ZINIO logo
EXPLOREMY LIBRARY
L'Officiel Hommes Paris

L'Officiel Hommes Paris

No. 71
Add to favorites

L'Officiel Hommes est un magazine sincèrement différent. Moderne, il traite de toutes les nouvelles tendances, tout en confirmant les essentiels et incontournables de la mode masculine par-delà les saisons. Elégant, sélectif, différent…

Read More
Country:
France
Language:
French
Publisher:
Les Editions Jalou
Frequency:
Biannually
SPECIAL: Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: JOY40
SUBSCRIBE
$8.38
2 Issues

in this issue

1 min.
time for a gentler kind of man

Ce nouveau numéro de L’Officiel Hommes, dédié aux collections printemps-été 2021, est une réflexion sur ce que signifie être un homme, un gentleman, aujourd’hui. Cette conversation mondiale a réuni un casting de personnalités différentes qui écrivent le présent avec leur talent. Qui ont choisi de raconter une saison de la mode multiforme, tout comme le concept de l’homme moderne, désormais à des années-lumière des stéréotypes du passé, même le plus récent. Pour raconter aujourd’hui, et imaginer demain, il suffit de faire défiler les voix qui ont animé ce numéro. De la couverture globale, confiée au rappeur star Travis Scott, à Omari Douglas, Germain Louvet, Kailand O. Morris, Bernard Dubois, Jon Kortajarena, mais aussi Oscar Coop-Phane, Simon Johannin et Matthieu Peck. Sans oublier l’équipe de l’artiste Mohamed Bourouissa. En commun, une…

1 min.
derbies, etc.

L’affiche est aussi surprenante que prestigieuse : J.M. Weston contre les Girondins de Bordeaux. Tout contre, tant ces deux-là semblent jouer sur le même terrain. Attaches provinciales, longévité historique, reconnaissance établie, symbolique nationale, obsession de la maîtrise du geste, une certaine nonchalance dans l’élégance… Pas étonnant que la rencontre ait fini par avoir lieu, dans la boutique bordelaise du chausseur limougeaud. Cinq des joueurs du club – Benoît Costil, Hwang Ui-Jo, Josh Maja, Yacine Adli et Laurent Koscielny – ont accepté face caméra de raccrocher les crampons contre une paire de “180”, must-have dont la justesse du style ne leur aura manifestement pas échappé. L’occasion de fêter en 2021 deux anniversaires conséquents, les 140 ans d’un club au palmarès impressionnant et les 130 ans d’une marque française emblématique. Une rencontre…

5 min.
talent capital

L’OFFICIEL HOMMES : Où vous trouvez-vous en ce moment? OMARI DOUGLAS : Je partage mon temps entre Wolverhampton, où j’ai grandi, chez ma mère, et Londres. L’OH : Comment est née votre vocation? OD : J’ai commencé à envisager sérieusement d’être acteur quand j’avais 14 ou 15 ans. L’art a toujours fait partie de ma vie. J’étais sensible à toutes ses formes. À 11 ans, j’ai pu bénéficier de formidables cours de musique, j’ai participé à des groupes, à des chorales, à des spectacles d’écoles… Mais j’étais un peu effrayé à l’idée de me consacrer pleinement à une carrière artistique, j’étais un peu intello, disons. J’ai suivi un cursus classique, j’étudiais l’allemand, la littérature anglaise, tout en continuant à pratiquer l’art dramatique, la danse et la musique. J’allais voir beaucoup de pièces, je…

6 min.
belle étoile

Dans sa loge, des livrets de ballets, des livres d’art, des photographies d’amis, une magnifique affiche de la Scala de Milan, où il a dansé il y a quelques années. Une liseuse rehaussée d’un imposant coussin jaune, des pointes et tenues d’entraînement. Des peluches et autres objets mignons offerts par l’une des partenaires scéniques avec laquelle il a le plus joué, Léonore Baulac. Des mini-Polaroid accrochés à un fil lumineux encadrant un miroir. Une petite figurine du prince Désiré, don d’une amie avant un concours, et qui lui portera chance. Voilà où nous avons mené notre conversation, après avoir traversé un dédale de couloirs habités par l’aura des étoiles passées par là, jeté un œil dans le sublime Foyer de la danse d’où nous guettent des danseurs d’antan, et admiré de…

6 min.
le monde de kailand

Kailand Morris et James Long se sont rencontrés lors de la première apparition de Kailand en tant que mannequin pour le défilé Iceberg du printemps-été 2019. Depuis lors, le jeune homme de 20 ans, fils du musicien mythique Stevie Wonder et de la styliste Kai Milla, apparaît dans les campagnes de la marque italienne célèbre pour son style associant sportswear et knitwear. L’automne dernier, ils ont créé ensemble un événement autour de la présentation d’un T-shirt en soutien au Watts Empowerment Center de Los Angeles, une initiative visant à améliorer les conditions de vie des enfants et des familles les plus démunis. Tout juste sorti d’un stage aux côtés de Kim Jones pour Dior Men, il a rejoint James Long pour créer une collection capsule de vêtements prêt-à-porter et d’accessoires. L’OFFICIEL…

6 min.
lignes de partage

Le rendez-vous fut donné avenue George-V, la porte à côté de l’hôtel Prince de Galles, dans ce Triangle d’or où le luxe est à son aise. L’hôtel particulier sur quatre étages abrite le premier flagship occidental d’Icicle, marque originaire de Shanghai et “made in Earth”, une mode homme et femme qui cultive un naturel fait de belles matières tout en se piquant d’écologie et d’altruisme. Quelques mois avant qu’une pandémie se répande sur la planète, l’architecte belge Bernard Dubois en livrait, à tout juste 40 ans, son “retail” inspiré, en phase avec l’incarnation d’une “nouvelle Chine” très éduquée. Muséale dans son inspiration, l’architecture du lieu a de quoi bluffer par son sens du détail habilement débarrassé du superflu. Le Louvre mais aussi l’acropole de la James Simon Gallery par David…