EXPLOREMY LIBRARY
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Food & Wine
La Revue du Vin de FranceLa Revue du Vin de France

La Revue du Vin de France

No. 634

Grâce à son savoir-faire et ses experts, La Revue du Vin de France vous apporte une information riche pour connaître, choisir et déguster les bons vins, constituer votre cave et multiplier les plaisirs de la découverte.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Revue du Vin de France
Read Morekeyboard_arrow_down
SPECIAL: Économisez 50% sur votre abonnement!
SUBSCRIBE
$65.42$39.25
10 Issues

IN THIS ISSUE

access_time3 min.
réinventer le vin

Les foires aux vins n’ont pas démarré qu’elles sont déjà l’occasion d’un état des lieux. La France est-elle toujours le pays du vin roi ? Eh bien, la réponse ne coule pas de source, si l’on ose dire : notre boisson nationale est en effet chahutée. Les nouvelles générations en particulier lui préfèrent de plus en plus la bière, les sodas, voire le cannabis. À Paris, Lyon ou Marseille, la consommation de vin rouge recule. « Avant, on venait nous acheter le vin. Maintenant, il faut le vendre, c’est plus difficile », reconnaît ce mois-ci le “Faiseur de vin” bordelais Olivier Dauga. Selon lui, les vignerons doivent changer de méthode : prendre à bras-le-corps la question environnementale, proposer des bouteilles éco-conçues, un étiquetage plus précis mais aussi mettre en scène ce…

access_time10 min.
olivier et cathy dauga « il faut casser les codes ! »

Quel vin servez-vous pour démarrer cet entretien ? Olivier Dauga. À l’heure de l’apéritif, je préfère un blanc qui me donne l’occasion de vous poser une colle : reconnaissez-vous le cépage ? Et la région ? C’est un vin de profil sudiste, plutôt équilibré… O. D. C’est un blanc de Bordeaux, mais un blanc différent. Un sauvignon vinifié en jarres et dans des barriques travaillées en chauffe blanche, pour restituer le fruit sans que le bois marque trop. Le profil du vin, l’étiquette, tout a été fait pour casser les codes du sauvignon de Bordeaux. C’est un vin du château Les Vergnes, un domaine de 150 hectares en conversion bio sur la commune de Les Lèves-et-Thoumeyragues, près de Sainte-Foy-la-Grande. On y fait beaucoup pour protéger la faune et la flore, notamment les éperviers,…

access_time1 min.
un pressoir d’un autre temps

Le domaine Confuron-Cotetidot, à Vosne-Romanée en Bourgogne, est chaque année l’un des derniers à vendanger, quel que soit le profil du millésime. Son simple bourgogne 2018, après 35 jours de macération, a été décuvé autour du 25 octobre et le marc pressé dans la foulée. Une pressée qui dure environ trois heures. Ici, Yves Confuron installe un madrier de 50 kg, appelé mouton, sur son pressoir vertical Goliath datant des années 1920 pour presser en douceur ses derniers raisins du millésime 2018. Pour lui, ce pressoir d’un autre temps possède un grand nombre d’avantages sur les pressoirs modernes. En triturant moins les grappes de raisins, la pressée faite par gravité et perpendiculaire par rapport à la pression évite les frottements violents. De ce fait, le marc emprisonne les bourbes et…

access_time4 min.
et si la loi évin nous protégeait d’une arrivée massive des vins américains ?

Mais quelle mouche a donc piqué le président américain Donald Trump ? Cela fait deux fois, en novembre 2018 puis en juin 2019, qu’il menace de relever les taxes à l’importation frappant les vins français lorsqu’ils foulent le sol états-unien. Pour quel motif ? Sur le mode un peu gaguesque qui le caractérise, Donald Trump agite le drapeau de l’équité. Selon lui, les taxes frappant les vins américains exportés en France sont plus élevées que celles appliquées aux vins français exportés aux États-Unis. D’où, toujours selon lui, une faible pénétration des vins made in America en France. Une énième élucubration ? Sur le volet économique, il n’y a pas photo : les vins français écrasent bien leurs homologues américains. Les États-Unis sont en effet leur premier client, avec un chiffre d’affaires…

access_time2 min.
affaire 1855.com : mais que fait la justice ?

Surprise, le 10 mai dernier : le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a requis un non-lieu dans l’affaire 1855.com. Un réquisitoire qui a fait l’effet d’une bombe pour les milliers de victimes du site de vente de vins en ligne. Une décision tout aussi spectaculaire que le motif du non-lieu. Ainsi, selon le procureur : « Les faits dénoncés par les victimes ne peuvent recevoir une qualification pénale, s’agissant d’un litige commercial, et (…) les dirigeants n’ont pas agi avec une intention de tromper les consommateurs ». Alors que la société et ses filiales ont été liquidées en 2015, que pas moins de 11 000 créanciers ont été victimes des agissements des deux dirigeants, Émeric Sauty de Chalon et Fabien Hyon, que près de 40…

access_time2 min.
avec rouge provence, l’union fait la force

Le 1er juillet 2012, un terrible orage de grêle ravage en quelques dizaines de minutes la récolte du château de Roquefort, sur les hauteurs de Cassis, à Roquefort-la-Bédoule. Des vignerons provençaux, bouleversés par la nouvelle et poussés par un instinct de survie pour sauver le millésime de ce domaine de Côtes-de-Provence, viennent en aide à son propriétaire, Raimond de Villeneuve. Étienne Portalis, Stéphane Bourret, Henri Milan, Agnès Henry, Pierre-François Terrat… ils sont une trentaine des Baux-de-Provence, Bandol, Cassis, Bellet, Coteaux-varois, Coteaux-d’Aix et Côtes-de-Provence à donner chacun quelques centaines de kilos de leurs grenache, cinsault, carignan, syrah et cabernet-sauvignon pour lui permettre de produire du vin cette année-là. Cet élan de solidarité a donné l’idée à Peter Fischer, du château Revelette, et Jean-Christophe Comor, du domaine Les Terres Promises, de réunir ce…

help