionnel talent d’orateur et de polémiste. Son premier pseudonyme est Pero, ce qui veut dire « Plume ». Quand il rencontre Lénine à Londres pour la première fois, en 1903, celui-ci l’engage comme journaliste au journal Iskra (« L’Etincelle »), l’ancêtre de la Pravda (« la Vérité »). A cette époque, Staline n’est encore qu’un jeune voyou tout juste renvoyé de son séminaire en Géorgie, au fond du Caucase, où il braque des banques…

access_time15
l’ aventure d’octobre

Encore tout engourdi, un policier glisse sur la petite Neva gelée, à l’aube du 1 janvier 1917, lorsqu’il aperçoit une espèce de botte brune qui dépasse des glaces. Intrigué, il tire, et un cadavre vient avec. Le cadavre de Raspoutine assassiné. C’est le commencement de la fin. (…) La noblesse s’inquiète. La Tsarine écrit à son mari : « Maintenant, fais leur sentir ta poigne. Combien m’ont dit : « Nous avons besoin du knout » ! (…) Le soleil brille sur Petrograd. Il fait doux. Trois ou quatre degrés au-dessous de zéro. « Il y a, écrit un voyageur, comme une gaieté printanière dans l’air. » Le samedi 3 mars, la colère populaire monte. La police tire. Il y a des morts. (...) La faim sévit. On annonce une grève…

help