Le Journal du dimanche No 3899

Retrouvez tous les dimanches l'actualité nationale et internationale, politique, économique, sportive et culturelle...Le JDD vous permet de revenir sur les événements forts de la semaine, et de découvrir aussi les rendez-vous du week-end à ne pas manquer.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Lagardere Media News
Frequency:
Weekly
$1.24
$50.13
50 Issues

in this issue

10 min
yannick jadot « moi, président écolo »

Le voilà enfin investi candidat. Alors que les écologistes n’ont pas une longue culture du pouvoir, Jadot assume de revendiquer une « écologie de gouvernement » Ce positionnement, assez peu radical, a failli lui jouer des tours pendant la primaire. Désormais, le candidat avance les grandes mesures de son projet et peut espérer briser la malédiction des écologistes, qui n’ont jamais fait plus de 5,25 % à la présidentielle. Vous président, quelles seraient vos trois premières mesures ? Ma priorité, c’est l’action. Dès mon premier jour, j’engagerai la sortie de l’élevage industriel. Il faut interdire l’élevage en cage, accompagner les paysans vers des modèles où les animaux évoluent en plein air, réinstaller les agriculteurs dans les campagnes, avec des revenus décents. Ce qui permettra de remplir un autre objectif : lutter contre…

lejoudedimfr211003_article_002_01_01
2 min
ses idées percent mais divisent

Petit à petit, les idées écologistes font leur nid et n’apparaissent plus comme utopistes ou irréalistes. Pour le JDD, l’Ifop a interrogé les Français sur leur perception de cinq mesures phares proposées par Yannick Jadot. La sortie progressive de l’élevage industriel est plébiscitée par 82 % d’entre eux, et 69 % pensent même qu’elle pourrait être appliquée. « Il y a dix ans, ça n’était pas un sujet, observe Frédéric Dabi, directeur général de l’institut. Aujourd’hui, c’est une revendication forte et la preuve que les propositions des Verts se diffusent au-delà de leur socle traditionnel. » 58 % des sondés s’avouent également favorables à un taux de TVA différent selon l’empreinte écologique des produits. « La TVA, c’est le chiffon rouge, normalement, poursuit Dabi. L’exigence de donnant-donnant et les attentes…

lejoudedimfr211003_article_003_01_01
2 min
écolos cherchent technos

Longtemps, écologistes et hauts fonctionnaires se sont regardés en chiens de faïence. Les premiers chérissaient la subversion et la contre-culture. Très loin de ce qu’on enseigne à l’ENA. Mais les Verts semblent désormais friands de cette culture de gouvernement. Yannick Jadot assure pouvoir déjà compter sur « beaucoup d’énarques et de hauts fonctionnaires » dans sa campagne, certains ayant par exemple évalué le coût du « revenu citoyen », d’autres s’étant penchés sur des questions de défense. Mais les Verts ne veulent pas que cette greffe culturelle les fasse se banaliser. « Il faut garder la force d’une ambition et la crédibiliser, la rendre possible », prévient Jadot. Lors de la primaire écologiste, plusieurs énarques et hauts fonctionnaires ont aussi travaillé pour Éric Piolle. « C’est un changement par rapport aux…

4 min
en allemagne, les grünen aux portes du pouvoir

Correspondante Berlin (Allemagne) Yannick Jadot entretient depuis longtemps des liens avec les Verts allemands et bien au-delà des allées du Parlement européen. Début juin, il avait fait le déplacement à Berlin, seul Français à être invité pour assister au congrès d’investiture de la candidate Annalena Baerbock. Le temps était lourd sur la capitale, qui se déconfinait à peine, et les Grünen étaient à la peine après un début de campagne idéal. En marge du congrès, le (pas encore) candidat français avait pu rencontrer la candidate allemande, mais aussi son entourage – la nouvelle garde pragmatique et ambitieuse des Verts allemands, qui s’apprête à participer au pouvoir quelle que soit la coalition qui se mettra en place à Berlin. Dans un café à deux pas d’un marché bio, Yannick Jadot avait notamment…

lejoudedimfr211003_article_004_01_01
3 min
des nuances de vert très nettes

Les Verts français et les Grünen allemands partagent une marque commune, celle du parti Vert, et des combats identitaires communs comme une opposition très forte à l’énergie nucléaire ou un attachement marqué à la construction européenne. Mais lorsqu’on regarde de plus près des différences importantes s’imposent. Tout d’abord le rapport à l’économie de marché et au capitalisme. Alors que les Verts français ont un programme économique qui les rapproche davantage de Jean-Luc Mélenchon que du centre gauche, les Grünen affichent clairement dans leur projet leur volonté de construire “une économie sociale-écologique de marché qui réconcilie croissance et soutenabilité”. On est loin de la décroissance et de l’anticapitalisme… D’autre part, le rapport à la technologie. Alors que les élus EELV ont été le fer de lance de la mobilisation contre la 5G, les…

lejoudedimfr211003_article_004_02_01
1 min
au gouvernement dans six pays européens

LES VERTS au Parlement européen le rappellent avec fierté : leurs formations sont partenaires de gouvernement dans six pays de l’Union européenne, même si les alliances varient fortement selon les États. En Finlande, la Ligue verte a rejoint en 2019 une coalition de centre gauche de cinq partis, sous la direction de la jeune sociale-démocrate Sanna Marin. Idem en Suède, où le social-démocrate Stefan Löfven gouverne lui aussi depuis 2014 une coalition rose-vert. En Irlande, le Green Party s’est allié en 2020 avec le centre droit dans un rassemblement à trois partis, tandis qu’au Luxembourg les Verts locaux sont associés depuis 2018 avec les socialistes et le centre droit. En Belgique, le libéral flamand Alexander De Croo a convaincu en 2020 les écologistes de rallier une coalition de sept partis,…